Étiqueté : cinema

Total Recall (1990), affiche.

Total Recall et ses attentes fragmentaires

Quand elles existent, les attentes portant sur le film sont le plus souvent imprécises, tout simplement parce que contrairement à une bande dessinée, par exemple, il est impossible de feuilleter un film : on se base donc sur l’affiche, sur sa bande annonce ou sur n’importe quel autre élément, par exemple une connaissance du roman dont est tirée une adaptation. Évidemment, c’est un peu pareil pour un roman, par exemple, à ceci près que le roman est un travail d’auteur singulier – en gros – quand même un film d’un réalisateur donné ou d’un genre donné peut ne pas avoir grand-chose à voir avec les exemples précédents, ceux dont on est familiers.

Review: Alison Landsberg’s Engaging the Past.

In Engaging the Past, a slim, well-designed and useful book, Alison Landsberg attempts to chart the ways in which mass cultural artifacts, such as Hollywood movies and major TV shows allow their viewers to discover and process history, in ways which differ from written accounts by historians, but that she refuses to dismiss as merely superficial or romanticized.

Dead Tube, l’horreur en surface

Il est peu dire que Dead Tube a « mauvais genre ». La combinaison de violence et de sexualité tout à fait explicite, le tout traité avec une manifeste jubilation, suffirait à l’établir. L’une comme l’autre sont d’ailleurs traitées en épousant pleinement les conventions de représentation des genres concernés : sang noir à l’encre « jetée » pour l’horreur, corps flexible et fluides corporels abondants pour les parties pornographiques.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search