Étiqueté : bayard

Le défi de serge T - Je bouquine n°75

Je Bouquine et l’invention de la littérature adolescente. Entretien avec Marie-Aude Murail

Je Bouquine, comme d’autres productions de la même époque, appartient à un moment négligé par la critique littéraire actuelle de constitution de la littérature adolescente, et par là d’un lectorat adolescent. La revue publie de nombreux classiques pas encore reconnus, dans la foulée de l’École des loisirs, qui avait inauguré le domaine par des traductions, avant d’accueillir de nouveaux auteurs français. Malgré sa grande richesse, le magazine est en permanence en souffrance chez Bayard, tandis que J’aime lire connaît alors des tirages faramineux, supérieurs à ceux du Journal de Mickey.

Je Bouquine, comme d’autres productions de la même époque, appartient à un moment négligé par la critique littéraire actuelle de constitution de la littérature adolescente, et par là d’un lectorat adolescent. La revue publie de nombreux classiques pas encore reconnus, dans la foulée de l’École des loisirs, qui avait inauguré le domaine par des traductions, avant d’accueillir de nouveaux auteurs français. Malgré sa grande richesse, le magazine est en permanence en souffrance chez Bayard, tandis que J’aime lire connaît alors des tirages faramineux, supérieurs à ceux du Journal de Mickey.

Etape 2 - L'intérieur de la boutique

Dragon Ball Z dans Je Bouquine

ette histoire charmante, sur le plan graphique et narratif, a pour particularité de mettre en scène Dragon Ball et ses déclinaisons transmédiatiques, dans un magazine dont l’image de publication catholique, éducative, sage et cultivée (on y adapte beaucoup les classiques) pourrait difficilement être plus éloignée de l’image alors associée au Club Dorothée – qui ne s’arrête que deux ans plus tard – aux anime et aux mangas. En ce sens, ce numéro témoigne d’un moment d’acculturation de cette production transmédiatique dans un autre pan de la culture jeunesse. Le magazine Bayard avait initialement affiché sa compatibilité avec la science-fiction et le populaire des années 70-80 (le n°1, L’Enfant qui venait de l’espace, est une nouvelle de science-fiction de Robert Escarpit, citant Asimov et illustrée par Caza), mais il ne me semblait pas évident qu’il ait été disposé à tolérer de la même façon l’imaginaire populaire japonais, tel qu’il était alors importé en France.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search