Archive du mois : octobre 2018

Dead Tube, l’horreur en surface

Il est peu dire que Dead Tube a « mauvais genre ». La combinaison de violence et de sexualité tout à fait explicite, le tout traité avec une manifeste jubilation, suffirait à l’établir. L’une comme l’autre sont d’ailleurs traitées en épousant pleinement les conventions de représentation des genres concernés : sang noir à l’encre « jetée » pour l’horreur, corps flexible et fluides corporels abondants pour les parties pornographiques.