Catégorie : recherche

Le défi de serge T - Je bouquine n°75

Je Bouquine et l’invention de la littérature adolescente. Entretien avec Marie-Aude Murail

Je Bouquine, comme d’autres productions de la même époque, appartient à un moment négligé par la critique littéraire actuelle de constitution de la littérature adolescente, et par là d’un lectorat adolescent. La revue publie de nombreux classiques pas encore reconnus, dans la foulée de l’École des loisirs, qui avait inauguré le domaine par des traductions, avant d’accueillir de nouveaux auteurs français. Malgré sa grande richesse, le magazine est en permanence en souffrance chez Bayard, tandis que J’aime lire connaît alors des tirages faramineux, supérieurs à ceux du Journal de Mickey.

Je Bouquine, comme d’autres productions de la même époque, appartient à un moment négligé par la critique littéraire actuelle de constitution de la littérature adolescente, et par là d’un lectorat adolescent. La revue publie de nombreux classiques pas encore reconnus, dans la foulée de l’École des loisirs, qui avait inauguré le domaine par des traductions, avant d’accueillir de nouveaux auteurs français. Malgré sa grande richesse, le magazine est en permanence en souffrance chez Bayard, tandis que J’aime lire connaît alors des tirages faramineux, supérieurs à ceux du Journal de Mickey.

Etape 2 - L'intérieur de la boutique

Dragon Ball Z dans Je Bouquine

ette histoire charmante, sur le plan graphique et narratif, a pour particularité de mettre en scène Dragon Ball et ses déclinaisons transmédiatiques, dans un magazine dont l’image de publication catholique, éducative, sage et cultivée (on y adapte beaucoup les classiques) pourrait difficilement être plus éloignée de l’image alors associée au Club Dorothée – qui ne s’arrête que deux ans plus tard – aux anime et aux mangas. En ce sens, ce numéro témoigne d’un moment d’acculturation de cette production transmédiatique dans un autre pan de la culture jeunesse. Le magazine Bayard avait initialement affiché sa compatibilité avec la science-fiction et le populaire des années 70-80 (le n°1, L’Enfant qui venait de l’espace, est une nouvelle de science-fiction de Robert Escarpit, citant Asimov et illustrée par Caza), mais il ne me semblait pas évident qu’il ait été disposé à tolérer de la même façon l’imaginaire populaire japonais, tel qu’il était alors importé en France.

Lisette n°10 (1958)

Lisette, conclusion temporaire (6)

J’avais prévu de consacrer quelques heures à ce dépouillement de Lisette au début des années 60, pour un parcours systématique mais distant de quelques années de publication. J’entame ce sixième texte avec le sentiment...

n°5 (1959)

Lisette et l’effet Spoutnik ? (5)

Revue catholique pour petites filles, assez conservatrice bien que résolument “apolitique”, Lisette offre peu d’occasions d’observer les effets des événements historiques contemporains. La Guerre d’Algérie en est tout à fait absente, par exemple. Pourtant, le journal n’est pas entièrement coupé des évolutions sociétales, particulièrement lorsque celles-ci touchent à sa ligne éditoriale : émergence de la télévision, d’un public adolescent, etc. Et puisque celles-ci sont à leur tour marquées par le cadre plus large des transformations socio-économiques du pays, Lisette n’échappe pas tout à fait à son époque, dont elle offre un reflet lointain et diffracté, que ce soit dans ses rubriques d’actualité, dans ses récits ou encore dans son paratexte publicitaire.

M. Delinx - "Lidée lumineuse de Sophie" - Lisette n°22 (1959)

Lisette, le cinéma et la télévision (4)

Si le Lisette de la fin des années 50 entretient des relations avec plusieurs autres médias (le magazine d’actualité, les disques, la télévision), c’est indéniablement avec le cinéma que ces liens sont les plus clairs. Il est exceptionnel qu’un numéro ne comporte aucune référence à un film ou à une actrice (beaucoup plus rarement un acteur), et il n’est pas rare d’en trouver plusieurs. Le cinéma apparaît à plus d’un titre comme un média allié, une culture partage entre le magazine, les lectrices, mais aussi leurs parents. Ainsi, une notule sur Katherine Hepburn (accolée à un article plus substantiel sur Audrey Hepburn, 28 ans cette année-là) note-t-elle : “toutes vos mamans l’ont connue” (n°39, 1957) ((Les numéros sont attribués annuellement et non de manière continue)). On retrouve cette même formule à propos de Ben-Hur un an plus tard, en allusion à la version muette de l’histoire, tournée en 1925 : “Demandez à vos mamans si elles s’en souviennent !” (n°35, 1958).

Lisette - mars et juin 1959 - nouvelle technologie, continuité des sujets

Lisette et la photographie (3)

Dans ce troisième texte consacré à la revue, j’aimerais revenir sur la façon dont Lisette met la bande dessinée en rapport avec d’autres médias, en me concentrant toujours sur les transformations qui se déroulent à la charnière entre les années 50 et 60. D’une part, Lisette comporte dans ses pages une constellation de formes culturelles et de types d’images, allant de l’illustration à la photographie. D’autre part, la revue interagit avec son environnement médiatique immédiat, comme d’ailleurs d’autres revues de l’époque. Pour le dire autrement, Lisette est un objet culturel pluriel, pris dans un écosystème médiatique complexe. Vu l’ampleur du sujet, je consacrerai cette note à la photographie, avant de revenir sur le cinéma et la télévision dans un texte ultérieur.

Lisette, magazine de bande dessinée ? (2)

En parcourant Lisette, je suis d’abord frappé par la diversité des contenus. En tant que chercheur en bande dessinée, j’ai abordé ces revues par ce prisme: tout le reste l’apparaissait initialement comme une forme de supplément, riche d’informations mais nettement moins central. La fréquentation des comic books américains encourage cette lecture, puisque ceux-ci ont longtemps inclus des pages de texte, notamment de courtes nouvelles, que pour remplir les conditions leur permettant d’obtenir des tarifs postaux avantageux. En France, l’arsenal réglementaire a aussi incité à une mixité des contenus, comme le rappelle Jessica Kohn dans sa thèse

Dead Tube, l’horreur en surface

Il est peu dire que Dead Tube a “mauvais genre”. La combinaison de violence et de sexualité tout à fait explicite, le tout traité avec une manifeste jubilation, suffirait à l’établir. L’une comme l’autre sont d’ailleurs traitées en épousant pleinement les conventions de représentation des genres concernés : sang noir à l’encre “jetée” pour l’horreur, corps flexible et fluides corporels abondants pour les parties pornographiques.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search