Catégorie : cinéma

Total Recall (1990), affiche.

Total Recall et ses attentes fragmentaires

Quand elles existent, les attentes portant sur le film sont le plus souvent imprécises, tout simplement parce que contrairement à une bande dessinée, par exemple, il est impossible de feuilleter un film : on se base donc sur l’affiche, sur sa bande annonce ou sur n’importe quel autre élément, par exemple une connaissance du roman dont est tirée une adaptation. Évidemment, c’est un peu pareil pour un roman, par exemple, à ceci près que le roman est un travail d’auteur singulier – en gros – quand même un film d’un réalisateur donné ou d’un genre donné peut ne pas avoir grand-chose à voir avec les exemples précédents, ceux dont on est familiers.

Dead Tube, l’horreur en surface

Il est peu dire que Dead Tube a « mauvais genre ». La combinaison de violence et de sexualité tout à fait explicite, le tout traité avec une manifeste jubilation, suffirait à l’établir. L’une comme l’autre sont d’ailleurs traitées en épousant pleinement les conventions de représentation des genres concernés : sang noir à l’encre « jetée » pour l’horreur, corps flexible et fluides corporels abondants pour les parties pornographiques.

A bout de souffle et son adaptation fantôme

A bout de souffle a-t-il été adapté en bande dessinée ? Une partie de la littérature sur Godard et la Nouvelle Vague affirme que oui. Mais alors, où se trouve cette adaptation fantôme ? Un retour aux sources – littéralement – et quelques découvertes sur la piste de l’adaptation fantôme.

Gravity, intertexte et subjectivité du plaisir

« Kaléidoscope » est une nouvelle présente dans L’homme illustré La case est extraite de « Home to Stay », adaptation officieuse de Bradbury par Wallace Wood et Al Feldstein pour Weird Fantasy n°13 L’interview de Ballard est...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search