Catégorie : Billets

Tales from the Crypt #24 (1951) and Dreadful Stories

What Remains of EC Comics

What Remains of Edith Finch (2017) is a celebrated and ambitious narrative game about family memories, which has been likened to weird fiction (Gaiman, Mieville, etc.) and to magical realism (García Márquez, etc.). It also serves as a celebration of the affordances of videogames, and their ability to remediate previously existing media. In this article, I’d like to focus on one of these remediated items, a horror comic book, and what it can tell us both about the game and about the cultural memories of evokes.

Le défi de serge T - Je bouquine n°75

Je Bouquine et l’invention de la littérature adolescente. Entretien avec Marie-Aude Murail

Je Bouquine, comme d’autres productions de la même époque, appartient à un moment négligé par la critique littéraire actuelle de constitution de la littérature adolescente, et par là d’un lectorat adolescent. La revue publie de nombreux classiques pas encore reconnus, dans la foulée de l’École des loisirs, qui avait inauguré le domaine par des traductions, avant d’accueillir de nouveaux auteurs français. Malgré sa grande richesse, le magazine est en permanence en souffrance chez Bayard, tandis que J’aime lire connaît alors des tirages faramineux, supérieurs à ceux du Journal de Mickey.

Je Bouquine, comme d’autres productions de la même époque, appartient à un moment négligé par la critique littéraire actuelle de constitution de la littérature adolescente, et par là d’un lectorat adolescent. La revue publie de nombreux classiques pas encore reconnus, dans la foulée de l’École des loisirs, qui avait inauguré le domaine par des traductions, avant d’accueillir de nouveaux auteurs français. Malgré sa grande richesse, le magazine est en permanence en souffrance chez Bayard, tandis que J’aime lire connaît alors des tirages faramineux, supérieurs à ceux du Journal de Mickey.

Etape 2 - L'intérieur de la boutique

Dragon Ball Z dans Je Bouquine

ette histoire charmante, sur le plan graphique et narratif, a pour particularité de mettre en scène Dragon Ball et ses déclinaisons transmédiatiques, dans un magazine dont l’image de publication catholique, éducative, sage et cultivée (on y adapte beaucoup les classiques) pourrait difficilement être plus éloignée de l’image alors associée au Club Dorothée – qui ne s’arrête que deux ans plus tard – aux anime et aux mangas. En ce sens, ce numéro témoigne d’un moment d’acculturation de cette production transmédiatique dans un autre pan de la culture jeunesse. Le magazine Bayard avait initialement affiché sa compatibilité avec la science-fiction et le populaire des années 70-80 (le n°1, L’Enfant qui venait de l’espace, est une nouvelle de science-fiction de Robert Escarpit, citant Asimov et illustrée par Caza), mais il ne me semblait pas évident qu’il ait été disposé à tolérer de la même façon l’imaginaire populaire japonais, tel qu’il était alors importé en France.

"Navajo", redessin et condensation de Fort Navajo, de Charlier et Giraud (1963 dans Pilote, 1965 en album)

Giraud/Moebius : redessiner

Je ne pense absolument pas qu’il faille dessiner pour parler de bande dessinée, de même qu’il n’est pas nécessaire de réaliser pour écrire sur le cinéma. De façon générale, il me semble néanmoins qu’il est possible d’apprendre beaucoup en se confrontant à la pratique. C’est en partie la raison pour laquelle j’ai réalisé des petits films d’animation, des jeux vidéo, des fanzines ou encore, bien sûr, des bandes dessinées : chaque fois, il s’agissait d’apprendre les gestes, de prendre la mesure des contraintes, des difficultés, du labeur et des accidents.
Dans le cadre du projet de livre sur Giraud/Moebius, un de mes objectifs est de comprendre ce qui constituerait le style de l’auteur, et le redessin est un des outils pour y parvenir.

Projet Giraud/Moebius

J’inaugure une nouvelle série de posts sur ce blog, qui recensera des travaux préparatoires pour un ouvrage consacré à Giraud/Moebius. Comme tous mes travaux d’ampleur, le projet est né par accident et par une suite de sollicitations. J’ai d’abord été sollicité à l’été 2021 par les éditeurs du recueil Fifty Key Figures of Cyberpunk pour écrire une entrée consacrée à Moebius. J’ai évidemment accepté avec joie, et j’ai consacré beaucoup d’énergie à ce court texte, centré sur “The Long Tomorrow” et la fameuse déclaration de William Gibson indiquant que l’esthétique de Neuromancien dérive des inventions visuelles de Métal Hurlant (dans son introduction à Neuromancer—The Graphic Novel. Epic Comics/Marvel, 1989, p.5).

Lisette n°10 (1958)

Lisette, conclusion temporaire (6)

J’avais prévu de consacrer quelques heures à ce dépouillement de Lisette au début des années 60, pour un parcours systématique mais distant de quelques années de publication. J’entame ce sixième texte avec le sentiment...

n°5 (1959)

Lisette et l’effet Spoutnik ? (5)

Revue catholique pour petites filles, assez conservatrice bien que résolument “apolitique”, Lisette offre peu d’occasions d’observer les effets des événements historiques contemporains. La Guerre d’Algérie en est tout à fait absente, par exemple. Pourtant, le journal n’est pas entièrement coupé des évolutions sociétales, particulièrement lorsque celles-ci touchent à sa ligne éditoriale : émergence de la télévision, d’un public adolescent, etc. Et puisque celles-ci sont à leur tour marquées par le cadre plus large des transformations socio-économiques du pays, Lisette n’échappe pas tout à fait à son époque, dont elle offre un reflet lointain et diffracté, que ce soit dans ses rubriques d’actualité, dans ses récits ou encore dans son paratexte publicitaire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search