Catégorie : Billets

Lisette, magazine de bande dessinée ? (2)

En parcourant Lisette, je suis d’abord frappé par la diversité des contenus. En tant que chercheur en bande dessinée, j’ai abordé ces revues par ce prisme: tout le reste l’apparaissait initialement comme une forme de supplément, riche d’informations mais nettement moins central. La fréquentation des comic books américains encourage cette lecture, puisque ceux-ci ont longtemps inclus des pages de texte, notamment de courtes nouvelles, que pour remplir les conditions leur permettant d’obtenir des tarifs postaux avantageux. En France, l’arsenal réglementaire a aussi incité à une mixité des contenus, comme le rappelle Jessica Kohn dans sa thèse

Lecture en escargot ?

Une de mes activités favorites dans mes bandes dessinées autobiographiques est de produire un contre-exemple à des affirmations hasardeuses sur les propriétés formelles ou sur les codes de la bande dessinée, après la lecture d’ouvrages discutables. Un livre rabâchant la nécessité d’une alliance texte-image dans la bande dessinée est par exemple une bonne invitation à produire une page muette la semaine suivante.

Total Recall (1990), affiche.

Total Recall et ses attentes fragmentaires

Quand elles existent, les attentes portant sur le film sont le plus souvent imprécises, tout simplement parce que contrairement à une bande dessinée, par exemple, il est impossible de feuilleter un film : on se base donc sur l’affiche, sur sa bande annonce ou sur n’importe quel autre élément, par exemple une connaissance du roman dont est tirée une adaptation. Évidemment, c’est un peu pareil pour un roman, par exemple, à ceci près que le roman est un travail d’auteur singulier – en gros – quand même un film d’un réalisateur donné ou d’un genre donné peut ne pas avoir grand-chose à voir avec les exemples précédents, ceux dont on est familiers.

Robotron (Williams, 1982), screenshot.

Twin-stick shooters, and videogame history

The history of videogames cannot be told without taking technology into account.
This does not mean, however, that the history of videogames can be confused with a chronicle of technological progress, tempting as that perspective may be for enthusiasts and for the industry itself.

Dead Tube, l’horreur en surface

Il est peu dire que Dead Tube a “mauvais genre”. La combinaison de violence et de sexualité tout à fait explicite, le tout traité avec une manifeste jubilation, suffirait à l’établir. L’une comme l’autre sont d’ailleurs traitées en épousant pleinement les conventions de représentation des genres concernés : sang noir à l’encre “jetée” pour l’horreur, corps flexible et fluides corporels abondants pour les parties pornographiques.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search