Catégorie : Billets

"Navajo", redessin et condensation de Fort Navajo, de Charlier et Giraud (1963 dans Pilote, 1965 en album)

Giraud/Moebius : redessiner

Je ne pense absolument pas qu’il faille dessiner pour parler de bande dessinée, de même qu’il n’est pas nécessaire de réaliser pour écrire sur le cinéma. De façon générale, il me semble néanmoins qu’il est possible d’apprendre beaucoup en se confrontant à la pratique. C’est en partie la raison pour laquelle j’ai réalisé des petits films d’animation, des jeux vidéo, des fanzines ou encore, bien sûr, des bandes dessinées : chaque fois, il s’agissait d’apprendre les gestes, de prendre la mesure des contraintes, des difficultés, du labeur et des accidents.
Dans le cadre du projet de livre sur Giraud/Moebius, un de mes objectifs est de comprendre ce qui constituerait le style de l’auteur, et le redessin est un des outils pour y parvenir.

Projet Gir/Moebius

J’inaugure une nouvelle série de posts sur ce blog, qui recensera des travaux préparatoires pour un ouvrage consacré à Giraud/Moebius. Comme tous mes travaux d’ampleur, le projet est né par accident et par une suite de sollicitations. J’ai d’abord été sollicité à l’été 2021 par les éditeurs du recueil Fifty Key Figures of Cyberpunk pour écrire une entrée consacrée à Moebius. J’ai évidemment accepté avec joie, et j’ai consacré beaucoup d’énergie à ce court texte, centré sur “The Long Tomorrow” et la fameuse déclaration de William Gibson indiquant que l’esthétique de Neuromancien dérive des inventions visuelles de Métal Hurlant (dans son introduction à Neuromancer—The Graphic Novel. Epic Comics/Marvel, 1989, p.5).

Lisette n°10 (1958)

Lisette, conclusion temporaire (6)

J’avais prévu de consacrer quelques heures à ce dépouillement de Lisette au début des années 60, pour un parcours systématique mais distant de quelques années de publication. J’entame ce sixième texte avec le sentiment...

n°5 (1959)

Lisette et l’effet Spoutnik ? (5)

Revue catholique pour petites filles, assez conservatrice bien que résolument “apolitique”, Lisette offre peu d’occasions d’observer les effets des événements historiques contemporains. La Guerre d’Algérie en est tout à fait absente, par exemple. Pourtant, le journal n’est pas entièrement coupé des évolutions sociétales, particulièrement lorsque celles-ci touchent à sa ligne éditoriale : émergence de la télévision, d’un public adolescent, etc. Et puisque celles-ci sont à leur tour marquées par le cadre plus large des transformations socio-économiques du pays, Lisette n’échappe pas tout à fait à son époque, dont elle offre un reflet lointain et diffracté, que ce soit dans ses rubriques d’actualité, dans ses récits ou encore dans son paratexte publicitaire.

M. Delinx - "Lidée lumineuse de Sophie" - Lisette n°22 (1959)

Lisette, le cinéma et la télévision (4)

Si le Lisette de la fin des années 50 entretient des relations avec plusieurs autres médias (le magazine d’actualité, les disques, la télévision), c’est indéniablement avec le cinéma que ces liens sont les plus clairs. Il est exceptionnel qu’un numéro ne comporte aucune référence à un film ou à une actrice (beaucoup plus rarement un acteur), et il n’est pas rare d’en trouver plusieurs. Le cinéma apparaît à plus d’un titre comme un média allié, une culture partage entre le magazine, les lectrices, mais aussi leurs parents. Ainsi, une notule sur Katherine Hepburn (accolée à un article plus substantiel sur Audrey Hepburn, 28 ans cette année-là) note-t-elle : “toutes vos mamans l’ont connue” (n°39, 1957) ((Les numéros sont attribués annuellement et non de manière continue)). On retrouve cette même formule à propos de Ben-Hur un an plus tard, en allusion à la version muette de l’histoire, tournée en 1925 : “Demandez à vos mamans si elles s’en souviennent !” (n°35, 1958).

Lisette - mars et juin 1959 - nouvelle technologie, continuité des sujets

Lisette et la photographie (3)

Dans ce troisième texte consacré à la revue, j’aimerais revenir sur la façon dont Lisette met la bande dessinée en rapport avec d’autres médias, en me concentrant toujours sur les transformations qui se déroulent à la charnière entre les années 50 et 60. D’une part, Lisette comporte dans ses pages une constellation de formes culturelles et de types d’images, allant de l’illustration à la photographie. D’autre part, la revue interagit avec son environnement médiatique immédiat, comme d’ailleurs d’autres revues de l’époque. Pour le dire autrement, Lisette est un objet culturel pluriel, pris dans un écosystème médiatique complexe. Vu l’ampleur du sujet, je consacrerai cette note à la photographie, avant de revenir sur le cinéma et la télévision dans un texte ultérieur.

Lisette, magazine de bande dessinée ? (2)

En parcourant Lisette, je suis d’abord frappé par la diversité des contenus. En tant que chercheur en bande dessinée, j’ai abordé ces revues par ce prisme: tout le reste l’apparaissait initialement comme une forme de supplément, riche d’informations mais nettement moins central. La fréquentation des comic books américains encourage cette lecture, puisque ceux-ci ont longtemps inclus des pages de texte, notamment de courtes nouvelles, que pour remplir les conditions leur permettant d’obtenir des tarifs postaux avantageux. En France, l’arsenal réglementaire a aussi incité à une mixité des contenus, comme le rappelle Jessica Kohn dans sa thèse

Lecture en escargot ?

Une de mes activités favorites dans mes bandes dessinées autobiographiques est de produire un contre-exemple à des affirmations hasardeuses sur les propriétés formelles ou sur les codes de la bande dessinée, après la lecture d’ouvrages discutables. Un livre rabâchant la nécessité d’une alliance texte-image dans la bande dessinée est par exemple une bonne invitation à produire une page muette la semaine suivante.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search