Lisette, le cinéma et la télévision (4)

Miss auto-radio : technologie et glamour. Lisette n°1 (1958)

Miss auto-radio : technologie et glamour. Lisette n°1 (1958)

[Ce texte est le quatrième d’une série consacrée au dépouillement du magazine Lisette à la fin des années 50 – voir le 1,le 2, et le 3]

 

Après avoir examiné la place de la bande dessinée et de la photographie dans Lisette, j’aimerais revenir sur la façon dont le magazine dialogue avec le cinéma d’une part et avec la télévision de l’autre. Autant dire que tout ce texte sera placé sous l’ombre de Jan Baetens, dont les travaux sur la novellisation, sur le roman-photo et sur le ciné-roman nourrissent tout ceci.

 

Une relation durable avec le cinéma et ses vedettes

Si le Lisette de la fin des années 50 entretient des relations avec plusieurs autres médias (le magazine d’actualité, les disques, la télévision), c’est indéniablement avec le cinéma que ces liens sont les plus clairs. Il est exceptionnel qu’un numéro ne comporte aucune référence à un film ou à une actrice (beaucoup plus rarement un acteur), et il n’est pas rare d’en trouver plusieurs. Le cinéma apparaît à plus d’un titre comme un média allié, une culture partage entre le magazine, les lectrices, mais aussi leurs parents. Ainsi, une notule sur Katherine Hepburn (accolée à un article plus substantiel sur Audrey Hepburn, 28 ans cette année-là) note-t-elle : “toutes vos mamans l’ont connue” (n°39, 1957)1. On retrouve cette même formule à propos de Ben-Hur un an plus tard, en allusion à la version muette de l’histoire, tournée en 1925 : “Demandez à vos mamans si elles s’en souviennent !” (n°35, 1958).

De fait, comme l’illustre le graphe ci-dessous, Lisette s’intéresse au cinéma depuis les premières années de sa publication, et tout particulièrement depuis la fin des années 30. La période qui m’intéresse se déroule vingt ans plus tard, soit une génération. J’aimerais penser que les  lectrices des années 30 sont devenues les mères de celles des années 50, mais avec un âge moyen du premier enfant plus proche de trente ans que de vingt à cette époque2, il est un petit peu trop tôt pour cela.

 

Note : Gallica propose de l’OCR et donc de la recherche plein texte sur des numéros courant de 1921 à mai 1940, soit les scans réalisés par la Cité de la bande dessinée. Pour 1940, la recherche renvoie 8 résultats, ce qui peut être extrapolé à une vingtaine sur l’année. Un parcours des numéros ultérieurs montre que la référence au cinéma y reste très présente. Le mot “télévision” apparaît une fois dans ce corpus, en 1933, comme une sorte de repoussoir.

L’augmentation très sensible vers 1937-38 coïncide grossièrement avec l’éphémère tentative de passage à des couvertures photographiques, dont je parlais dans le mon texte précédent, mais aussi à l’accent mis sur les “vedettes”. Le mot apparaît dans un à trois numéros par an jusqu’en 1937, puis bondit à 14 et 19 occurrences en 1938 et 1939 ! Lisette s’intéresse donc au cinéma aussi sous l’angle d’un glamour souvent hollywoodien, certes très présentable – revue catholique oblige – mais qui ne cherche pas à s’abriter derrière des vertus éducatives supposées, par exemple.

Lisette 10 Janvier 1960 - Romy Schneider

Lisette, 10 Janvier 1960 – Romy Schneider

Cet attrait pour les stars persiste dans les années qui m’intéressent ici, avec par exemple la couverture dédiée à Romy Schneider que je montrais dans mon texte précédent, des brèves mentionnant les actrice (“Romy est passée par Paris”, avec une photo, dans le n°31 de 1957, par exemple) ou encore des portraits plus développés, comme celui de Jean Seberg (n°33, 1957) ou Audrey Hepburn (n°39, 1957). Si des personnalités d’autres médias, comme les chanteurs Henri Salvador ou Paul Anka font aussi l’objet de brefs articles, c’est avant tout au cinéma que le concept de vedette semble associé dans Lisette.3 En l’espace d’une seule double-page aérée de 1959 (n°30), correspondant à la rubrique irrégulière “autour de l’écran”, le mot “vedette” apparait huit fois, appliqué aussi bien à Bernard Blier qu’à Capucine, mannequin devenue actrice.

 

Le cinéma adapté

La présence du cinéma dans la revue ne se limite cependant pas à cet intérêt pour les stars. A de très rares exceptions près, les numéros de la fin des années 50 et du début des années 60 perpétuent en effet la tradition de la novellisation cinématographique illustrée de photographies, et ce dans deux formules distinctes.

La Nouvelle République (1961). J'emprunte cette image à l'histoire de la BD dans la NR, de Nicolas Albert

La Nouvelle République (1961). J’emprunte cette image à l’histoire de la BD dans la NR, de Nicolas Albert

Dans la première, jusque courant 1958, ces résumés se présentent sous forme de récit à suivre sur plusieurs semaines, avec texte et photogramme disposés dans une grille de 3×3. Le dispositif évoque évidemment la bande dessinée, mais plus particulièrement les options narratives en vigueur pour les adaptations littéraires, que ce soit dans Lisette ou dans la presse quotidienne de l’époque.

Ainsi, à l’intérieur d’un seul numéro (en l’occurrence le n°30 de 1957), la page consacrée au film Les Clameurs se sont tues (Rapper, 1956) ressemble plus à celle consacrée à La Prairie, le roman de Fenimore Cooper, adapté par Rouillard et Jan-Loup, qu’à toute autre rubrique du magazine. Il me semble qu’il faut alors considérer que ces deux adaptations constituent une série cohérente, deux applications d’une même pratique, indépendamment du choix d’utiliser des photographies ou des dessins. Il s’agit dans un cas comme dans l’autre de proposer une transposition qui se veut fidèle, avec une intervention éditoriale minimale, d’un récit préexistant ; la technique utilisée est alors un facteur secondaire. Cette double possibilité graphique se manifeste d’ailleurs également dans un genre proche, celui des récits de vies illustres, dans la veine des « Belles histoires de l’Oncle Paul » de Spirou. Lisette propose ainsi des récits dessinés sur De Vinci ou d’autres figures historiques, mais publie aussi fin 1958 une vie de Molière dont la présentation est exactement identique à celles de Les Clameurs se sont tues, à ceci près que les photographies sont réalisées spécialement pour le récit.

Lisette 30 - 28 juillet 1957 - Deux adaptations, un style commun

Lisette 30 – 28 juillet 1957 – Deux adaptations, un style commun

En juin 1958, ce régime d’adaptation spécifique disparaît de Lisette, pour laisser la place à des résumés illustrés, dans le cadre du processus général de dissociation des formes dont je parlais dans mon premier texte. Des photographies de tournage élégantes et évocatrices remplacent donc les photogrammes et image narratives de la formule précédente ; la juxtaposition picturale subsiste, mais la séquence disparaît.

Ce changement de mise en page s’accompagne d’autres ajustements : dans l’exemple ci-dessous, le chapeau sur fond bleu introduit un jugement critique explicite, à propos du réalisateur et des acteurs, même si l’essentiel est consacré à un résumé assez neutre des événements du film.Dans la formule précédente, cette fonction critique était quasi-invisible : l’adaptation de A Pied, à cheval et en voiture (Delbez, 1957) se voyant par exemple simplement qualifiée de “divertissante aventure” (n°1 – 5 janvier 1960). Par ailleurs, ces adaptations ne sont plus sérialisées, et s’apparentent désormais plus à une rubrique informative qu’à du contenu narratif.

Bien que publiant des romans-photos, Lisette ne semble jamais avoir franchi le pas du “ciné-roman-photo” sur lequel Jan Baetens a abondamment écrit4, sans doute pour des raisons de place. En revanche, les romans-photos originaux publiés à cette époque (1958-1959) étalent à l’envie leur influence cinématographique, qu’il s’agisse de créditer un “réalisateur” ou dans le cas de “Miracle au cinéma”, sérialisé à l’été 1958, de mettre en scène une famille réunie par l’écran après la seconde guerre mondiale.

Lisette n°41 – 11 Octobre 1959 – Le Journal d’Anne Franck

Lisette est cependant dans une période de grande hésitation et explore par la suite d’autres modes de présentation. Début 1960, le journal semble s’arrêter sur une formule qui dure jusqu’à la fin de mon corpus, et qui combine récit séquentiel et récit textuel en les juxtaposant, et en réduisant de nouveau la part critique. Un temps nommée “Le Film raconté”, la rubrique continue avec régularité mais avec plusieurs ajustements de mise en page. Le rapport au film revient donc vers le récit plutôt que vers le commentaire, en continuant d’osciller entre narration visuelle et résumé illustré.

Lisette n°27 - 1960 - "Le film raconté"

Lisette n°27 – 1960 – “Le film raconté”

Sud-Ouest - 31 juillet 1961

Sud-Ouest – 31 juillet 1961

Ce lien étroit avec le cinéma et cet usage d’une forme d’adaptation agnostique en matière de technologie de représentation n’est pas propre à Lisette. La Jangada, une adaptation mexicaine de Jules Verne offre un bon exemple de ces dynamiques. Réalisé en 1959, le film sort dans les salles françaises en juillet 1961, et donne lieu à au moins deux adaptations distinctes. La première est publiée dans Pilote, dans le n°113, en décembre 1961. La seconde dans Lisette, en mai 1962, soit 10 mois après le début de la diffusion cinématographique. La forme de l’adaptation dans Pilote souligne, si nécessaire, que les choix de mise en page de Lisette ne reflètent pas une idiosyncrasie éditoriale mais bien un régime plus général de transposition médiatique, au sein duquel il existe plusieurs variations importantes5.

Pilote 113 – 21 décembre 1961 – La Jangada

Lisette 18 – 6 mai 1962 – La Jangada

Cet intervalle interroge, bien entendu. Sans avoir pratiqué un relevé exhaustif des dates de sorties des films, il semble que cet écart ne soit pas exceptionnel. Même en prenant en compte un cycle d’exploitation plus long – avec des cinémas de première exclusivité et un réseau secondaire disposant des films plus tardivement – il semble difficile d’imaginer qu’un long-métrage assez obscur, comme La Jangada, soit resté visible en salle aussi longtemps. Ces adaptations ne semblent donc pas pouvoir jouer le rôle promotionnel souvent associé à ce genre de déclinaisons intermédiatiques.

Il faut donc avancer d’autres hypothèses expliquant cette pratique :

  • un contenu abondant et peu onéreux : c’est assez vraisemblable, puisque l’essentiel de l’iconographie et sans doute une bonne partie du texte provient du dossier de presse. Trois des photographies existent ainsi en commun dans la version de Pilote et dans celle de Lisette.
  • une fascination durable pour le medium : le cinéma, territoire de la vedette, exerce une fascination technologique et culturelle durable, qui ne me semble d’ailleurs pas entièrement dissipée aujourd’hui. La remédiation du récit cinématographique, même aplati par une narration insipide, fonctionne pour les lectrices comme un rappel de l’expérience du cinéma et des pratiques culturelles qui y sont associées
  • une fonction d’archive ou de substitut : jusqu’à l’arrivée des magnétoscopes, dans les années 70, posséder ou même revoir les films n’est pas une expérience accessible aux particuliers, moins encore aux petites filles. Comme l’écrit Jan Baetens dans son article cité plus haut: “In the 1950s, the film photonovel was the most appropriate–if not for some the only possible–way to keep a material trace of the film experience or to serve as a substitute for a film experience that was out of one’s reach” (10). Le décalage entre temps diffusion et temps de publication dans le magazine n’est dans ce contexte pas un obstacle mais une qualité.

Le cinéma est donc présent dans Lisette sous deux angles distincts et complémentaires. D’une part, il est un milieu social regardé et commenté avec envie, placé sous le signe du vedettariat et du lien intergénérationnel. De l’autre, il est une forme narrative, éminemment compatible avec les autres modes de récit présents dans le magazine.

Il s’agit bien sûr d’intermédialité, mais il me semble que la métaphore d’« écologie des médias », inventée par Neil Postman d’après Marshall McLuhan, permet de mieux comprendre les relations entre Lisette et le cinéma. Lisette positionne le cinéma comme un média allié, une source de contenus multiples, vis-à-vis de laquelle il est possible d’adopter un ensemble de positions complémentaires (la célébration, le commentaire, la citation). Plutôt que de parler de circulation, il me semble qu’il y a là une imbrication, visible dans presque tous les numéros.

 

Adoption prudente de la télévision

Lisette se montre plus embarrassée face à la télévision, dont la diffusion dans la société française correspond étroitement à la période qui m’intéresse ici. Comme le note un rapport du CREDOC de 1964 :

En raison de son apparition assez récente, la télévision n’a pas encore, en France, une audience comparable à celle de la télévision britannique. Il convient toutefois de noter que cette situation se modifie très rapidement et que, avec un taux de saturation qui a été multiplié par 2,87 entre 1959 et 1963, la télévision est le bien durable dont le développement est le plus rapide en France.6

Dans le détail, le taux d’équipement des foyers triple entre 1959 et 1963, passant de 9,5% à 27,3% en moyenne, avec une progression particulièrement rapide dans la classe moyenne. Ce taux continuera d’ailleurs de grimper au cours de la décennie, pour dépasser les 80% en 1971.

Ce contexte suffit à expliquer certains atermoiements : il est en effet difficile pour le journal de passer sous silence ce média dont la popularité augmente si nettement, et difficile également de consacrer trop d’attention à une forme qui ne touche (encore) qu’une minorité de lectrice. Cet embarras est peut-être encore accentué par la concurrence qui s’installe entre télévision et cinéma, qui contribue à l’effondrement de la fréquentation de ce dernier.

" L'évolution du secteur de l'exploitation cinématographique." - https://www.senat.fr/rap/r02-308/r02-3081.html

” L’évolution du secteur de l’exploitation cinématographique.” – https://www.senat.fr/rap/r02-308/r02-3081.html

Lisette ne parvient initialement pas à dépasser cette tension. Le magazine semble hésiter en permanence entre enthousiasme et réserve, annonçant à plusieurs reprises qu’il va désormais s’intéresser à la télévision : en 1957, la rubrique s’intitule “radio-disques-chansons-télé” et promet : “Pour que vos loisirs riment avec plaisir, nous visiterons désormais ensemble le vaste domaine de la Radio, de la Télé, des disques et des chansons. Allons, suivons le guide” (n°32). Cinq ans plus tard, en 1962, l’heure est encore aux tentatives, puisque la page “Radio Télé Lisette” annonce : “Voici donc votre première page R.T.L.. Nous y parlerons ensemble des émissions qui vous sont réservées”. Dans un cas comme dans l’autre, la rubrique reste très épisodique. Le nouveau média s’insinue bien dans les brèves, et même dans les récits, mais il reste à la périphérie, dans un statut incertain. A partir de 1959, le magazine semble pourtant décidé à parler de la télévision, et même à adopter un début de discours critique.

Ainsi, dans les numéros 6 et 7 de cette année-là, Zette et Jackie regardent la télévision à l’occasion d’un voyage aux Etats-Unis, en commençant par un match de base-ball dont les règles semblent obscures, avant d’enchaîner sur “Le Cri dans les ténèbres”,un film à “suspence” (sic.) dont on ne verra que le titre. Le contexte états-unien importe bien entendu ici, et le poste de télévision pouvait être aperçu dès l’épisode paru dans le n°4, comme élément de décor d’un salon à l’exotisme moderne. Toute cette scène fait de la télévision un accessoire étrange, véhicule de contenus étrangers et incompréhensibles. D’ailleurs, elle est déjà la “télé”, dans la deuxième case de la page reproduite ci-dessous, mais avec de prudents guillemets. Je note aussi que le visionnage de la télévision est présenté comme une variante sur la salle de cinéma, avec un public nombreux, une salle obscure et même – au mépris de la perspective – plusieurs rangées de sièges, dans la cinquième case.

Zette et Jackie – “Le bracelet d’argent” – Lisette n°6 (1959)

Quelques semaines plus tard, le numéro 12 de 1959 comporte une rubrique sur l’actualité de la radio et télévision, mais aussi un petit strip mettant en garde contre la nouvelle venue et ses effets sur la vue des jeunes filles. Le cinéma est bien mentionné dans le texte, mais c’est bien seule face à un poste de télévision moderne que la jeune fille de cette rubrique régulière semble se perdre dans ses pensées.

Lisebelle et le regard lumineux - Lisette n°12 (1959)

Lisebelle et le regard lumineux – Lisette n°12 (1959)

 

La télévision fait une autre apparition quelques numéros plus tard (n°22) dans un strip de Mic Delinx, futur auteur de La Jungle en folie. Il faut sans doute se garder de lire un message trop appuyé dans cette courte bande, puisque ces gags de Sophie sont généralement placés sous le signe d’une fade simplicité7, malgré un dessin dynamique et déjà abouti. Pour autant, l’interchangeabilité de l’aquarium et de la télévision évoque une vue perplexe et assez peu flatteuse du nouveau média [Reprenant ce texte, je découvre une autre planche de “Sophie” mettant en scène la télévision, le 29 juin 1958; inspirée par une émission sportive et l’envie de devenir une vedette, Sophie finit par assommer un voisin en faisant du saut à la perche sur un râteau].

M. Delinx - "Lidée lumineuse de Sophie" - Lisette n°22 (1959)

M. Delinx – “Lidée lumineuse de Sophie” – Lisette n°22 (1959)

Cependant, c’est dans une nouvelle publiée entre ces deux strips, dans le n°16, que se lit le plus nettement la méfiance de Lisette envers la télévision. Signée Th. Bernardie, la nouvelle s’intitule simplement “Télévision !”. Elle décrit le dilemme de Lucienne, invitée par sa camarade de classe Ghislaine Audoux à venir regarder la télévision que ses parents viennent d’acheter. En chemin, Lucienne voit une femme âgée, Mme Grimaud, chuter lourdement sur le trottoir et se casser la jambe. Malgré son envie de regarder la télévision et malgré la désertion d’une de ses camarades, qui poursuit son chemin, Lucienne décide d’aider la vieille dame. Le texte s’achève sur un discours de sa mère qui la félicite pour son sens des priorités :

 – Alors, cette télévision ?

– Je n’ai rien vu.

– Déjà détraquée ?

– Je ne suis pas allée chez Ghislaine. Oh! maman !

Et tout d’un coup, elle éclate en sanglots. C’est sa déception, un peu oubliée tant qu’elle s’occupait des autres, qui lui revient, se gonfle et déborde. De grosses larmes coulent.

Sa mère, qui à travers le récit entrecoupé de hoquets a suivi la ligne principale, s’efforce de la calmer.

– Il ne faut pas pleurer pour si peu, ma chérie, dit-elle tendrement. Tu as manqué la télévision aujourd’hui, la belle affaire ! Tu as agi comme une fille de coeur, et ça c’est plus important que tout.

La télévision sert donc ici de métonymie pour la tentation, tout ce qui relève de la futilité, de l’éphémère et du divertissement au risque de détourner du devoir d’aider son prochain. L’hésitation de Lucienne au moment de choisir entre la télévision et la vieille femme est le centre de la nouvelle à tout point de vue. Cependant, le nouveau dispositif médiatique n’est pas seulement une excuse narrative, il est aussi l’objet d’une fascination de la part de toutes les jeunes filles, sur laquelle l’auteur s’attarde longuement dans la première partie du texte. C’est cette fascination qui donne tout son prix au renoncement de Lucienne :

Ce fut d’abord un murmure, un “on-dit” qui alla s’amplifiant, pour devenir une précision : les Audoux s’étaient offerts une télévision. […]

– Cela te plait la télévision ?

– Mais oui.

– En somme, c’est comme si vous aviez le cinéma chez vous ?

– A peu près, malheureusement, mes parents ne me laissent pas la regarder chaque soir. Ils disent que les programmes ne sont pas tous pour la jeunesse. Le jeudi après-midi, c’est différent.

Les yeux brillants de ses compagnes ne laissent aucun doute sur leurs sentiments.

La nouvelle rend donc compte du choc de l’arrivée de la télévision, de sa dimension encore collective tant qu’elle reste rare, mais aussi des dangers potentiels pour les jeunes lectrice du magazine, qui risquent d’être détournées de leurs devoirs par ces nouveaux spectacles (sans noter que leurs aînées ont pu être mises en garde contre le roman, le cinéma ou la bande dessinée). Elle témoigne dans tous les cas des efforts du magazine pour prendre la mesure de cette transformation profonde du paysage médiatique.

En juillet 1959, une autre nouvelle au titre prometteur “Victime de la télévision” (n°30 – 26 juillet 1959), met quant à elle en scène une jeune fille dont le mensonge à ses parents – elle a manqué à sa promesse de rester chez elle – est dévoilé par son passage à la télévision. Le texte s’achève sur un constat en forme de mise en garde : “Quand on vante devant elle les mérites de la télévision elle ne peut s’empêcher de se rappeler sa mésaventure, qui, en un sens, lui a servi : Maryse a cessé de désobéir !”. Cette conclusion prend un relief particulier si on songe que Lisette publiait un an auparavant une fable en roman-photo à propos du cinéma, dans lequel le médium servait justement à réunir une famille plutôt qu’à la diviser.

Cette intense attention débute en 1959 et se s’intensifie en 1960 sous plusieurs formes. Dans les récits, tout d’abord, la télévision semble avoir perdu une part de son caractère exotique et exogène. C’est ainsi tout naturellement que Mick et Mack, deux héros enfantins aux faux-air de Quicke et Flupke, ont une télévision chez eux et regarde les jeux télévisés, même si l’objet reste coûteux : leur père, en manque d’argent, envisage d’emblée de revendre le poste (n°40 de 1960). Dans le numéro précédent, un court récit réaliste de trois pages, « Nadine et le miroir brisé », que je soupçonne emprunté à une revue anglaise, met même en scène les angoisses superstitieuses d’une jeune artiste passant à la télévision (n°39).

Le document le plus évocateur est cependant publié un peu plus tôt dans l’année, un test à l’attention des jeunes lectrices leur demandant si elles savent « jouer » de la télévision – le verbe est étonnant. Dans Lisette, ces tests sont un des lieux où s’expriment le plus nettement les conditions sociales et matérielles de l’époque. Celui-ci ne fait pas exception :

Lisette n°8 - 1960 - Savez vous "jouer" de la télévision ?

Lisette n°8 – 1960 – Savez vous “jouer” de la télévision ?

Outre l’insistance sur la rareté persistante de la télévision, le test développe un discours familier sur le risque d’addiction, qui développe et explicite les conclusions de la nouvelle de 1959 : la télévision mérite son pouvoir de fascination, mais elle doit être un facteur de sociabilité, éventuellement d’éducation (les concerts du jeudi) et ne peut remettre en cause les obligations sociales et familiales. Manquer de retenue et s’abandonner à ce nouveau plaisir expose à une maladie imaginaire (la « télévisite » !) et surtout à une ferme réprobation de la part du magazine (« Ce serait lamentable, croyez-moi !).

Si la position du magazine s’infléchit progressivement, on voit donc que Lisette ne promeut pas la télévision dans son ensemble, et prône au contraire une certaine prudence, loin de l’enthousiasme pour le cinéma qui conduit la revue à adopter sans réserve les discours promotionnels autour du vedettariat. Le magazine prend acte des bouleversements en cours de son environnement médiatique, sans chercher en aucune manière à les devancer.

 

Conclusion

Le Lisette de la fin des années 50 et du début des années 60 est donc un objet fortement marqué par les circulations intermédiales, sous forme d’adaptation, de remédiation ou de commentaire. Les multiples formules d’adaptation cinématographique suggère aussi que cette pratique de l’adaptation est plus déterminante que la technique qu’elle emploie : il faut considérer qu’on trouve dans la revue des adaptations qui peuvent être illustrées de photographies ou de dessin, plutôt que de considérer cette différence de technique comme une séparation ontologique entre ces différents exemples.

Par ailleurs, cette période de Lisette donne à voir les efforts du magazine pour ménager un espace – une notion cruciale dans la métaphore d’écologie des médias – à la télévision au moment où celle-ci progresse très rapidement dans la société française. Né en 1921, Lisette a en effet sensiblement le même âge que la radio comme média de masse, et le cinéma lui préexistait nettement. En d’autres termes, l’arrivée de la télévision constitue le premier bouleversement notable de l’environnement des médias de masse depuis les débuts du magazine, quarante ans avant la période qui m’occupe. Il n’est dès lors pas surprenant que cette transition ait donné lieu à quelques hésitations.

Le regard rétrospectif nous permet par ailleurs de voir dans cette réticence face à la télévision une bataille d’arrière-garde. Comme le rappelle Béatrice Guillier dans sa présentation générale de la revue :

Les éditions de Montsouris sont confrontées à de graves difficultés dans les années 1960, notamment du fait de l’arrivée de la publicité à la télévision en 1968, qui provoque la perte d’une partie des annonceurs de ses journaux. […] Suite à un grand sondage mené auprès de ses lectrices pour mieux s’adapter à leurs nouvelles exigences et remédier à la chute vertigineuse de ses tirages (120 000 en 1970 !), Lisette change de formule et devient Lisette Télé-Jeune, le magazine des 15 ans. Comme certaines de ses concurrentes ont déjà tenté de le faire, Lisette vise à présent un public plus âgé, et met l’accent sur la culture médiatique pour revivifier l’intérêt de ses lectrices. La tentative est de courte durée ; Lisette Télé-Jeune ne paraît que d’octobre 1971 à mai 1973.

(“Lisette, journal des petites filles”, https://pressefille.hypotheses.org/118)

Lisette finira donc par embrasser bon gré mal gré ce média dont elle se défie encore au début de la décennie, lui préférant le voisinage familier du cinéma.

  1. Les numéros sont attribués annuellement et non de manière continue []
  2. Daguet, Fabienne. “L’évolution de la fécondité des générations nées de 1917 a 1949: analyse par rang de naissance et niveau de diplôme.” Population  55, no. 6 (Novembre 2000): 1021. https://doi.org/10.2307/1534926. []
  3. J’écris “semble” car je n’ai pas fait de décompte précis sur ce point. []
  4. Par exemple dans “Remediation in the Era of Hybridization: the Example of the Film Photonovel”, Leaves n°7, 2019 []
  5. La base BDoublies décrit l’adaptation de La Jangada dans Pilote comme un « roman-photo », qui est effectivement une des séries culturelles à laquelle on peut raccrocher ces récits très banals mais sans descendance ni véritable identité. []
  6. https://www.credoc.fr/download/pdf/Sou/Sou1964-3076.pdf []
  7. Par exemple : Sophie trouve l’eau de la piscine trop froide, et elle revient en case 3 y verser le contenu d’une théière []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search