Lisette, magazine de bande dessinée ? (2)

[Ce texte est le deuxième d’une série consacrée au dépouillement du magazine Lisette à la fin des années 50 – voir le 1]

En parcourant Lisette, je suis d’abord frappé par la diversité des contenus. En tant que chercheur en bande dessinée, j’ai abordé ces revues par ce prisme: tout le reste m’apparaissait initialement comme une forme de supplément, riche d’informations mais nettement moins central dans ma lecture ou mon feuilletage. La fréquentation des comic books américains encourage cette perception, puisque ceux-ci ont longtemps inclus des pages de texte, notamment de courtes nouvelles, que pour remplir les conditions leur permettant d’obtenir des tarifs postaux avantageux. En France, l’arsenal réglementaire a aussi incité à une mixité des contenus, comme le rappelle Jessica Kohn dans sa thèse1

Mise en place à la suite de la loi de 1949, la commission paritaire des publications et agences de presse exige que les titres de bande dessinée pour la jeunesse contiennent au maximum 75 % de bande dessinée, et qu’au moins 10 % soient consacrés à des rubriques d’actualité, pourcentage d’ailleurs souvent excédé. (p.505)

Ce contexte et mes propres biais m’invitent donc à lire mes Lisette (1957-1962) comme un magazine de bande dessinée. La dénomination est tentante et pas entièrement fausse pour la période qui m’intéresse, mais au prix de nombreuses précautions.

Lisette n°1 (1921) – image Gallica

L’intégralité de la revue depuis sa création en 1921 et jusqu’en 1950 est disponible sur Gallica et permet de constater que Lisette comprend depuis ses débuts des bandes dessinées, dans de multiples configurations texte-image et dans plusieurs genres. Ainsi, sur les 16 pages que comporte le magazine jusqu’en 1950, on trouve au moins une pleine page de bande dessinée, souvent placée en quatrième de couverture, et fréquemment complétée par des strips plus courts.

Cependant, durant cette longue période, le magazine mérite pleinement le descriptif d'”illustré”. L’image est partout et déterminante dans l’identité de la publication, depuis les élégantes couvertures jusqu’aux illustrations en couleur de la nouvelle qui figure en pages centrales2, en passant par les multiples cabochons et autres bandeaux accompagnant les différentes rubriques. Il s’agit bien cependant, pour l’essentiel, d’illustrer ou d’ornementer des récits et rubriques menés par le texte. Lisette est alors un journal avec de la bande dessinée, mais en aucun cas un journal de bande dessinée.

La situation n’est plus si nette en 1957, quand commence mon corpus.

Lisette est alors publié sous forme de magazine de 20 pages, avec toujours une couverture et une double-page centrale en couleur. Le magazine a notamment tenté fin 1952 et début 1953 d’utiliser régulièrement une bande dessinée en couverture, reléguant le titre du journal en haut de page, et déroulant quelques cases sur le reste de la page. Ce choix est fort, puisque le magazine s’ouvre et se ferme alors sur de la bande dessinée, qui devient véritablement la porte d’entrée vers la publication pour les lectrices potentielles. Ce choix rapproche aussi la maquette du magazine de celle de nombre d’autres journaux pour enfants contemporains, de L’Intrépide à Coq Hardi en passant par Spirou. Ci-dessous, deux exemples de cette maquette, mais aussi de la diversité de ces modes narratifs que je regroupe ici – un peu rapidement – sous le nom de bande dessinée : depuis un récit d’aventure humoristique à bulles (Nique et Prune, d’Erik) jusqu’à un portrait de métier avec texte sous l’image.

Lisette n°21 (mai 1953) - couverture

Lisette n°21 (mai 1953) – couverture (image ebay)

Lisette n°22 (juin 1953) - couverture

Lisette n°22 (juin 1953) – couverture (image ebay)

Lisette revient un temps des illustrations de couverture classiques, dans la deuxième moitié de 1953, mais continue d’hésiter entre les deux modèles. Ainsi, de 1954 à 1958, la revue systématise presque le recours à la bande dessinée en couverture, mais dans une configuration différente de celle de l’année précédente. Souvent consacrées aux héroïnes dessinées par Yves Mairé, dans un style réaliste et anguleux 3, ces couvertures présentent soit de brèves séquences, soit une grande illustration avec bulle, qui rappelle les stratégies de présentation des comics nord-américains (romance comics, bien sûr, mais pas seulement). Ces illustrations de couverture ne sont pas seulement des pages intérieures déplacées. Avec leurs couleurs vives, leur composition spectaculaire et leur fond coloré, elles offrent une démonstration technique et esthétique excédant en tout point les pages intérieures, un visuel composé pour séduire l’acheteuse potentiel autant que pour raconter une histoire. Elles positionnent également la bande dessinée comme un mode privilégié du récit en image au sein du magazine.

Lisette n°4 (1957) - couverture de Mairé

Lisette n°4 (1957) – couverture de Mairé (image ebay)

Lisette n°48 (1957) - couverture de Mairé

Lisette n°48 (1957) – couverture de Mairé (image ebay)

Lisette n’est cependant en aucun cas, même à ce stade, un magazine de bande dessinée. Si celle-ci a changé de statut, elle n’occupe toujours qu’un tiers du magazine. Le chemin de fer varie peu d’un numéro à l’autre, et courant 1957, la bande dessinée représente 7 pages sur 20 (couverture comprise), plus éventuellement un strip humoristique en pied de page. Le récit illustré occupe quant à lui 7 à 10 pages, dont systématiquement l’emplacement privilégié de la double page intérieur en couleur.

Ce ratio va cependant continuer à évoluer rapidement, à mesure que la pagination s’accroit, passant à 24 pages en octobre 1957, puis 28 en janvier 1958 et enfin 32 en mai 1959. Toutes ces pages ne vont pas à la bande dessinée, mais une partie au moins lui est consacré. Ainsi, lors du bref passage de 20 à 24 pages, les pages de bande dessinée dans chaque numéro passent de 7 à 9, augmentant légèrement son importance dans le journal. Cependant, dans le même temps, la part consacrée à la fiction illustrée ne croit pas : avec environ 8 pages par numéro dans cette formule, elle n’est même plus le premier type de contenu offert par le magazine.

Cette hiérarchie se confirme plus encore à la faveur des itérations suivantes de la formule, qui érodent encore la part consacrée à la fiction illustrée, comme l’illustrent les deux graphiques-ci dessous. Rapportées à la pagination totale du journal, la part de bande dessinée augmente, mais pas de façon radicale, quand celle de la fiction illustrée s’amenuise en permanence4.

Pour mesurer ce que représente ce seuil des 50% environ de bande dessinée, atteint dans la formule de 32 pages5, il n’est pas inutile de comparer Lisette à d’autres revues “de bande dessinée” de l’époque. Certes, Le Journal de Mickey (18 pages sur 24) ou Spirou (25 sur 32) sont composé aux trois quarts de bande dessinée en 1959, mais Le Journal de Tintin affiche une proportion comparable à celle de Lisette (21 pages sur 40). Le Pilote de la première époque ne comprend quant à lui que 13 pages de bande dessinée  sur 32, soit 40%, et cette proportion est encore inférieure dans Fillette jeune fille (10-12 pages sur 36), qui affiche il est vrai un autre positionnement éditorial.

Ces chiffres obligent à s’interroger sérieusement sur le statut de Lisette à l’issue de la série de mutations du magazine à la fin des années 50. La publication évoque sa propre ligne éditoriale en des termes génériques – “Nos pages […] veulent toutes se placer sous le signe de l’entrain, des gais loisirs et de la bonne humeur” (“Marraine vous parle”, n°40, 2 octobre 1960) – mais c’est désormais la bande dessinée qui constitue le cœur du dispositif, même quand elle n’est pas mise en avant en couverture. Cette tension persistante entre l’auto-représentation (et celles des parents acheteurs ?) et le contenu réel du magazine empêche de conclure que Lisette est devenu de façon univoque une revue de bande dessinée. Il s’agit pourtant d’une description plausible de la publication, d’autant que ce seuil de 50% restera plus ou moins stable jusqu’à sa disparition en 1974.

En regardant plus en détail le magazine, tout se passe comme si les pages à l’agencement texte-image audacieux que je mentionnais plus haut avaient été converties en page de bande dessinée. Comparé à l’inventivité de la mise en page de ces récits jusqu’en 1950, les récits de la fin des années 50 paraissent excessivement sages, avec leurs images insérées sans fantaisie dans les deux ou trois colonnes du texte. Les formes liminales entre texte illustré et bande dessinée ont quasiment disparu, ne subsistant que dans des recoins inattendus, comme les recettes de cuisine de Tarteline et Baba6, même si d’autres exemples sporadique apparaîtront au cours des années 60.

Lisette n°31 (1957) – “Tarteline et Baba”

Comment expliquer ce basculement rapide à la fin des années 50 d’un magazine contenant de la bande dessinée à ce qui peut plausiblement être décrit comme un magazine de bande dessinée ?

Il faut tout d’abord considérer qu’il s’agit d’une volonté éditoriale, et non des desiderata des auteurs eux-mêmes. Bien que Lisette crédite le plus souvent les créateurs, rien n’indique que ceux-ci disposent du pouvoir d’influer sur la destinée de la revue, tant le rapport de force leur est défavorable (Kohn, p.230-245). A partir de ce constat, on peut émettre plusieurs hypothèses :

  • une solution au vieillissement de la revue : les chiffres manquent pour étayer cette hypothèse, mais les difficultés générales de la presse catholique et les nombreux changements de formules observées dans la période qui m’intéressent suggère que le magazine est en mauvaise posture. Le passage à la bande dessinée, notamment en couverture, a sans doute freiné cette érosion, puisque Lisette survit bien après nombre de ses concurrents historiques.
  • un alignement sur un marché changeant : corolaire de ce qui précède, Lisette semble regarder attentivement vers la formule de ses concurrents pour s’aligner sur eux. La maquette de 1952-1953 est particulièrement frappante à cet égard. On peut opposer cette stratégie à celle de Fillette/Fillette jeune fille qui abandonne également les couvertures dessinées classiques à partir de cette époque, mais opte pour sa part pour des photographies de couverture, cherchant donc à se positionner comme un magazine général. Comme nous le verrons dans un article ultérieure, Lisetteexplorera brièvement cette voie.
  • la consolidation de l’idée de bande dessinée : la bédéphilie institutionnalisée émerge à la toute fin de la période couverte par mon corpus, consacrant la netteté croissante de la distinction entre bande dessinée et autres pratiques illustratives (à la faveur, également d’une renouvellement générationnel). La quasi-disparition des formes graphiques intermédiaires reflète peut-être ce mouvement d’ensemble.
  1. Travailler dans les Petits Mickeys” : les dessinateurs-illustrateurs en France et en Belgique de 1945 à 1968 – téléchargeable notamment ici https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02147283 []
  2. Présentant souvent des mises en pages sophistiquées, ces nouvelles en pages centrales laissent parfois une place telle à la séquence qu’elles se lisent comme des bandes dessinées. On peut en voir une belle séance au début de 1926. Cependant, la comparaison avec les autres pages centrales de la même année suggère une différence de degré plutôt que de nature : l’effet bande dessinée est ici un cas limite du récit illustré. []
  3. Je renvoie ici à l’excellente présentation de sa carrière par Henry Filipini sur BDZoom : http://bdzoom.com/155677/patrimoine/yvan-marie-la-bande-dessinee-au-feminin%E2%80%A6/#comment-37854 []
  4. Je précise ici que le décompte des “autres” est une approximation, puisque plusieurs pages font se côtoyer la fiction et d’autres rubriques. Par ailleurs, j’ai utilisé une moyenne arrondie à l’unité la plus proche pour les périodes en question. []
  5. Le magazine passera brièvement à 36 pages en 1961 et jusqu’au début 62, mais reviendra ensuite durablement à 32 pages []
  6. Je découvre en écrivant ceci ce blog – http://sophiel.canalblog.com/archives/2013/11/03/28315714.html – qui, entre autres activités, republie les recettes de cuisine de magazines pour jeune fille. Je trouve cette forme d’archéologie assez fascinante. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search