En lisant Lisette (1)

Recueil Lisette n°35 (1957) et n°54 (1962), les deux bornes de mon corpus.

[Cet article doit être le premier d’une série consacré à ce magazine pour jeunes filles]

Le travail sur les revues de bande dessinée destinées aux jeunes filles commence à peine. Dans 9e Art n°6, il y a vingt ans, Thierry Groensteen soulignait déjà la nécessité pour la recherche en bande dessinée de se pencher sur ces corpus  (et le numéro comportait de brefs mais passionnant dépouillements). Cet appel a été en partie entendu, mais en partie seulement : les romance comics ont fait l’objet d’une véritable redécouverte,  sans toutefois de monographie marquante, de même que les romans photos. Dans le cas britannique, Mel Gibson et Julia Round ont aussi mené des enquêtes approfondies à la fois sur les pratiques de lecture et sur les contenus d’une part de ces revues. Elles figurent aussi dans les grands panoramas de la bande dessinée française menés ces dernières années par Jessica Kohn ou Sylvain Lesage, et surtout dans le travail de thèse en cours de Béatrice Guillier (voir son carnet de recherche).

Malgré ces deux décennies de développement, les revues françaises de bandes dessinées pour jeunes filles n’ont pas encore entièrement quitté leur place marginale dans le champ des études de bande dessinée. Disparues bien avant la grande extinction de la presse périodique de bande dessinée, dépourvues de véritables descendance, n’ayant que peu intéressé les premiers bédéphiles, elles semblent de plus trop anciennes pour faire l’objet aujourd’hui d’une redécouverte nostalgique par leurs anciennes lectrices devenues critiques. Les symptômes de cette négligence abondent. La page Wikipedia consacrée à Lisette, revue qui paraît pendant plus de cinquante ans, se limite ainsi à quelques paragraphes relativement approximatifs, reproduisant par exemple, au moment où j’écris ces lignes, une erreur ancienne sur la date de fin de parution du magazine (qui a eu lieu en 1974 et non en 1973; Dominique Petitfaux avait corrigé cette erreur dans Le Collectionneur de bande dessinée n°27 dès 1981 !). La revue ne figure pas non plus dan les périodiques indexés par le pourtant indispensable BDoubliees. Ailleurs, les prix dérisoires demandés pour les reliures du journal, y compris les plus anciennes démontrent la quasi-absence du marché de la collection.

Je m’en voudrais de ne pas raconter ici l’anecdote qui me pousse à entamer cette série de textes, tant elle me semble illustrer ce manque d’intérêt. Commençant cet été à travailler sur un roman, je cherchais à caractériser un brocanteur un peu atypique en lui prêtant le dialogue suivant :

Au centre de cet étalage de plastique, des caisses de bois accueillent des rangées de K7, de vinyles et de VHS, miraculeusement devenus vintage après avoir été simplement obsolètes. Sa vente faite, René rejoint Carcki, en surveillant du coin de l’œil un couple de retraités qui feuillettent une pile de Fillette jeune fille. D’une voix de conspirateur, il explique : « Vide-grenier à la Souys, il y a deux semaines. Des collections entières de BD pour filles, classés dans des cartons jamais rouverts. J’ai vendu tous les Lisette en trois jours et ceux-là ne vont pas rester beaucoup plus longtemps. Si ça continue, je vais laisser tomber les petits formats : mes clients veulent des couettes, pas des monstres lubriques.

– Il y a forcément un Elvifrance avec des monstres lubriques à couettes. Si tu te donnais la peine de chercher un peu, tu pourrais satisfaire tout le monde en un seul fascicule.

Pour un lecteur averti, j’espérais que la scène fonctionne par son incongruité, tout en songeant aux recherches de Mel Gibson évoquées plus haut, et en me disant qu’il serait pertinent de se repencher sur ces revues, comme on a pu le faire ces dernières années pour les petits formats.

Deux jours seulement après avoir écrit ces lignes, passant devant un petit bouquiniste, j’y ai aperçu, bien en évidence, une caisse entière de reliures de Lisette de la fin des années 50 ! Dix reliures en état variables, à belle tranche rouge, et pour faire bonne mesure, une autre de Fillette jeune fille. Après m’être demandé si j’allais acheter la plus ancienne, par curiosité et pour saluer la coïncidence, j’ai entamé la conversation avec le bouquiniste, pour lui demander l’histoire de cette collection. En voyant mon intérêt, il m’a proposé de lui acheter le tout pour 10 euros, me demandant seulement de lui ramener la caisse plastique. Même si leur valeur théorique excédait nettement cette somme dérisoire, il estimait donc qu’il fallait saisir cette occasion de se débarrasser auprès d’une personne intéressée de ces livres invendables. J’ai évidemment dit oui.

Mon objectif dans les textes qui vont suivre est assez simple, et très modeste. J’aimerais dépouiller les numéros dont je dispose, de juillet 1957 à juin 1962, en essayant d’examiner ce qui se joue dans cette période, qui est aussi celle de l’apparition de Pilote, par exemple, mais aussi celle de la Nouvelle vague ou encore celle de l’achèvement du réseau national de télévision. Les premiers baby-boomers entrent dans l’adolescence et vont expérimenter une profonde transformation de la « culture jeune ». Mon hypothèse initiale est que Lisette, comme Pilote d’ailleurs (je pense au travail remarquable de Wendy Michallat), réagit à ces transformations, les accompagne ou les anticipe, en plus d’obéir à une logique d’évolution interne, que décrit Béatrice Guilier dans sa notice sur le magazine : https://pressefille.hypotheses.org/118. S’il ressort quelques choses de tout cela, j’essayerai ensuite d’élaborer un article bilan à destination d’une revue.

 

Références

Gibson, Mel. Remembered Reading: Memory, Comics and Post-War Constructions of British Girlhood. Leuven Univ. Press, 2015.

Michallat, Wendy. French Cartoon Art in the 1960s and 1970s: Pilote Hebdomadaire and the Teenager Bande Dessinée. Leuven Univ. Press, 2018.

Round, Julia. Gothic for Girls: Misty and British Comics. Univ. Press of Mississippi, 2019.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search