Lecture en escargot ?

Les pages de bande dessinée autobiographique que je publie depuis début 2006 me servent parfois de petites expériences formelles. J’ai plus ou moins standardisé une grille de trois bandes (réalisée en A4 ou en 14,8 x 22,7 cm), avec des espacements de case réguliers (0,3cm entre les cases, 0,5cm entre les bandes), mais je déroge volontiers à ces règles, que ce soit en termes de format ou de composition.

Une de mes activités favorites en la matière est de produire un contre-exemple à des affirmations hasardeuses sur les propriétés formelles ou sur les codes de la bande dessinée, après la lecture d’ouvrages discutables. Un livre rabâchant la nécessité d’une alliance texte-image dans la bande dessinée est, par exemple, une bonne invitation à produire une page muette la semaine suivante. Comme je ne suis pas que contrariant, il m’arrive aussi de dessiner dans le but de valider une affirmation théorique nouvelle ou pour expérimenter une technique découverte chez un auteur précis (impressionné par un documentaire sur Inio Asano, j’avais voulu importer son traitement photographique puis redessiné des décors, par exemple).

La lecture – tardive – de l’ouvrage de Neil Cohn, The Visual Language of Comics 2013, se situe à la croisée de ces deux logiques. Cohn s’efforce d’utiliser les sciences cognitives pour renouveler la compréhension des mécanismes de lecture de la bande dessinée, et se présente par ailleurs comme un praticien, en élaborant lui-même bon nombre de ses exemples. L’ambition est louable, ses textes sont souvent stimulants, mais nombre de ses études sont entachées par des problèmes de corpus (voir par exemple cette critique de Nicolas Theisen) ou par l’usage d’exemples ad hoc affaiblissant l’ensemble. Plus que tout autre praticien des comics studies, Cohn a adopté une scientificité ostensible dans ses thèmes et dans son écriture. Cette stratégie discursive révèle de façon parfois crue les apories ou les limites de ses travaux, mais elle permet aussi des désaccords fructueux et précis.

Un des passages qui a retenu mon attention se trouve au chapitre 5 de l’ouvrage (91-106), dans lequel Cohn analyse les stratégies de parcours d’une page de bande dessinée par les lecteurs, en cherchant à séparer la structure des cases de leur contenu. Les expériences décrites s’intéressent en effet à une page contenant des cases vides dans différentes dispositions, en examinant l’ordre dans lequel des lecteurs se proposent de les parcourir. Dans la conclusion du chapitre, Cohn note bien que cette structure paginale interagit avec le contenu des cases (meaning + narrative grammar; 106), et que celui-ci peut interférer avec les stratégies de lecture préférentielle.

C’est le moins qu’on puisse dire.

Cohn postule que la structure existe indépendamment de ses contenus. C’est en partie vrai, si on pense aux remontages de planche, par exemple. Mais ça ne l’est qu’en partie, dans la mesure où même dans des cas limites, la structure de navigation n’est jamais laissée à l’appréciation de la lectrice. Numérotation, flèche, redondances graphiques, composition, ou positionnement des bulles sont autant d’instances régulatrices du parcours de lecture. Ces éléments sont d’ailleurs bien ceux qui invitent à un parcours plutôt qu’à une contemplation de la page comme un tableau. Les pages « blanches » de « Snowblind », le fameux numéro d’Alpha Flight se déroulant pendant une tempête de neige, en offrent un bon exemple.

John Byrne - Alpha Flight 6- "Snowblind" (1984)

John Byrne – Alpha Flight 6- « Snowblind » (1984)

Il est aussi trivial de montrer que ces éléments de contenus prennent le pas sur le sens de lecture « théorique », dans la mesure où celui-ci est au service du déchiffrement de ces contenus. Ce mode de lecture s’est sédimenté, il possède effectivement un mode par défaut, que Cohn nomme le Z-path, le chemin en Z, mais ce mode par défaut ne sert que temps qu’il est perçu comme utile ou nécessaire. « Pax Americana », de Frank Quitely et Grant Morrison (2014) offre plusieurs exemples de ces dérogations non problématiques, car abondamment fléchées.

Quitely, Morrison, "Pax Americana" (2014)

Quitely, Morrison, « Pax Americana » (2014)

La question qui m’est venu en lisant l’ouvrage de Cohn est la suivante : quelle est la résistance de ce mode de lecture par défaut ? « Pax Americana » impose son boustrophédon (j’aime bien ce mot) par des dispositifs redondants : continuité de décors constitués de lignes directrices (les marches, la rampe), répétition des personnages de proche en proche, étroitesse des cases guidant la lecture pas à pas et placement des bulles à la frontière des cases. La structure hautement inhabituelle de la page justifie sans doute un tel surcodage, bien que la même sans bulle reste assez limpide.

Dans quelle mesure ce surcodage est-il « nécessaire » pour une lecture dans le bon ordre ? Mon hypothèse était que pour des lecteurs avertis, des effets moins appuyés pourraient suffire. Spécifiquement, il me semblait qu’un jeu sur les espacements de case couplé à des effets composition à l’intérieur de celle-ci pourraient suffire à invalider le protocole par défaut.

J’ai donc travaillé la planche avec l’idée de ne pas utiliser de bulles comme guide de lecture (il me semble en effet que c’est un guide presque dépourvu d’ambiguïté), de ne pas flécher, de ne pas numéroter et de ne pas imposer immédiatement un chemin complet, en utilisant par exemple un dégradé de couleur à l’arrière-plan. La grande difficulté serait alors de négocier le passage de la case 3 à la case 4 (voir ci-dessous). Une fois ceci fait, une fois cassée le parcours habituel, je pensais que ma lectrice serait nécessairement encline à chercher d’autres indices de composition pour se guider, plutôt que de revenir au protocole par défaut.

Une première version ne faisait pas dépasser les cheveux entre les cases. C’est peu dire qu’elle ne fonctionnait pas, même à mes yeux. L’espacement horizontal entre les cases 2 et 7 était aussi trop faible : le « blanc » que j’avais imaginé n’était pas assez visible. J’ai donc corrigé cela et utilisé aussi le fond saumon pour établir une continuité discrète à la charnière clé, la droite de la case trois et le haut de la case 4. La mise en couleur permettait aussi une lisibilité accrue de la page dans son ensemble, un facteur clé pour désamorcer une lecture strictement linéaire.

C’est donc cette version clarifiée que j’ai envoyée à mes destinataires habituels.

L’hypothèse selon laquelle les lecteurs « experts » liraient cette planche comme je l’avais prévu est tombée rapidement. Les messages d’incompréhension ont été aussi nombreux que ceux identifiant la lecture en escargot comme une « évidence ».

Rendu curieux par ce résultat un peu inattendu, j’ai soumis et fais soumettre la planche à des étudiants de master. Certains étaient des « experts », suivant un cours de bande dessinée, les autres participaient à un cours sur des sujets différents. Dans un cas comme dans l’autre, les étudiants recevaient la planche, la lisaient, puis se voyaient proposer la question suivante : Comment avec-vous lu cette planche ? 1) en escargot 2) de gauche à droite à chaque ligne, comme une bande dessinée « normale » 3) d’une autre manière.

Voici les résultats obtenus.

Total %Groupe « expert » 1Groupe « expert » 2Total « expert »« Experts »
en %
Groupe témoinTémoins en %
En Z47%22113346%1452%
En escargot34%13112433%1037%
Autre18%781521%311%
Total100%423072100%27100%

[Mise à jour: un nouveau groupe de 24 étudiants « non-experts » s’est divisé en 16/8/4, soit une nouvelle fois 1/3 lisant « en escargot »]

J’ai donc manifestement surestimé la puissance évocatrice d’une mèche de cheveux noirs franchissant l’espace intercase, mon principal fléchage atypique. Soit ces cheveux sont restés invisibles à mes lecteurs, soit ils n’ont pas constitué un guide suffisant.

Cette « étude » sur une centaine de personnes souligne que l’explication par l’expertise ne tient pas. De manière assez stable, dans tous les groupes interrogés, un tiers des répondants a vu l’escargot. Les « autres » correspondent soit à des étudiants disant s’être perdus dans la page, soit à des parcours atypiques, avec souvent un rattrapage des cases manquées, comme dans l’exemple ci-dessous (à son crédit, Neil Cohn évoque ce rattrapage comme un élément important du protocole de lecture pour les pages atypiques).

Lecture avec rattrapage

Lecture avec rattrapage

Comment expliquer ces résultats ? Les discussions qui ont suivi cette lecture débouchent sur deux hypothèses principales.

1 – L’intérêt porté à la tabularité, c’est-à-dire la vue d’ensemble de la page. Celles et ceux qui ont vu l’escargot ont souligné à plusieurs reprises avoir d’abord regardé la page dans son ensemble. C’est un protocole de lecture important, qui varie manifestement de lectrice en lectrice, et qui est par ailleurs très dépendant des conditions matérielles de consultation. Une lecture sur tablette ou téléphone, isomorphe à la page, encourage sans doute cette lecture. A l’inverse, la découverte de la page zoomée à 100% sur un écran horizontal désamorce cette possibilité.

2 – La conscience de la pluralité des protocoles de lecture. Plusieurs étudiant.e.s ont souligné que leur fréquentation du manga les habituaient à tester plusieurs protocoles sur une page donnée. On peut ici penser à des pages numérisées, disponibles en ligne hors de leur livre et hors de leur contexte prescripteur, qui imposent cette prudence dans le déchiffrement. La lecture habituelle de manga papier, avec son protocole assez clair et bien codifié, ne suffit pas à encourager cette pratique exploratoire.

Il faudrait bien entendu creuser et valider tout cela. J’en apprends cependant que les protocoles de lecture habituels sont plus résistants à la perturbation que ce que j’avais imaginé. Cela ne donne pas raison à Neil Cohn, mais cela valide l’importance de ses efforts pour identifier ces protocoles conventionnels.

Enfin, cette réflexion sur les protocoles – qui était nettement moins claire dans mon esprit quand j’ai dessiné la planche – m’a amené à me demander si le plus efficace pour forcer la lecture en escargot n’aurait pas été de placer toute la page sous le signe d’un protocole bien différent, celui du plateau de jeu de société. Le Jeu de l’Oie, exemple prototypique, offre un modèle culturel de lecture en ruban.

Nouveau jeu de l’oie illustré par Benjamin Rabier, série Les jeux de la phosphatine Falières, Paris, Devambez (grav. impr.), 1906.

Nouveau jeu de l’oie illustré par Benjamin Rabier, série Les jeux de la phosphatine Falières, Paris, Devambez (grav. impr.), 1906. – https://www.mmsh.univ-aix.fr/jeudeloie/4-4.html

Or, il me semble qu’un simple jeu sur l’arrondi des cases de bande dessinée permet précisément de déclencher ce référent culturel. Une révision de la planche en ce sens – ci-dessous – suggère que la lecture « en Z » n’est pas du tout une propriété d’un quelconque « langage visuel » mais une habitude, susceptible d’être remise en question dès qu’elle est confrontée à une concurrence culturelle sérieuse.

Merci à Isabelle Licari-Guillaume, Michael Delafontaine et Benoît Crucifix pour les échanges fructueux autour de cette planche et merci à Samuel Bréan pour sa relecture attentive.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search