Un peu de légitimité autocollante

Le magicien d'Oz adapté par E. Shanower et S. Young

Le magicien d’Oz adapté par E. Shanower et S. Young

Les hiérarchies culturelles ne sont jamais loin lorsqu’on travaille sur l’adaptation. Il est difficile de le prouver empiriquement, mais elles semblent particulièrement importantes lorsque le medium de destination  est la bande dessinée. Ainsi, au cinéma, le phénomène de l’adaptation est si massif, si bien implanté, que nombre de spectateurs ignorent souvent qu’ils ont affaire à un matériau de ce type, en dehors bien sûr des franchises plus ou moins transmédia (Hunger Games, Twilight, etc.) et des « classiques ». Même dans le cas d’un film ostensiblement adapté comme X-Men: First Class, les critiques font à peine référence à la série de comics éponymes, le phénomène de franchise et l’affiliation générique remplaçant la notion de point d’origine précis.

La réciproque serait-elle vraie si X-Men était d’abord un film ? Sans doute pas.

En bande dessinée, quand on adapte, on le dit et on l’écrit. Est-il nécessaire de préciser que Macbeth est de Shakespeare ?  Au moment de l’adapter en BD, oui . De la même manière, l’adaptation de Je ne mourrai pas gibier porte mention de sa source en couverture, et on pourrait multiplier les exemples, que l’objet adapté soit une oeuvre littéraire, un jeu vidéo ou un jeu de carte type Magic: the Gathering. Seules des sources plus obscures semblent échapper à cette règle, comme dans le cas de Le Bel Inconnu (adapté par Nathalie Ferlut) d’après un roman médiéval de Renault de Beaujeu,  mais même alors une mention en pages intérieures est de rigueur.

Une nouvelle fois, il ne s’agit pas ici d’une démonstration statistique, et il serait facile d’aligner des contre-exemples convaincants, à commencer par les travaux de Posy Simmonds, et en incluant l’Othello de Denis Deprez ou encore le Leviathan de Jens Harder (auquel on peut d’ailleurs choisir de refuser le statut d’adaptation). Malgré tout, c’est bien une attitude déférente qui semble dominer.

Un exemple à la fois cocasse et révélateur m’en a été offert il y a peu quand j’ai emprunté en bibliothèque l’édition française de la récente version Marvel du Magicien d’Oz, de Frank L. Baum. Marvel Comics s’est en effet de nouveau lancé depuis 2007 dans la publication d’adaptation de classiques sous le label « Marvel Illustrated », en profitant notamment de la présence accrue des comics en librairie aux Etats-Unis et de la banalisation du format « trade paperback« , qui permet des adaptations au long cours, dont la pré-publication s’étale sur plusieurs numéros de comics (sur tout cela, on lira utilement l’article de Jean-Paul Gabilliet sur l' »européanisation de la bande dessinée américaine« ).

Sur le plan du contenu, c’est un travail plaisant, qui pose d’intéressantes questions de focalisation – quel point de vue adopter pour rendre les multiples illusions créées par Oz par exemple – et qui se montre précis dans son rapport au texte d’origine. Bref, il y aurait et il y aura un travail intéressant à mener sur l’objet en tant que texte, en le mettant par exemple en relation avec les illustrations de Denslow pour la première édition ou avec les multiples versions ultérieures, film compris.

C’est cependant un détail du péritexte qui m’a poussé à écrire ce billet plus que la bande dessinée elle-même, sous la forme d’un sticker apposé en couverture. Sur l’exemplaire dont je dispose, la couverture plastifiée de la bibliothèque a immobilisé définitivement cet autocollant légèrement translucide, même si plusieurs personnes ont manifestement essayé de l’enlever depuis. A ma grande surprise, la couverture présente sur Amazon, que je comptais utiliser à des fins de contrastes, présente le même autocollant à la même place.

Quelle est la fonction de cet ajout détachable ? A priori, il s’agit de reprendre de façon plus lisible une affirmation déjà présente sur la couverture, mais rendue moins flagrante par les couleurs choisies. Il semble donc que le cycle d’Oz ne soit pas immédiatement reconnu comme une oeuvre littéraire préexistante, et qu’il faille minimiser le risque d’erreur sur le type d’objet présenté : il importe que l’adaptation soit perçue comme telle. L’autocollant introduit également une notion absente de la mention imprimée sur la couverture, celle du « classique ». Là encore, on comprend qu’il faille éviter une erreur funeste, celle de croire que Le magicien d’Oz ne serait qu’une oeuvre pour enfant, quand on a bien affaire à une oeuvre patrimoniale envers l’attitude des bédéastes et des bédéphiles ne peut être que déférente. Corriger cette erreur de perception potentiel est d’autant plus important que l’album est au format « comics », donc dans une case elle-même dévaluée rapport à la bande dessiné franco-belge, au moins pour une catégorie de lecteur. Le discours de fidélité est répété dans le détail en pages intérieures par les auteurs eux-mêmes, mais le sticker l’affiche en couverture et en couleur primaire, éclipsant tous les éléments textuels de la couverture, à l’exception du nom « Oz ».

Ce sticker est un détail, bien sûr. Il reste cependant remarquable dans sa façon d’ajuster le positionnement de l’oeuvre par rapport à cette question de l’adaptation:  il lui confère un surcroît de légitimité (au sens d’une « culture légitime »), qui aurait pu échapper à une partie de son lectorat potentiel. Il la positionne ainsi dans une longue lignée d’adaptations déférentes, laissant le premier rôle au « classique » plutôt que de s’en emparer. J’apprécie aussi le fait que cet autocollant soit implicitement destiné à être enlevé après achat, comme on enlève ces bandeaux de papiers faisant mention des prix littéraires reçus ou affichant une citation d’un critique en vue (même si tout le monde ne les enlève pas, bien sûr). La question de la légitimité dans le processus de distribution s’en trouve ainsi séparée de ce qui se produit lorsque le livre est lu. Au moment de l’achat, il faut convaincre le lecteur qu’il a devant lui un objet connecté au « meilleur de ce qui a été pensé et dit dans le monde », pour citer Matthew Arnold, un objet culturel, en d’autres termes. Une fois que l’acheteur devient lecteur, cependant, il est convaincu et peut se débarrasser de ce surcroît de légitimité autocollante pour apprécier sa bande dessinée sans plus de validation sociale.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Je suis entièrement d’accord, j’arrête le raisonnement un peu tôt, mais il me semble clair que ce type de discours devient redondant une fois l’achat effectué, tout particulièrement s’il prend une forme aussi laide. C’est d’ailleurs pour cela que l’autocollant était si frappant sur l’exemplaire emprunté en bibliothèque, il avait été figé sur place bien au-delà de la période durant laquelle il avait éventuellement une utilité.

  2. Je me demande s’il n’est pas nécessaire que l’acheteur devenu lecteur puisse se débarrasser de l’autocollant également pour des raisons commerciales.

    La couverture n’a pas été conçue pour intégrer cette vignette ronde qui contraste violemment avec l’illustration. De plus, ce type de vignette est généralement associé à des produits de grande consommation, ce qui est de nature à dévaloriser l’ouvrage. (En ce sens, le bandeau des prix littéraires me semble moins pénalisant dans la mesure où c’est un procédé de marketing qui n’est utilisé que pour les livres.)

    Si elle était collée de façon définitive, cela aurait pu décourager des collectionneurs attachés à l’esthétisme des couvertures de leurs BD. Je suppose que l’on aurait pu demander à l’illustrateur d’intégrer ce message dans sa création, mais dans ce cas il aurait été dilué dans la page, alors que là il saute aux yeux, tel un furoncle. 🙂

    Si l’autocollant donne au moment de l’achat un surcroît de légitimité, il enlève de sa légitimité à l’oeuvre lorsqu’on la range dans sa bibliothèque, lorsqu’elle devient un objet de collection.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *