Heavy Metal, l’autre Métal Hurlant : parution et réflexions

Heavy Metal, l'autre Métal Hurlant - couverture

Heavy Metal, l’autre Métal Hurlant – couverture

C’est finalement mi-mars que paraîtra mon ouvrage sur Heavy Metal magazine, la version américaine de Métal Hurlant. J’ai déjà écrit à trois reprises ici sur le processus d’élaboration de cet ouvrage:

Le premier de des articles de blog date de février 2015, il y a donc un peu plus de deux ans. Le projet a donc pu être mené assez rapidement, au prix bien entendu de quelques soirées studieuses et de moments d’urgence consentie. Ce calendrier serré a aussi et surtout été possible grâce à l’aide de très nombreuses personnes qui n’ont pas non plus compté leur temps, à commencer par la directrice de la collection SF Incognita, Natacha Vas-Deyres et l’ensemble des personnes travaillant pour les Presses Universitaires de Bordeaux.

〉 Voir le livre sur le site des Presses Universitaires de Bordeaux

 

Je suis encore surpris, finalement, que tout ceci ait donné un livre de taille respectable (236 pages), plutôt que l’article replet que j’avais initialement envisagé. Fin juin 2015, j’écrivais ici-même qu’il ne restait que peu de « fils non déroulés », après avoir interrogé bon nombre d’acteurs de l’époque. Il restait en réalité beaucoup à faire.

Reconstituer un paysage éditorial

Une des tâches centrales de l’ouvrage à consister à découvrir à quoi pouvait ressembler dans le détail les paysages éditoriaux américains et français de l’époque, pour en rendre compte au lecteur. Une bonne part du travail a donc consisté à traquer des revues plus ou moins obscures, plus ou moins médiocres, mais qui constituent l’arrière-plan sur lequel s’inscrivaient à la fois Métal Hurlant et Heavy Metal.

Il est facile, au fond, de traiter des grandes masses, en replaçant les revues dans le contexte des autres monuments de la publication de bande dessinée l’époque. Heavy Metal doit par exemple être compris par rapport à ces points de référence que sont alors Playboy (que Trina Robbins, pourtant peu sensible aux pinups, décrivait comme « the ultimate attainment for a cartoonist » en 19801), Mad magazine ou le National Lampoon. Cette étape est nécessaire, relativement aisée, mais aussi insuffisante.

Pour rendre compte de la spécificité du magazine, il faut en effet ajouter à ce panorama des revues plus obscures, comme le très beau magazine Marvel Unknown Worlds of Science Fictionl’imitateur libidineux chez Warren 1984/1994 ou encore le précurseur Star*Reach, auto-publié par Mike Friedrich à partir de 1974. Ceci sans même parler de curiosités véritablement obscures comme Gasm ou Starstream ou encore de cousins plus éloignés mais néanmoins pertinents, à l’instar de la belle et coûteuse revue Arielà quoi il convient d’ajouter tout un pan de la bande dessinée underground utilisant les codes de la science-fiction ou du fantastique. C’est à ce prix qu’il devient possible de comprendre le parcours d’auteurs comme Richard Corben ou Bruce Jones, par exemple. C’est aussi par ce travail d’inventaire que se révèlent les positionnements stratégiques, les jeux de différenciation éditoriale qui finissent par définir une revue.

Six revues publiées en 1976-1977, Unknown Worlds of Science Fiction, 1984, Star*Reach, Gasm, Starstream et Ariel. (détails de ces publications via les liens ci-dessus)

Six revues publiées en 1976-1977, Unknown Worlds of Science Fiction, 1984, Star*Reach, Gasm, Starstream et Ariel. (détails de ces publications via les liens ci-dessus)

Grâce à des entreprises collectives comme la Grand Comic Book Database ou par le biais de catalogue de boutiques en ligne, il est assez facile de trouver de renseignements sur le contenu de ces revues une fois informé de leur existence;  ce point est bien sûr crucial, particulièrement pour qui travaille loin des Etats-Unis et ne peut compter sur des découvertes fortuites. L’autre difficulté, bien moindre finalement, consiste à obtenir des exemplaires de ces revues sans se ruiner complètement.

Frise chronologique, 1973-1987

Frise chronologique, quelques revues SF/fantasy 1973-1987

Comme de juste, ce travail m’a aussi permis de m’interroger sur des publications françaises, toutes aussi négligées et dont l’histoire est pourtant passionnante. Ainsi, je pensais initialement ne consacrer que quelques lignes aux Editions Campus, éditrices en France de Fantastik et d’Ere Comprimée, dans lesquels je ne voyais que des concurrents peu fortunés de Métal Hurlant, reprenant une partie des bandes dessinées publiées par Warren aux Etats-Unis. Des échanges passionnants m’ont convaincu de mon erreur, et je consacre finalement plusieurs pages de l’ouvrage à la façon dont ces deux revues ont non seulement servi de passerelle dans une relation complexe entre la France, l’Espagne et les Etats-Unis, mais ont aussi directement traité avec Heavy Metal pour traduire en France une partie des bandes produites spécifiquement pour le magazine américain.

Cette myopie initiale de ma part est d’autant plus ironique que je cherchais d’emblée à corriger une tendance de l’histoire des objets culturels à mettre en avant le « meilleur » exemple d’un genre ou d’un mouvement, en oubliant tous les seconds couteaux. Il me semblait qu’il fallait relire Heavy Metal malgré les réussites exemplaires de Métal Hurlant d’un côté et de la revue Raw de Françoise Mouly et Art Spiegelman de l’autre et sans se laisser aveugler par leur éclat persistant. Cela ne m’aura donc pas empêché de tomber initialement dans le même travers. Cependant, je crois que ce travail de reconstitution d’une toile de fond nuancée fait désormais partie de ce que l’ouvrage peut apporter à la connaissance de la bande dessinée.

 

Créer une couverture

Le livre comporte plusieurs illustrations d’auteurs ayant publié dans Heavy Metal et qui ont généreusement accepté que leurs travaux soient reproduits : Howard Cruse (Stuck Rubber Baby), Arthur Suydam (Cholly and Flytrap), Paul Kirchner (The Bus), Peter Kuper (Ruins) et Howard Chaykin (American Flagg). Leur présence est une grande satisfaction et donne un tour concret aux propos de l’ouvrage, ce qui me semble fondamental. Le livre comprend aussi plusieurs diagrammes et graphiques, comme la frise reproduite ci-dessus, qui traduisent sous une forme relativement banale mon appétit pour les formes visuelles de la recherche. De façon plus singulière, sans doute, j’ai aussi eu le plaisir de réaliser moi-même la couverture du livre.

Dessin de couverture, d'après Moebius

Dessin de couverture, d’après Moebius

J’avais commencé par explorer des pistes plus conventionnelles : une couverture de Heavy Metal était l’option la plus évidente, particulièrement une de celles reprenant les illustrations déjà utilisées pour Métal Hurlant. C’était sans compter le mutisme des propriétaires de la revue américaine face à mes demandes répétées pour obtenir les droits d’utiliser ces images. Détenaient-ils réellement ces droits ? L’édition d’un livre rassemblant toutes les couvertures de la revue en 2002((Heavy Metal: 25 Years of Covers, avec commentaires de John Workman)) laissait penser que oui, mais il est possible que les Humanoïdes associés ou les auteurs eux-mêmes aient eu une autre lecture de la situation.

Les images possibles étaient bien sûr innombrables, et j’aurais été ravi de faire figurer une illustration de John Workman, pour célébrer l’ampleur de sa contribution à la fois à la revue et à cet ouvrage. Cependant, son nom et son trait sont globalement inconnus en France, et ce choix si satisfaisant par ailleurs aurait été assez peu efficace pragmatiquement. De là l’idée de fabriquer une image spécifique, capable de transmettre cette idée – inexacte mais centrale dans le livre – d’un Métal Hurlant américain, identique en apparence mais transformé par le changement de contexte. Le monstre que j’ai finalement dessiné est donc un hommage à celui que dessinait Moebius en couverture du n°1 de la revue française, avec les attributs de la statue de la liberté. C’était sans doute un peu présomptueux, mais c’est aussi une vraie satisfaction.

 

Un travail inachevé, forcément

Le livre est en fait « fini » depuis juin dernier. Des informations tardives ont conduit à l’ajout de quelques pages nécessaires (et de quelques dizaines de nouvelles coquilles) en novembre. Et alors qu’il sort, j’ai sur mon bureau d’autres magazines dont j’aurais pu parler, dont j’aurais parler, comme cette traduction par les éditions érotiques France Sud Publications de quelques magazines Marvel en 1978. Comment sont-ils arrivés chez cet éditeur érotique, pour une édition française d’un amateurisme incroyable ? Alors que je croyais avoir aperçus les principaux circuits d’échanges internationaux, voici que d’autres pistes apparaissent déjà.

Un lettrage d'un amateurisme saisissant dans Histoires de Zombie n°1 (1978). Illustration de Mike Kaluta.

Un lettrage d’un amateurisme saisissant dans Histoires de Zombie n°1 (octobre 1976). Illustration de Mike Kaluta.

 

Il reste donc, encore, des fils non déroulés. J’attends impatiemment la deuxième édition.

 

  1. « All About Trina », Cascade Comix Monthly n°19, p.9 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *