Un atelier de bande dessinée

Le 4 juillet dernier, j’ai eu l’occasion d’animer un atelier de bande dessinée, à l’école primaire Paul Langevin de Bègles, dans le cadre du “l’ivre de lecture”, des rencontres littéraires annuelles, centrées cette année sur la bande dessinée. L’équipe enseignante m’avait fort gentiment invité, sur la foi de relations personnelles, de mon domaine de recherche et du blog de BD que je tiens depuis maintenant de longues années. Simultanément, l’équipe avait convié un “vrai” auteur, le très sympathique Richard Guérineau, pour présenter son travail et sa pratique.

L’occasion était belle de prendre un peu la pose du praticien plutôt que du théoricien, et c’était surtout l’opportunité de mettre en place une réflexion sur la forme, d’identifier ce qui me paraissait essentiel pour une brève rencontre et de faire le tri entre mes options de chercheurs de pédagogues (et de parent d’élève). Bref, c’était une découverte assez passionnante, qui a débouché sur un dispositif simple et efficace. Je vous propose d’en parcourir les grandes lignes, pensant que les solutions trouvées ici sont exportables dans des contextes voisins.

L’objectif:

Animer un atelier de création de bande dessinée en 1h-1h30, pour un public a priori composé d’enfants

Le matériel :

Feuilles, feutres fins, paperboard, marqueurs, sur des tables en plein air,  donc pas de système de projection numérique.

Les questions a priori :

  • Comment travailler avec un public hétérogène et peu défini a priori?
  • Comment débloquer l’écriture et le dessin ?
  • Quels critères de réussite pour l’atelier/pour les participants ?
  • Comment articuler mon rôle de théoricien/animateur et la pratique personnelle ?
  • Accessoirement: quelle légitimité ai-je en tant qu’amateur pour mener cette réflexion?


Déformation professionnelle peut-être, il m’a semblé important de faire une petite session introductive, qui poserait un peu les enjeux (limités) de l’atelier. Puisque nous n’avions pas de thème précis auxquels nous raccrocher, j’ai voulu leur parler de bande dessinée au sens large.

Avant cela, je voulais quand même leur donner une évidence – souvent mentionnée : faire de la bande dessinée, ce n’est pas savoir dessiner. Je leur ai ainsi montré deux tirages de XKCD, de Randall Munroe, en insistant bien sur leur succès public. Pour ces planches comme pour d’autre, j’avais préparé des impressions au format A4; le corpus retenu était essentiellement en noir et blanc pour améliorer la lisibilité et permettre de ne pas créer d’écart technique trop flagrant entre ce que je montrais et ce que j’espérais obtenir. Le premier strip avait été sélectionné pour les enfants, le second dans l’hypothèse d’un public plus âgé.

Randall Munroe, XKCD.com "Turtles"

Randall Munroe, XKCD.com “Turtles”

Randall Munroe, XKCD.com "Pastime"

Randall Munroe, XKCD.com “Pastime”

Ayant “établi” que cette barrière d’entrée était très artificielle, j’ai enchaîné sur une série de questions.

 

Q : « Qu’est-ce que la bande dessinée ? »

R : des images qui racontent une histoire, des cases, des bulles, des cartouches, du texte, des personnages

J’ai repris tout ça de façon schématique sur le paperboard, dessinnant une petite “grille” percée de bulles et de récitatifs.

Q : « A quoi ça sert ? »

R : à raconter des histoires

J’ai opiné, en ajoutant qu’on pouvait aussi s’en servir pour parler d’un moment ou d’un lieu précis, sans forcément raconter quelque chose de particulier

Ensuite, j’ai voulu les confronter à tout ce qui me semblait être des écueils dans la confection d’une première BD, en les faisant réfléchir sur des possibilités binaires, avec chaque fois le soutien d’une planche réelle, que j’accrochais chaque fois au paperboard. L’idée était de proposer une série de graphismes différents, mais aussi une série d’ouvertures de la forme vers des choses ne relevant pas de la vision la plus archétypales. Evidemment, j’ai aussi retenu des auteurs pour lesquels j’ai de l’affection, espérant jouer discrètement un rôle prescripteur en plus de celui d’animateur.

Faut-il un texte ou pas nécessairement ?

 

Ludovic Debeurme, Renée

Ludovic Debeurme, Renée 

Quand on représente un personnage, on le fait de près ou de loin ? Pourquoi ?

 

Jeff Smith, Bone

Jeff Smith, Bone 

Dans cet exemple quel est l’effet de la première case ?

R : voir le paysage, voir où il est, voir ce qu’il va faire (il y a une chute, on devine qu’il va la sauter)

 

A quoi cela sert-il de laisser du vide dans une case ?

Dans ce cas précis, à attirer l’attention sur un détail (et oui, j’ai présenté une de mes images au milieu de celles de praticiens aboutis)

Nicolas Labarre, "Le chat (bis)"

Nicolas Labarre, “Le chat (bis)”

 

Les cases doivent-elles toujours avoir la même taille ?

 

Dave Sim, Cerebus, "Church and State"

Dave Sim, Cerebus, “Church and State”

“Vous voyez, on a l’impression qu’il s’approche, puis qu’il s’éloigne.”

R:« Oh, ça fait bizarre » Bien qu’elle ait suscité les réactions les plus étonnées, c’est cette variation là qui a été le plus utilisée.

Faut-il un décor ou pas nécessairement ?

Dans ce strip, pourquoi n’y a-t-il pas de cadre ?

R : pour faire joli, ça fait un sur deux (c’était la réponse que j’espérais, et je n’avais pas fait attention jusque là à l’usage rythmique de cette suppression du cadre chez Watterson).

 

Bill Watterson, Calvin et Hobbes

Bill Watterson, Calvin et Hobbes

Mise en action

Je leur ai demandé de prendre la feuille à l’horizontale. D’un part pour éviter d’avoir une disposition de la feuille trop familière, qui inciterait à l’imitation, et d’autre part pour les pousser vers le strip, qui permet de contourner l’épineux problème de la mise en page. Je leur demandais pour chaque case de se poser les questions que nous avions vu ensemble (texte ou pas, cadre ou pas, etc.)

J’avais prévu plusieurs dispositifs de mise en action pour contourner les blocages :

  • Le rappel qu’il n’est pas nécessaire de savoir bien dessiner
  • Des cartes bristol numérotées 2,3 ,4 et 5, qui imposait un nombre de case déterminé aux moins inspirés
  • Un dictionnaire pour enfant, dans lequel je piochais des mots au hasard pour donner des débuts d’histoire : écureuil+bouchon ; zèbre+poux ; poussette+monstre, etc. (petit bonus, le dictionnaire illustré donnait quelques sources graphiques aux enfants)

Ensuite, travail de résolution de problème (comment occuper des cases dessinées a priori : en pointant le fait qu’un arbre rentre bien dans une case verticale, en proposant un tempo), de distribution de contraintes (nombre de cases + dictionnaires). Un constat : ceux qui n’ont « pas d’idée » trouvent très vite dès qu’ils sont confrontés à une demande arbitraire (« ah non, je vais faire 4 cases, plutôt »).

Le rendu a été de qualité, y compris pour les plus sceptiques d’entre eux. Le thème de la fleur qui se fane a été décliné avec grand succès par plusieurs participants, avec des jeux intéressants sur le texte, l’espace dans la case et la taille des cases.

Regrets et améliorations possibles

  • Pas de temps précis, donc difficile d’organiser une séance de rendu ou de lecture collectif
  • J’aurais du prendre un appareil photo pour garder trace des productions
  • Un accès internet limité, pour aller chercher des photos sur demande, aurait levé d’autres blocages
  • J’aurais putravailler plus sur le tempo, et sans doute imposer un strip en trois ou quatre cases, correspondant à ce tempo
  • A défaut, avoir un thème commun et déjà travaillé aurait beaucoup aidé.
  • J’aurais dû donner une méthode pour les bulles : écrire le texte, tracer la bulle autour (problème récurrent)
  • J’aurais dû plus insister sur l’occupation de l’espace de la page.
  • Je voulais insister sur le hors-case, sur l’art invisible de McCloud, mais cela m’a paru trop théorique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.