Métal Hurlant en Allemagne, en quelques tentatives

SchwerMetall n°45, couverture de Richard Corben

SchwerMetall n°45, couverture de Richard Corben

Métal Hurlant est au centre d’une intense circulation internationale de la bande dessinée dans les années 70. Dès sa création, début 1975, le magazine devient un de ces objets culturels diffusés et commentés partout, depuis la Grande-Bretagne où il influence la génération qui créera 2000 A.D. (Chapman 225) jusqu’à la boutique de Bud Plant sur la côte ouest. Il influencera ensuite, directement ou non, aussi bien Katsuhiro Otomo au Japon que Ridley Scott aux Etats-Unis, diffusant le nom de Moebius et une science-fiction aux images nouvelles dont « The Long Tomorrow », ce court récit de Moebius et Dan O’Bannon, reste la version la plus visible.

Cette influence de Métal Hurlant s’est faite dans un premier temps par la diffusion de main en main du magazine lui-même, par une diffusion internationale artisanale mais précoce et enfin, de façon cruciale, par la création d’éditions étrangères. La plus célèbre d’entre elles est sans doute Heavy Metal, lancé en 1977, dont les ventes représenteront sensiblement le triple de celles de son modèle.

Je travaille actuellement sur un livre retraçant l’histoire de la revue et sur sa brouille avec Métal Hurlant (voir aussi deux articles précédents, une frise sur les influences croisées, et un récit du parcours de recherche sur le sujet), et c’est dans ce cadre que je me suis intéressé à une adaptation nettement moins connue et pourtant plus fascinante encore par ses circonvolutions : non pas la mais les versions allemandes de Métal Hurlant. Cette recherche doit énormément à une série de discussions sur la liste Comixscholars avec le professeur Paul Malone, de l’université de Waterloo, dans l’Ontario (Canada) à la fois pour le contexte général de l’édition allemande et pour un certain nombre d’informations tirées de revues germanophones spécialisées. Qu’il en soit vivement remercié.

Contre toutes attentes, il existe non pas une mais trois versions de la revue en Allemagne entre 1978 et 1980 : Metall Menschen (1978), Star Fantasy (1978-79) et Scwhermetall, la plus connue (1980-1999).

Metall Menschen n°0 (1978)

Metall Menschen n°0 (1978)

De Metall Menschen, on sait peu de choses. Il s’agit d’un tirage extrêmement limité, 100 exemplaires, destinés aux membres du Comic-Buch-Club de Francfort, un club d’enthousiastes qui éditait par ailleurs des rééditions de « classiques » de la bande dessinée. Le numéro se revendique des Humanoïdes Associés et regroupe apparemment aussi bien des histoires sérialisées (Les armées du conquérant, de Gal et Dionnet) que des histoires autonomes (« L’oiseau de cendres », de Caza). Cette édition-là n’aura qu’un unique numéro 0, sans qu’il soit possible de savoir si une suite était prévue. Dans Métal Hurlant n°23 (p.70), une brève promettait cette version allemande sans autre précision, et Metall Menschen est sans doute celle-ci. Quoiqu’il en soit, l’expérience ne se poursuivra pas.

 

La seconde édition de Métal Hurlant en allemand n’est en fait pas une édition du magazine français, mais bien l’adaptation de Heavy Metal, et ce en dépit du fait que la majeure partie de son contenu était encore composé de traductions de son homologue français. La situation est étrange, car si Métal Hurlant apparaît bel et bien dans les notices de copyright, les couvertures sont pour partie celles de la version américaine, de même que certaines bandes non publiées en France.

Star Fantasy n°11 (novembre 1978), couverture de Joe Jusko

Star Fantasy n°11 (novembre 1978), couverture de Joe Jusko (utilisée dans Heavy Metal en juin 1978)

Il serait tentant de croire à une édition pirate, mais Interman, responsable de la revue, est a priori un éditeur légitime. Partiellement en noir et blanc, la revue ne contient que des traductions lettrées mécaniquement, introduits par des éditoriaux originaux signés Werner Heinrich. Le magazine connaît aussi une numérotation erratique, débutant avec un numéro 10 en octobre 1978, suivis des 11, 12, 13 (n°1 sur la couverture), et 14 (!). Il disparaît après ces cinq numéros, victime apparemment de problèmes de distribution, malgré la qualité assez indéniable de ce qu’il propose, dont, d’ailleurs, une nouvelle version des Armées du conquérant.

Comment expliquer qu’il s’agisse d’une version de Heavy Metal plutôt que de Métal Hurlant ? Sans doute par une simple coïncidence. Dans un éditorial de Heavy Metal de janvier 1978, le rédacteur en chef du magazine, Sean Kelly, indique qu’il s’apprête à visiter un salon de bande dessinée à Francfort, en Allemagne. Deux numéros plus tard, il est déjà question de cette version allemande. Une rencontre fortuite pourrait donc être à l’origine du magazine. Si le premier éditiorial de Star Fantasy ne parle que de Heavy Metal, celui du n°11 contient déjà une brève histoire de Pilote et de la bande dessinée de science-fiction en France, comme une découverte a posteriori. Au vu des relations conflictuelles qui ne tarderont pas à se faire jour entre les Humanoïdes Associés et Heavy Metal, il est tentant de penser qu’il y a là une première escarmouche, une première assertion d’indépendance de la part du magazine américain. C’est du moins l’hypothèse que je suivais en m’intéressant à cet épiphénomène. Cette interprétation n’est pas exactement étayée par les faits. Au contraire, même, l’éditorial de mars 1978 sonne comme une réaffirmation des liens existant entre les différentes déclinaisons de Métal Hurlant.

Those of you who still lust for revenge upon Germany for invasions of Zum Zum, Lowenbrau & Poland will thrill to know that a German language edition of Heavy Metal is anticipated. We are also distributed in England, where the beautiful people now insist on their fish & chips wrapped in Moebius. Métal Hurlant appears in France, Belgium, & Spain. Make one humble & yet in a way proud to feel part of gigantic international malpercetption (« Incidentally », Heavy Metal v1 #12, mars 1978) [le style est assez caractéristique de la cadence des éditoriaux du magazine]

En juillet 1978, Star Fantasy est mentionné pour la dernière fois dans Heavy Metal, pour indiquer que le magazine allemand ne publiera pas un récit de Vaughn Bode, jugé trop risqué. Star Fantasy est en effet sous l’autorité de la Bundesprüfstelle für jugendgefährdende Schriften, un organisme de contrôle des contenus de la presse pour la jeunesse particulièrement strict, conduisant à un régime d’auto-censure bien ancré chez les éditeurs de l’époque. Ces problèmes de censure ne semblent cependant pas liés à la disparition du magazine, victime d’un marché particulièrement difficile.

Ce marché n’empêche pas l’apparition en février 1980 d’une troisième et dernière version de Métal Hurlant, un an exactement après la suspension de la parution de Star Fantasy. Cette version là va durer jusqu’en 1999, bien au-delà de Métal Hurlant lui-même, puisque son modèle français disparaît en 1987.

Schwermetall n°57

Schwermetall n°57 (1984), couverture de Rowena Morrill

L’éditorial du premier numéro, signé par Raymond Martin, est triomphant. « Schwermetall n’est pas un produit industriel! » c’est un magazine « parfaitement légitime », destiné à réussir là où les deux tentatives précédentes ont échoué.

Nach zwei missglückten Versuchen anderer Leute eine deutsche Version des grossten französichen (Metal Hurlant) une amerikanischen (Heavy Metal) Fantasy-Comics Magazins zu landen, ist es endlich soweit (« Es its da! », Schwermetall n°1, février 1980)

L’ironie tient au fait que Martin et sa société, Volkverlag, sont tout sauf une maison d’édition respectable. Habitué à publier des bandes dessinées dont il n’a pas les droits, il devra faire face à de multiples plaintes pour violation de propriété intellectuelle ou pour obscénité.

Si Schwermetall reprend initialement quasi-exclusivement du contenu de Métal Hurlant, il se retrouve comme nombre d’autres déclinaisons du magazine confronté au changement de ligne éditoriale de la version française, qui s’éloigne de son ancrage initial dans la science-fiction et la fantasy. Dès 1984, on retrouve dans le magazine des éléments empruntés à Charlie Mensuel ou à Heavy Metal. Les magazines Warren (Eerie, Creepy ou 1984) sont ensuite mis à contribution, et Schwermetall publie aussi les séries internationales « pour adultes » à succès, de Ranxerox à Druuna. A partir de la fin des année 80, le magazine occupe une niche assez semblable à celle de l’Echo des savanes en France (avec un soupçon de Comics USA), avec un accent sur l’érotisme particulièrement flagrant dans le choix des couvertures : ici les numéros 100 à 150 (1989-1993). Cette trajectoire n’empêche d’ailleurs pas la revue de publier le Sin City de Frank Miller ou du Charles Burns, ainsi que nombre d’autres récits tout à fait estimables.

Au-delà de cette trajectoire spécifique,  Schwermetall illustre le phénomène de dilution et de remixage qui semble inhérent à la diffusion internationale de ces magazines de science-fiction, depuis Epic Illustrated, jusqu’à 1984. Un petit pool de magazines pour adultes va en effet publier et diffuser des séries à succès partout dans le monde à partir des années 70. Chacune de ces revues affirme bien entendu sa singularité, sa ligne éditoriale sur son territoire d’origine (Métal Hurlant contre Pilote, Heavy Metal contre Epic Illustrated), mais ces divisions se brouillent une fois les frontières franchies.

Il y a donc dans ces Métal Hurlant allemands à la fois l’illustration du caractère artisanale de la diffusion internationale des bandes dessinées dans les années 70, et le résumé vertigineux d’une homogénéisation culturelle internationale dès les années 80. Difficile de résister à une dernière illustration de ce phénomène de circulation et de remixage : notons donc que la couverture du n°57 de Schwermetall, reproduite ci-dessous est elle une version recadrée et réorientée d’une couverture très pulp de Rowena Morrill, déjà utilisée (entre autres) par Fantastik, concurrent bon marché de Métal Hurlant en France. Les oppositions de titres comptent ici moins qu’un goût commun.

Fantastik n°17 (couverture de Rowena Morrill)

Fantastik n°17 (Octobre 1983), couverture de Rowena Morrill

 

 

Un résumé en une frise :

Métal Hurlant en Allemagne, frise chronologique


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *