Identifier le « roman graphique », une expérience de 2003.

Jon J. Muth, Dracula: A Symphony In Moonlight And Nightmares (Marvel Graphic Novel, 1987)

Jon J. Muth, Dracula: A Symphony In Moonlight And Nightmares (Marvel Graphic Novel, 1987)

Le « roman graphique » est une invention récente. A l’instar des MOOCs dans le domaine de l’éducation, il s’agit d’une étiquette imaginée pour promouvoir un concept, qui s’est trouvée dôté de propriétés génératives. Suivant le terme anglais de « graphic novel », le roman graphique est devenu depuis le milieu des années 2000 une catégorie éditoriale bien implantée (dans sa « Numérologie 2014 », Xavier Guilbert relève des indices forts d’usage du terme à partir de 2005-2007), imposant peu à peu des normes de production et un horizon d’attente . En France, le modèle des livres de l’Association ou d’Ego Comme X dans les années 90 plâne au-dessus de ce secteur, sans pour autant en constituer l’unique modalité.

La généalogie du terme graphic novel est désormais bien connue. Elle a en quelque sorte rejoué une approximation précédente, celle qui avait posé le Yellow Kid d’Outcault comme point d’origine de la bande dessinée : on sait bien aujourd’hui que ce point, inventé par Coulton Waugh, ne correspond à rien sur un plan formel et pas à grand chose sur le plan de la réception de l’objet. Pour autant, il est utile, puisqu’il permet de s’interroger sur les rapports entre bande dessinée et presse de masse, ainsi que sur la fonction d’institutions éditoriales comme les pages du dimanche dans la transformation de dispositifs formels en une forme ou un genre défini. De la même manière, l’histoire de la bande dessinée a voulu un temps que Will Eisner ait inventé le roman graphique en 1978 avec son ouvrage A Contract With God, quand il n’est le créateur ni de l’expression ni de la forme  (si tant est qu’il en existe une). Pour autant, là encore, le mythe est utile, en ce qu’il donne un pivot, un point à partir duquel on peut penser la bande dessinée adulte post-underground nourrie d’ambitions littéraires, en dehors d’exemples sporadiques.

Si l’usage de « graphic novel » a plus de trente-cinq ans, et si on peut trouver par exemple dans la revue (A Suivre) des ambitions littéraires et adultes explicites contemporaines de A Contract With God, l’expression « roman graphique » possède quant à elle une histoire relativement courte. Je voudrais relater ici une expérience témoignant des difficultés à appliquer l’expression en français et à des productions françaises jusqu’au début des années 2000, en dépit d’usages sporadiques depuis les années 80, dont la collection « Roman graphique » des Humanoïdes associés.

La recherche de corpus sur les livres numérisés par Google Books (ci-dessus), confirme cette impression d’un emballement à partir de 2002 environ. Le bruit statistique est cependant important, dans la mesure où le nombre d’occurrences est faible et les dates pas toujours fiables.

Cette réflexion sur les usages – que confirme aussi Thierry Groensteen quand il évoque une banalisation du terme dans les années 2000 – commence par un objet culturel révélateur, puisqu’il nous oblige à penser les étiquettes génériques en les historicisant. Cet objet, c’est le Dracula: A Symphony In Moonlight and Nightmares, de Jon J. Muth. Publié en 1986 dans la collection Marvel Graphic Novel, ce livre se coule dans une présentation à peu près standardisée : beau papier, taille supérieure à celle d’un comic book, 74 pages. Il s’agit en fait d’un format inauguré aux Etats-Unis par Heavy Metal à la fin des années 1970, avec six albums importés d’Europe, et adopté rapidement par Marvel pour une série de récits plus ou moins conformes à la production de série de l’éditeur (le livre a par la suite été réédité par NBM publishing, spécialiste de l’adaptation).

Ce Dracula adapte en l’abrégeant radicalement le récit de Bram Stoker, puisque tout commence au moment où Dracula arrive en Grande-Bretagne. Il propose ensuite une relecture du roman qui met l’accent sur la séduction de Mina Harker, anticipant dans son imagerie et son romantisme sur l’adaptation filmique de Francis Ford Coppola (Bram Stoker’s Dracula, 1993). L’adaptation personnelle d’un classique est éminemment compatible avec les ambitions littéraires qu’implique la notion de roman graphique – voir par exemple le City of Glass adapté par Karasik et Mazzuchelli (1991) à peu près contemporain de ce Dracula – même si elle peut par ailleurs entrer en tension avec la volonté de distinction et de légitimation du médium. Dans leur récent ouvrage The Graphic Novel, an Introduction (Cambridge UP, 2015), Jan Baetens et Hugo Frey soulignent à quel point le roman graphique contemporain permet une négociation entre volonté d’adapter les oeuvres littéraires et affirmation d’autonomie créative de la forme (202-216).  Pour autant, le travail de Jon J. Muth déroge à l’une des règles les plus consensuelles de ce que serait le roman graphique, puisqu’il s’agit d’une bande dessinée assez courte. Le texte y occupe un espace important, mais un nombre de signe finalement réduit, inférieur à ce que l’on trouverait dans un volume de Blake et Mortimer ou même d’Asterix par exemple.

Jon J. Muth, Dracula: A Symphony in Moonight and Nightmares (Marvel Comics, 1986). prologue

Jon J. Muth, Dracula: A Symphony in Moonlight and Nightmares (Marvel Comics, 1986). prologue

En quoi faisons nous face à un roman graphique ? Par un jeu institutionnel et historique, d’abord : un tel objet aurait certainement été un livre illustré au 19e siècle, lorsque la forme existait de la façon la plus banale possible (sur ce sujet, on pourra par exemple lire Rethinking the Film/Novel Debate, de Kamilla Elliott, 2003) ; la référence au livre enluminé par des frises récurrentes pointe d’ailleurs vers une ascendance plus lointaine encore. Par des caractéristiques formelles ensuite : par l’objet, par une restriction délibérée des attributs du texte (le plus souvent séparé de l’image, en blocs affichant leur longueur, sans usage de la bulle) mais aussi par un travail graphique qui affiche sa différence avec les canons de la bande dessinée américaine mainstream de l’époque – sachant que celle-ci inclue des créateurs au trait aussi spécifique que Bill Sienkiewicz ou Frank Miller.

Jon J. Muth, Dracula: A Symphony in Moonight and Nightmares (Marvel Comics, 1986). lectorat adulte et érotisme revendiqué.

Jon J. Muth, Dracula: A Symphony in Moonlight and Nightmares (Marvel Comics, 1986). lectorat adulte et érotisme revendiqué.

Jon J. Muth, Dracula: A Symphony in Moonight and Nightmares (Marvel Comics, 1986). séquence et libre association graphique.

Jon J. Muth, Dracula: A Symphony in Moonlight and Nightmares (Marvel Comics, 1986). séquence et libre association graphique.

Ce traitement graphique affiche sa picturalité contre la séquence et contre le dessin au trait. Les encres et aquarelles de J. Muth créent un monde éthéré, aux contours fluctuants, crevé de transparence et de superpositions que rendaient impossible les techniques d’impressions traditionnelles de la bande dessinée américaine. Lorsque la séquence survient, elle obéit à une logique narrative ténue, toujours subordonnée à cette esthétique affirmée. On se trouve donc dans une interprétation très circonscrite de ce que peut être un roman graphique, avec une forme déroutante, flirtant avec le texte illustré. On se trouve en fait dans l’aboutissement d’un chemin ouvert par les adaptations de romans populaires « illustrées » par des auteurs de bande dessinée comme Howard Chaykin à la fin des années 70 (voir Baetens et Frey, 69-71). Le magazine Heavy Metal avait un temps porté l’étendard de ces adaptations qui ne se revendiquaient pas entièrement comme bande dessinée, tout en adoptant de nombreuses caractéristiques formelles. Tout indique d’ailleurs que ces objets intermédiaires n’étaient pas unanimement bien reçus, en dépit d’associations d’auteurs alléchantes, comme Bester et Chaykin ou Sturgeon et Nino (ci-dessous).

Sturgeon, Moench et Nino, More Than Humans (Heavy Metal v.3 n°2 (juin 1978), p.37

Sturgeon, Moench et Nino, More Than Humans (Heavy Metal v.3 n°2 (juin 1978), p.37

De façon anecdotique mais révélatrice, plusieurs lecteurs laissant leur avis sur le Dracula de Muth sur des sites comme Goodreads ou Amazon commencent aujourd’hui par souligner qu’il ne s’agit pas selon eux d’un roman graphique. Historiquement, il s’agit indéniablement d’un roman graphique, mais son appartenance à la forme est plus contestable dans le cadre des définitions contemporaines de celles-ci.

 

Au début des années 2000, je travaillais avec ma sœur Amandine Labarre (son site) sur un ensemble de projets de bande dessinée. Nous avions développé des projets relativement classiques, des récits d’aventures avec un fond mythologique et chamanique qui avaient suscité l’intérêt d’éditeurs sans pour autant déboucher sur une publication. Dans le cadre de ces discussions, il nous avait été demandé par Delcourt fin 2003 de travailler sur un projet de … roman graphique.

Nous ignorions tous les deux à quoi renvoyait la notion – je commençais seulement à travailler sur la bande dessinée dans le champ universitaire – et il nous a été suggéré de nous inspirer du travail de Jon J. Muth, justement, mais aussi de Kent Williams (Blood: A Tale) et de Dave McKean. Le roman graphique se trouvait défini implicitement par une vision d’un lectorat adulte auquel nous aurions proposé un univers visuel atypique, mettant en avant la picturalité de la page et l’ambiguïté des formes.

Amandine et Nicolas Labarre, Scales, 2002, p. 1.

Amandine et Nicolas Labarre, Scales, 2003, p. 1.

Amandine et Nicolas Labarre, Scales, 2002, p. 2.

Amandine et Nicolas Labarre, Scales, 2003, p. 2.

 Amandine et Nicolas Labarre, Scales, 2002, p. 3.

Amandine et Nicolas Labarre, Scales, 2003, p. 3.

Là encore, le projet n’a pas abouti, pour de multiples raisons. Ces pages, cependant, me semblent attester d’une période dans laquelle le terme de roman graphique devenait une catégorie éditoriale indépendamment de tout consensus sur les formes concernées, sinon dans l’idée qu’il s’agissait de toucher un lectorat adulte. Il y a dans ces pages le témoignage d’un chemin non-emprunté ou plus précisément d’un chemin devenu marginal, que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe. Le texte de présentation que j’avais produit à l’époque, après une tentative d’ajustement du projet, me semble d’ailleurs illustrer cette tension entre deux alternatives déjà perceptibles, déjà présentes (les images ci-dessus proviennent de la première des deux versions).

Au cours de son développement, Mue s’est conformée à son nom, se transformant et se recréant pour tenter de répondre à différents cahiers des charges. Il existe aujourd’hui deux versions différentes de ce projet, unies par le style graphique, mais présentant des options narratives différentes. La première, chronologiquement, repose sur des récitatifs omniprésents voisinant avec un univers graphique composite et fluide, pour un récit impressionniste et sans doute très littéraire. La deuxième option, est sans doute plus classique. Sans renoncer à l’idée de la page comme une surface totalement investissable par le récit, elle adopte plus directement les codes les plus visibles de la bande dessinée (« grille », nombreux dialogues…), sacrifiant une partie de son originalité formelle à une accessibilité accrue. Bien qu’elles impliquent chacune des ajustements de traitement, ces deux versions ont subies un développement complet et constituent donc deux alternatives distinctes. Deux projets à partir d’une base commune, plutôt que deux étapes d’un unique traitement. (janvier 2004)

De façon ironique au vu de ce qui précède, ce travail allait pourtant nous servir dans le cadre d’un autre travail graphique, Eglantine, un livre pour enfant reprenant de larges pans de l’esthétique et des thèmes de ce projet, qui paraît en 2009 aux éditions Carabas. Sur le plan formel, l’alternance de texte isolé et de pleines pages d’illustrations n’est évidemment pas très différente du contrat de lecture que propose le Dracula de Jon J. Muth, mais publié dans une collection jeunesse, ce livre ne pouvait évidemment pas être un roman graphique.

Amandine et Nicolas Labarre, Eglantine (Carabas, 2009)

Amandine et Nicolas Labarre, Eglantine (Carabas, 2009)

Jon J. Muth, Dracula: A Symphony in Moonlight and Nightmares (Marvel Comics, 1986)

Jon J. Muth, Dracula: A Symphony in Moonlight and Nightmares (Marvel Comics, 1986)

 

Pour référence

Le scénario de ce « roman graphique » : Mue – Synopsis

 

Pour citer ce billet: Nicolas Labarre, "Identifier le « roman graphique », une expérience de 2003.," in Picturing it!, 07/07/2015, https://picturing.hypotheses.org/228.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *