Masterpiece Comics, la parodie, le genre et l’adaptation

masterpiece_lgMasterpiece Comics est un recueil écrit, dessiné et mis en couleur par Robert Sikoryak, dans lequel l’auteur présente des adaptations de classiques littéraires hybridées avec des œuvres et des registres existants en bande dessinée. Ainsi, Crime et Châtiment, de Dostoïevski est-il raconté à la façon d’une histoire de Batman du début des années 40, dans “Dostoyevsky Comics”. Ainsi encore, La métamorphose, de Kafka, est reprise sous la forme d’une série de strips de Peanuts, de Charles Schulz dans “Good Ol’ Gregor Brown”, tandis que Superman devient L’étranger dans une série de fausses couvertures pour un hypothétique pamphlet du nom de “Action Camus”.

L’entreprise relève de l’adaptation, au moment où celle-ci rejoint la parodie et le pastiche, et l’auteur accepte volontiers les deux termes pour décrire son travail [source]. L’adaptation n’est donc pas la seule manière d’aborder ces récits, mais elle reste une grille de lecture opérante.

Ainsi, dans son ouvrage pédagogique consacré aux romans romans graphiques et à la bande dessinée contemporaine, Studying Comics and Grapic Novels, Karin Kukkonnen juxtapose-t-elle la version de Sikoryak des Hauts de Hurlevent (hybridée avec un récit d’horreur des EC Comics sous le titre “The Crypt of Brontë”) avec une adaptation tout à fait officielle, celle des Classics Illustrated (p.74-85). De même la rencontre entre Schulz et Kafka fait partie du Canon graphique, cette série d’ouvrages édités par Russ Kick présentant des versions illustrées ou en bande dessinée des classiques de la littérature mondiale ; elle était aussi exposée à Angoulême en 2013 dans le “musée imaginaire” d’Art Spiegelman, et avant cela encore dans l’exposition “Parodie, la bande dessinée au second degré”, dirigée par Thierry Groensteen.

"Good Ol' Gregor Brown", paru à l'origine dans Raw (1989)

« Good Ol’ Gregor Brown », Peanuts rencontre Kafka, paru à l’origine dans Raw (1989)

Le livre de Sikoryak,composé notamment de récits parus dans la revue expérimentale RAW à la toute fin des années 80, puis dans les anthologies Drawn and Quarterly, n’est donc pas une simple plaisanterie (comme le sont nombre de mashups diffusés sur Internet)[1] et occupe une place relativement éminente dans le champ de la bande dessinée (quand des hybridations littéraires par ailleurs très populaires, telles que Pride and Prejudice and Zombies, sont cantonnées à un rôle plus que marginal). Deux facteurs me semblent pouvoir expliquer ce succès. Le premier tient à la qualité de la réalisation et du pastiche. Quelle que soit la source qu’il s’approprie, Sikoryak parvient à proposer une relecture graphique convaincante, qui non seulement reproduit les effets de surface de l’original (le « style »), ses méthodes narratives, mais aussi les caractéristiques du texte incarné dans son espace de publication.  Les récits empruntant une forme associés aux comic books (Batman, EC) vont ainsi se voir dotés de pastiches de couvertures, tandis que les adaptations empruntant aux comic strips vont reproduire leur présentation en bandes quotidiennes. Le choix des techniques d’encrage, de lettrage et de colorisation appartient ici à un entre-deux, puisque la colorisation en particulier est à la fois un élément du texte et un des paramètres les plus susceptibles de varier lorsque celui-ci est déplacé dans un autre contexte de publication. Dans tous les cas, l’imitation n’est pas parfaite – le format du livre et son papier font obstacle à la reproduction de certaines des caractéristiques matérielles de l’objet, par exemple – mais elle montre un haut degré de compétence et de familiarité avec la source. Dans une interview fleuve accordée au Comics Journal (TCJ) en 2003, Sikoryak insiste beaucoup sur ce travail de collecte de sources et d’appropriation de style. Ce labeur visible, associé à la qualité de l’objet livre dans lequel les récits sont présentés (la remarque vaut pour RAW ou Drawn and Quarterly lors de la publication d’origine) confèrent à Masterpiece Comics une aura de sérieux et de compétence. Ce sérieux rejaillit d’ailleurs sur les lecteurs, qui non seulement consomment un objet « de qualité », mais sont invités à occuper le rôle valorisant d’historien critique, d’experts. La version recueil propose malgré tout un petit appareil critique, sous forme de faux courrier des lecteurs, destiné à rendre intelligible les références pour qui les auraient manqué.

L’autre raison qui explique cette importance me semble plus intéressante. Le livre de Sikoryak me paraît en effet mettre en lumière de façon très nette l’anxiété de la bande dessinée face à l’adaptation littéraire, une anxiété résultant d’un écart entre les statuts culturels respectifs des deux formes. Sikoryak explique que son envie de travailler sur la grande littérature était un désir de ce confronter à des œuvres “reconnues comme étant le pinacle de la culture” (TCJ 255, p.97), par opposition à des textes publiés dans des magazines populaires, par exemple. Il accomplit deux choses dans ce registre : il affirme au long de ces expérimentations la compatibilité des grands récits littéraires avec les formes populaires de la bande dessinée, et il démontre d’autre part l’étroite implication entre le processus d’adaptation et les genres tels que ceux-ci se manifestent dans une forme culturelle spécifique.

"The Crypt of Brontë", pastiche de Jack Davis pour une adaptation des Hauts de Hurlevent. Paru à l'origine dans Drawn and Quarterly v.5, 2003.

« The Crypt of Brontë », pastiche de Jack Davis pour une adaptation des Hauts de Hurlevent. Paru à l’origine dans Drawn and Quarterly v.5, 2003.

Sur le premier point, la démonstration repose sur le fait que l’importation  littéraire modifie finalement assez peu les bandes dessinées reprises. A quelques détails graphiques près, Batman reste Batman, et il en va de même pour la plupart des autres exemples réunis. C’est moins vrai dans le cas de Schulz, et cela peut sans doute s’expliquer par le fait qu’on se trouve dans ce cas à la rencontre de deux voix singulières et familières. La dissonance y est donc particulièrement marquée. Incidemment, c’est aussi le récit qui (me) procure le plus grand plaisir de lecture, dans la mesure précisément où il ne peut se résumer à un exercice intellectuel un peu abstrait. A l’autre bout du spectre, l’adaptation d’Emily Brontë à la mode des EC Comics, une école plutôt qu’un auteur singulier,[2] ne produit quasiment aucune dissonance ; les EC Comics, tout comme leurs descendants les magazines d’horreur Warren, adaptaient d’ailleurs volontiers des récits plus ou moins classiques.

Ecrivant sur Du9.org, Loleck refuse pourtant de considérer ces récits comme des adaptations, dans la mesure où celle-ci impliquerait une “fidélité” que refuserait délibérément Sikoryak :

Il faut, enfin, calculer la distance avec le modèle : si le dessin était trop fidèle, cela n’aurait aucun sens — cela finirait par n’être qu’une adaptation dessinée, offrant Kafka à la manière de Schulz, ou Goethe à la manière de Jim Davis. Or ce qu’agence Sikoryak, c’est en réalité le contraire d’une adaptation : c’est une «inadaptation» délibérée. Source

Il me semble que cette distance dans le dessin n’est pas délibérée – Sikoryak évoque au contraire en interview son apprentissage laborieux mais enthousiaste de style divers, particulièrement celui de Jack Davis (TCJ 255, p.100-103) – il me semble surtout qu’il ne juge pas de façon négative le “à la manière de”, à condition de ne pas réduire celui-ci à des effets de surface plus ou moins banals. C’est au contraire en allant aussi loin que possible dans la reproduction du code qu’il entend faire dialoguer ses deux originaux. Plus loin, Loleck évoque la “complicité” que crée l’auteur entre ses deux sources, or la valeur de cette complicité est d’exister en même temps qu’un parti pris de fidélité. Comme le souligne un intervieweur pour The Rumpus à propos  de “Good Ol’ Gregor Brown”, “c’est vraiment Peanuts, et c’est vraiment Kafka”. [source] Sikoryak lui-même observe que c’est précisément en allant dans le détail, en faisant sa recherche et son travail d’historien qu’il voit apparaître des façons de dépasser et d’enrichir son idée d’origine (TCJ 255, p. 99).

Cette absence de dissonance démontre d’ailleurs à quel point l’adaptation est liée aux questions de genre, ce que souligne d’aillleurs Karin Kukkonnen à propos de “Crypt of Brontë” (p.83). Si certaines adaptations en bande dessinée exhibent ce rôle de la reconnaissance générique (« Manga Shakespeare »), elle est présente de façon souterraine dans l’ensemble des cas d’adaptation. « Genre » s’entend ici de façon un peu lâche comme un ensemble de caractéristiques formelles associées à une famille d’objets culturels, donnant lieu à des validations et relais institutionnels à la fois du côté des créateurs et des lecteurs. Ainsi le manga est bien un « genre » pour un lectorat occidental contemporain, pas vraiment pour un lecteur japonais; de même, le « roman graphique » ou la « bande dessinée indépendante » constituent-ils des genres. En reprenant ouvertement les codes narratifs des EC Comics et en montrant à quel point l’adaptation produite diffère peu de celle disponible dans les Classic Illustrated, par exemple, Sikoryak montre en réalité à quelle point ces dernières constituent un genre parmi d’autres. L' »adaptation » au sens des Classics Illustrated est plus proche de l' »horreur » des EC Comics publiés à la même époque, que de l’incarnation actuelle du genre de l' »adaptation », qu’illustreraient par exemple les versions de Kafka d’Olivier Desprez.

Masterpiece mini-comics, suite auto-publiée de Masterpiece Comics.

Masterpiece Mini-Comics, suite auto-publiée de Masterpiece Comics.

En d’autres termes, Sikoryak met à mal l’idéal de l’adaptation, ce processus à l’ambition “absurde” [source] pour lui substituer une vision plus pragmatique, dans laquelle toute adaptation en bande dessinée s’inscrit dans un éco-système générique fortement historicisé. Pour reprendre une idée développée par Thomas Leitch pour le cinéma (Film Adaptation and Its Discontent), les créateurs de ces genres sont bien les co-auteurs des textes, des voix à part entière et non de simples subordonnés des Auteurs littéraires, comme l’affirme si souvent le paratexte des adaptations. La rencontre entre la bande dessinée et l’oeuvre littéraire est donc présentée comme un dialogue évoluant au fil du temps, un processus plutôt qu’une relation fixe d’infériorité de la bande dessinée. L’adaptation réalisée voisine ouvertement avec toutes celles qui auraient pu être, qui pourront encore l’être si l’auteur opte pour un appariement plutôt qu’un autre, parmi la longue liste de romans et de bandes dessinées qu’il envisage d’associer.

harkMasterpiece Comics est aussi, lui-même, un objet à historiciser. S’il fait partie d’un certain canon de la bande dessinée mondiale, ses leçons ont été largement apprises. Le complexe d’infériorité de la bande dessinée par rapport aux classiques persiste, mais pas de façon uniforme. Sikoryak lui-même le constatait dès 2003, en observant que le statut de la bande dessinée avait changé depuis le début de son projet, avec une redéfinition de l’articulation entre culture haute et culture populaire , mais aussi un changement de statut de certaines bandes spécifiques, comme Peanuts, devenu un “classique” de la bande dessinée à la mort de Charles Schulz (TCJ 255, p.99). Sikoryak continue aujourd’hui ses adaptations – un Masterpiece Mini-Comics auto-publié propose cinq nouvelles adaptations [ici], mais il a aussi ouverte une voie.  Des auteurs comme Kate Beaton (Hark a Vagrant!) ou Tom Gauld (Goliath) creusent un sillon assez proche, celui d’une rencontre renouvelée entre bande dessinée et littérature, sans avoir à mobiliser les signes extérieurs de la compétence graphique (même s’il s’agit là de deux très bons illustrateurs) ni avoir à brandir l’histoire de la bande dessinée.

“Any adaptation is going to completely tear the guts out of the original version.” R. Sikoryak, interviewé en 2009 par The Daily Crosshatch [source]


[1] Comme l’écrit Rich Kreiner dans une recension pour le site du Comics Journal en 2013: “in practice “mash-ups” have additionally come to carry the implication of snarky, amateur collisions that all too often result in shallow one-note curiosities, oddities that hardly bear repeat exposure.” [source]

[2] Sikoryak y emprunte le style reconnaissable de Jack Davis, mais les comics d’horreur EC étaient aussi fortement marqués par un style transversal, dû à une chaîne de production particulièrement rigide et à l’omniprésence du scénariste et éditeur en chef Al Feldstein.

 

Pour citer ce billet: Nicolas Labarre, "Masterpiece Comics, la parodie, le genre et l’adaptation," in Picturing it!, 05/05/2015, https://picturing.hypotheses.org/191.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *