Dragon Ball Z dans Je Bouquine

Créé en 1984 au sein du groupe Bayard, Je Bouquine est toujours publié aujourd’hui, avec un mélange de récits illustrés, de bandes dessinées et de contenus d’actualité. Il s’agit d’une déclinaison de J’aime lire (1977) dans un format différent et pour un lectorat plus âgé, mais avec une formule similaire et une stratégie de fabrication assez comparable (des objets solides, avec un dos collé et une esthétique invitant à la collection complète).

Ni J’aime lire ni Je Bouquine n’ont à ce jour bénéficié de l’intérêt critique et universitaire qui s’est porté sur Pomme d’Api (1966) ou Okapi (1971), qui ont tous deux joué un rôle majeur à la fois dans la réinvention de Bayard (ancienne La Bonne Presse) et dans la reconfiguration de la presse jeunesse en France. J’aime lire et Je Bouquine constituent pourtant un terrain d’étude fertile, par leur longévité, par leur proximité avec le milieu de la bande dessinée (présence de séries populaires comme Tom-Tom et Nana, présence d’auteurs), par leur rapport à la science-fiction (livres de Jean Alessandrini, illustrations de Caza, etc.) ou encore par leur façon de faire perdurer le récit illustré pour grands enfants, dans une tradition remontant au début du 20e siècle. Un mémoire préparé par Marthe Lesparre, dans le cadre du Master “bande dessinée : édition, théorie et critique” de l’université Bordeaux Montaigne devrait sous peu donner un premier éclairage sur Je Bouquine, après avoir notamment résolu la question de l’accès au corpus (la collection complète occupe 2,35m linéaires, pour ne citer que ce problème).

Jean Alessandrini, collaborateur de Métal Hurlant et J'aime lire

Jean Alessandrini, collaborateur notamment de Pilote et de J’aime lire

C’est ce mémoire en cours qui m’a poussé à m’intéresser à des numéros disparates de Je Bouquine, trouvés en boîte à livre, et en particulier au n°141, de décembre 1995, avec son récit principal Dragon Mania, écrit par Marie-Aude Murail (Oh boy!, Sauveur et fils, entre autres – voir aussi notre entretien) et illustré par Claude et Denise Millet.

Cette histoire charmante, sur le plan graphique et narratif, a pour particularité de mettre en scène Dragon Ball et ses déclinaisons transmédiatiques, dans un magazine dont l’image de publication catholique, éducative, sage et cultivée (on y adapte beaucoup les classiques) pourrait difficilement être plus éloignée de l’image alors associée au Club Dorothée – qui ne s’arrête que deux ans plus tard – aux anime et aux mangas. En ce sens, ce numéro témoigne d’un moment d’acculturation de cette production transmédiatique dans un autre pan de la culture jeunesse. Le magazine Bayard avait initialement affiché sa compatibilité avec la science-fiction et le populaire des années 70-80 (le n°1, L’Enfant qui venait de l’espace, est une nouvelle de science-fiction de Robert Escarpit, citant Asimov et illustrée par Caza), mais il ne me semblait pas évident qu’il ait été disposé à tolérer de la même façon l’imaginaire populaire japonais, tel qu’il était alors importé en France.

Couverture Je Bouquine n°141 – novembre 1995

La quatrième de couverture propose un redessin assez étrange mais pas spécialement caricatural de Bulma par les époux Millet, accompagné d’un résumé qui semble destiné à rejouer pas mal de stéréotypes culturels :

Il y a des filles qui collectionnent les garçons comme si c’était des images de Dragon Ball Z. Ce n’est pas le cas d’Aurélie. Elle, ce sont les ennuis qu’elle collectionne ! Jusqu’au jour où elle met la main sur la carte 198. La chance va-t-elle lui sourire ?

Le début du récit, à la première personne, confirme cette répartition genrée. Aurélie, la narratrice, s’agace de son petit frère, Pierre, collectionneur de cartes Dragon Ball Z. Après avoir assisté à un récit incompréhensible et fantaisiste sur sur valeurs de certaines cartes “Deux ferrailles ? C’est de l’arnaque !”, elle subit une bagarre simulée à grands renforts de bruitages, pendant qu’elle s’efforce en vain de réviser pour un contrôle de mathématiques. Le récit multiplie les effets de réels par le name-dropping, et minimise de ce fait la singularité du récit de Toriyama. Dans ce premier chapitre, il est ainsi question de Danette, de Mortal Kombat (ici écrit Motel Combat), et des Guignols de l’info. La pratique de l’amateur de carte est en outre définie par une forme d’érudition subculturelle (connaître l’origine des personnages), articulée à une compétence plus scolaire, puisque Pierre a appris à lire des questions en japonais. Ce premier chapitre est aussi l’occasion d’introduire une trame plus classique dans les récits adolescents : Pierre et Aurélie sont des enfants d’un couple divorcé, et Aurélie joue largement le rôle d’adulte de substitution, puisque leur mère travaille tard.

La suite de l’histoire confirme l’utilité narrative du name-dropping, puisqu’il est question du Roi Lion (1994; “Le Roi Lion, c’est pour les filles, a dit mon frère avec une grimace.”), de Canal J, de Skyrock, de Forrest Gump (1994), de Prêt-à-Porter (1994) et d’Un Indien dans la ville (1994). De façon remarquable, les cartes à collectionner Panini (pas encore à jouer, Magic: the Gathering n’est sorti qu’à l’été 1993, et le concept commence seulement à se diffuser) autour desquelles semble tourner l’intrigue ne sont quant à elles sorties qu’en 1995. Le Monde a pour sa part consacré un article au “Phénomène DBZ” le 3 septembre 1995. Rétrospectivement, cet effet de présent est frappant, puisqu’il concentre des références issues d’une période extrêmement ramassée. Il s’agit bien d’essayer de capter le présent des lectrices et lecteurs de Je Bouquine, sans trop d’égard pour les consommations culturelles héritées, et c’est dans ce contexte que s’opère un glissement des stéréotypes.

Le McGuffin de l’histoire est une carte fictionnelle excessivement rare, la carte 198, qui donne droit à la remise d’une Dragon Ball en plastique dans les magasins spécialisés. Pierre obtient cette carte, mais Aurélie la lui dérobe pour s’attirer les faveurs d’un garçon dont elle est amoureuse. Celui-ci vole la carte à son tour et Aurélie ne parvient pas à la récupérer. Par miracle, sa demi-soeur – fan du Roi Lion – a récupéré par accident un autre exemplaire de la carte la carte 198 et la lui donne avec gentillesse. Aurélie peut donc aller chercher une Dragon Ball au magasin, faire le bonheur de son frère et a profité de l’occasion pour s’affirmer en tant que jeune adulte. Ayant suivi la crise de loin, leur mère décide aussi de rentrer plus tôt chaque soir. Ce bref résumé ne rend évidemment pas justice à un récit écrit avec justesse.

Sur le plan de la représentation de Dragon Ball et du monde de l’anime – car le manga ne joue qu’un rôle mineur – “Dragon Mania” procède en trois étapes.

Etape 1 – La boutique vue de l’extérieure

Tout d’abord, une visite à la boutique de jeux vidéo, fermée ce jour-là et qui n’est visible que de l’extérieur, à la fois par les lecteurs·trices et et par les personnages :

“Je me suis levée pour aller examiner la devanture. On voit des bandes dessinées en japonais, des posters de jeux vidéo. Partout, il y a les mêmes images de garçons et de filles, avec des yeux très grands et des masses de cheveux, tantôt noirs, tantôt blonds. La seule chose qui distingue les héros des héroïnes, c’est que les filles sont moins habillées. Beaucoup moins habillées.”

Je n’ai pas retrouvé de photographies de boutiques d’époque pour les comparer à l’illustration fournie, mais tout laisse à penser qu’elle a été dessinée à partir d’une documentation authentique. Dragon Ball est de fait étroitement lié au jeu vidéo à l’époque, comme en témoigne l’utilisation massive des personnages de Toriyama dans un magazine comme Console+ : illustration de couverture des n°36 (oct.  1994) et 43 (mai 1995), articles et surtout publicités. Si on retrouve dans le passage cité plus haut un cliché de la découverte du manga – tous les personnages se ressemblent – la remarque sur les filles peu habillées ne relève pas nécessairement du stéréotype. Les magazines de jeux vidéo sont alors fascinés par les pinups dessinées issues des mangas, et ouvrent aussi leurs pages au hentai, dans le cadre d’une culture décidément très masculine.

Publicité parue dans Consoles+ n°48 (novembre 1995) – source https://www.abandonware-magazines.org/

De la même façon, bien que Glénat eût entamé la publication du manga en français en 1993, les magazines de jeux vidéo et les boutiques continuent à promouvoir une les versions japonaises, qui disposent encore d’une avance confortable, et ce d’autant que la série vient de s’achever au Japon.

Détail publicité parue dans Consoles+ n°48 (novembre 1995) – source https://www.abandonware-magazines.org/

La deuxième vision du monde de Dragon Ball a lieu quand Aurélie entre dans la boutique en question, persuadée qu’il suffit de connaître la réponse à une énigme posée au dos de la carte 198 pour repartir avec une Dragon Ball.

Des garçons discutaient devant l’entrée; des garçons de mon âge et même un peu plus vieux. Un moustachu là-bas feuillette une bande dessinée… Pierre m’a dit que ça s’appelait des “mangas” et qu’on y voyait “plein de filles à poil”. Ce n’est pas de son âge, cet endroit. […] Il n’y a que deux filles, une très brune, l’autre très blonde. Elles se taisent, les bras croisés. Elles attendent peut-être que San-Goku vienne les chercher sur son dragon… […]

Je toussote. [Le vendeur] me regarde, mais c’est comme si j’étais transparente. Je ne ressemble pas à ses princesses intergalactiques.

Les guillemets autour de “manga” semblent bien témoigner de l’usage du terme à l’époque, déjà répandu mais pas nécessairement compris de tous. Frédéric Peugeot, l’auteur de l’article du Monde cité plus haut, précisait ainsi que Toriyama était “dessinateur de manga (on appelle ainsi les BD au Japon)”. Le texte rejoue par ailleurs les discours adultes, internalisés par l’héroïne, et semble faire un parallèle entre ces deux filles silencieuses et les personnages aux cheveux “tantôt noirs, tantôt blonds” de la visite précédente. Les personnages féminins, comme Aurélie elle-même, semblent donc réduits au rôle de faire-valoir réduits au silence. Quand Aurélie ouvre la bouche, elle est d’ailleurs tournée en ridicule et observe: “J’étouffe dans cette boutique pleine de mecs et de trucs”. Violemment genrée, la boutique et la culture qu’elle contient apparaissent donc comme des espaces hostiles, violents et sexués, conformes aux stéréotypes. L’illustration qui accompagne ce passage propose cependant une version plus nuancée de la scène. Sans doute réalisée d’après photo (on reconnaît le jeu Outrun en haut à gauche et plusieurs figurines de la “Super Battle Collection” au premier plan), elle propose un espace intimidant, dense en information, mais qui ne tire pas vers la caricature.

Etape 2 - L'intérieur de la boutique

Etape 2 – L’intérieur de la boutique

La troisième visite à la boutique, après qu’Aurélie a obtenu son nouvel exemplaire de la carte 198 est remarquable en ceci qu’elle se passe sans la moindre intimidation. Aurélie craint que le vendeur se souvienne d’elle et se moque, mais il se contente de tamponner sa carte et de lui remettre sa Dragon Ball en plastique. Cette fois, la sortie de la boutique ressemble à un triomphe modeste : “Tous les regards m’ont accompagnée vers la sortie, des regards d’envie m’a-t-il semblé.” Et bien qu’Aurélie distingue l’inscription “Made in Taïwan”, elle se prend à faire un souhait en tenant son prix. Celui-ci ne se réalise pas, mais cela ne l’empêche pas de se placer sous l’égide du personnage au moment où son amoureux la trahit une dernière fois: “Dragon Ball Z, venez à mon secours. Dites-moi que ce n’est pas vrai.”

 

La trajectoire du récit est donc celle d’une réconciliation familiale, mais aussi d’une réconciliation culturelle. Aurélie ne devient pas fan de Dragon Ball, mais elle apprend à comprendre la passion de son frère et constate que ce qu’elle avait pris pour en engouement infantile englobe également des collégiens et même des adultes. Sans remettre tout à fait en cause le caractère genré des jeux vidéo et des anime – et une nouvelle fois, il ne s’agit pas seulement d’un stéréotype plaqué de l’extérieur, tant cette culture est alors codée comme masculine – elle est bien celle qui obtient la Dragon Ball en s’aventurant seule dans la boutique, après avoir obtenu la carte nécessaire des mains d’une petite fille. Elle gagne aussi au cours de l’aventure une véritable expertise subculturelle, qui rend intelligible cet univers. Le passage de la légende urbaine à une simple procédure pour l’obtention de la Dragon Ball illustre cette acculturation. Et puis, le récit joue utilement du contraste entre le texte et le graphisme. Les personnages de Toriyama redessinés restent bien des corps stylistiques étrangers, mais la culture qui les entoure, et son “expertise ésotérique” (Suvilay 217), est rendue accessible et intelligible par la douceur des encres des Millet. “Dragon Mania” offre donc un témoignage complexe et attentif de ce moment de basculement et de “domestication” du media-mix japonais dont Dragon Ball est alors l’emblème.

 

 

 

Sur Dragon Ball

Suvilay, Bounthavy. 2021. Dragon Ball, Une Histoire Française. ACME 7. Liège: Presses Universitaires de Liège.
Sur masculinité et jeux vidéo
Kocurek, Carly A. 2015. Coin-Operated Americans: Rebooting Boyhood at the Video Game Arcade. U of Minnesota Press.

Sur la maison Bayard, voir notamment :

Boulaire, Cécile. 2018. “Okapi, un journal fantastinouï pour les jeunes dans l’esprit de 68.” Strenæ. Recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance, no. 13 (May). https://doi.org/10.4000/strenae.1823.
Crépin, Thierry, and Françoise Hache-Bissette, eds. 2008. Les presses enfantines chrétiennes au XXe siècle: actes du colloque d’Arras, décembre 2004. Études littéraires. Arras: Artois presses université.
Fourment, Alain. 1987. Histoire de La Presse Des Jeunes et Des Journaux d’enfants, 1768-1988. Collection “La Mémoire Des Marbres.” Paris: Editions Eole.
Petitfaux, Dominique. 1983. “Les Journaux de La Bonne Presse et de Bayard-Presse III. 1964-1983.” Le Collectionneur de Bandes Dessinées, April 1983.


Citer ce billet
Nicolas Labarre (2023, 12 décembre). Dragon Ball Z dans Je Bouquine. Picturing it! Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/svrm

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 17/12/2023

    […] place, en 1995, à la culture manga alors en pleine expansion chez les adolescents français : “Dragon Ball Z dans Je Bouquine“ Il y a, dans cet article, une invite à approfondir l’étude des titres jeunesse du groupe […]

  2. 21/12/2023

    […] recherches Picturing it !, des billets consacrés au magazine Je bouquine du groupe Bayard Presse. Le premier abordait un récit entier dans lequel apparaît l’univers de Dragon Ball Z, un univers manga […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search