Projet Gir/Moebius

“Balles d’or” – Redessin et réduction du Spectre aux Balles d’or, de Charlier, Giraud et Tranlé – N. Labarre

J’inaugure une nouvelle série de posts sur ce blog, qui recensera des travaux préparatoires pour un ouvrage consacré à Giraud/Moebius.

Comme tous mes travaux d’ampleur, le projet est né par accident et par une suite de sollicitations. J’ai d’abord été sollicité à l’été 2021 par les éditeurs du recueil Fifty Key Figures of Cyberpunk pour écrire une entrée consacrée à Moebius. J’ai évidemment accepté avec joie, et j’ai consacré beaucoup d’énergie à ce court texte, centré sur “The Long Tomorrow” et la fameuse déclaration de William Gibson indiquant que l’esthétique de Neuromancien dérive des inventions visuelles de Métal Hurlant (dans son introduction à Neuromancer—The Graphic Novel. Epic
Comics/Marvel, 1989, p.5).

Peu de temps après, j’ai été sollicité par Frederick Luis Aldama, avec qui j’avais précédemment parlé de genre, qui m’invitait à lui faire une proposition pour une collection avec orientation biographique, aux Presses Universitaires du Mississippi. Encore enivré par les lectures de l’été, j’ai donc proposé de produire un livre court sur Moebius, couvrant sa carrière sous un angle largement institutionnel. Je n’ai ni l’inclinaison ni les ressources pour écrire une biographie “classique”, mais j’étais très intéressé par l’idée de situer Moebius dans un contexte culturel et industriel, en chroniquant sa carrière à l’aune des évolutions de ce contexte.

Tout ceci s’inscrit bien sûr dans la continuité de mes travaux précédents, sur Heavy Metal, sur les magazines Warren ou sur la “marque” Clive Barker chez Epic et Eclipse : la bande dessinée à l’aune des institutions éditoriales, site où s’entrecroisent les trajectoires personnelles. C’est aussi l’extension de mon obsession des corpus, de la contextualisation comme préalable à toute lecture d’œuvre, qui m’a fait passer d’un profil “littéraire” à un profil plus orienté vers l’histoire et l’histoire culturelle.

Mais évidemment, cette approche ne va pas de soi quand on l’applique à un auteur comme Moebius. Un Auteur.

Il me semble que la contextualisation institutionnelle est un bon moyen de s’interroger sur cette majuscule – ce qui sépare l’auteur de l’Auteur. On pourrait juger que cette distinction est purement un produit de discours ultérieurs, un gambit discursif comme ceux qu’ont magnifiquement identifié Bart Beaty et Benjamin Woo dans The Greatest Comic Book of All Times (à mon sens le livre le plus important sur la bande dessinée de la dernière décennie). Dans le cas de Moebius, cependant, le génie est vite identifié. Dès 1974, dans France Soir, Giraud est “incontestablement le plus grand dessinateur de western de tous les temps” (“Un spécialiste du western”, 15 juillet). Il apparait donc nettement comme différent de ses pairs, et supérieur à eux. Très vite, il gagne la même réputation dans le genre de la science-fiction. Parler d’institution, identifier ce qui constitue au fil de sa carrière une “bande dessinée normale” (comme Kuhn parle de science normale) permet de mettre en lumière le système de différence par lequel est créée cette figure du génie.

“Génie” est d’ailleurs un autre terme qui m’intéresse, de même que ses alternatives : le maître, le virtuose, etc. Si tout va bien, c’est un autre sujet que j’aimerais aborder dans ce livre.

Voilà donc le projet, que je prévois de rendre à l’été 2023.

Pour le moment, l’heure est à la relecture systématique de l’œuvre, et à la prise de note. Pour un premier chapitre consacré à l’apprentissage, j’ai relu et surtout revu attentivement l’ensemble de Blueberry (y compris les 3 albums de La Jeunesse… tirés de Super Pocket Pilote). J’y ai pris beaucoup de plaisir – plus que ce à quoi je m’attendais – et discerné nettement les réverbérations des changements de contexte au fil des quarante ans de la série. J’y ai aussi appris à revoir avec un œil neuf une série que je connaissais dans le désordre, de façon très inégale. Le redessin qui ouvre ce post est une des manières de comprendre la façon de Giraud, de m’approprier un style en le reproduisant. Une éducation du regard par le geste. Je prévois d’en produire d’autres.

Et je serai évidemment heureux de savoir ce que vous pensez de tout cela.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search