Lisette, conclusion temporaire (6)

J’avais prévu de consacrer quelques heures à ce dépouillement de Lisette au début des années 60, pour un parcours systématique mais distant de quelques années de publication. J’entame ce sixième texte avec le sentiment d’avoir largement excédé ces bornes initiales. Le disque dur de mon ordinateur comporte un répertoire débordant de numérisations et de photographies, j’ai constitué un fichier Excel assez tentaculaire, relu tous les numéros de Spirou et de Pilote dont je dispose autour de cette période, épluché e-bay pour y trouver des couvertures manquantes, et laissé des heures entières s’écouler pendant que je parcourais les archives de la revue sur Gallica. Bref, si la forme est imprécise et les références peu nombreuses, cette petite enquête s’est rapidement transmuté en un véritable projet de recherche.

Je n’avais pas de plan très précis initialement, sinon cette idée de creuser certaines hypothèses suggérées par une première lecture. En repensant aux différents textes que j’ai publié ces dernières semaines, il me semble que j’ai mené un projet plus précis que cela : je me suis efforcé de repérer des changements intervenant au cours de la période de publication des numéros dont je disposais et plus spécifiquement les changements dans le positionnement de Lisette par rapport à son environnement médiatique. Il y a sans doute là un biais de mes recherches en général, combiné à la possibilité d’aborder ces questions sans avoir lu ou annoté chaque ligne du magazine : j’en ai lu beaucoup, mais faute de temps, je ne me suis pas attardé sur chaque case des adaptations cinématographiques, sur chaque courrier des lecteurs, sur chaque plaisanterie… Il aurait donc été présomptueux et franchement impossible de chercher à rendre compte du magazine dans son ensemble, alors que les interactions avec d’autres médias étaient pour leur part visibles, dénombrables, et de surcroît liées à des questions qui m’intéressaient déjà.

S’il faut retenir un résultat de cet étude, c’est la profonde transformation qui s’opère dans le magazine avant les années 60 ou dès le début de celles-ci, avec un rôle croissant de la bande dessinée et de la photographie, un abandon graduel des récits illustrés et une prise en compte méfiante mais indéniable de l’émergence de la télévision. Lisette est donc entraîné à cette époque dans des transformations sociales dont la création de “Salut les copains” à la radio en 1959 est devenue le symbole. Ces transformations ne se manifestent pas seulement dans l’évolution du discours aux lectrices ou dans les conceptions sociales défendues par la revue, elles affectent en profondeur la publication, en même temps que celle-ci contribue à définir et amplifier ces bouleversements culturels.

J’avais initialement prévu de consacrer un texte à l’évolution du lectorat implicite de la revue, celui que dessinent les rubriques, les récits et les publicités, mais il me semble que je ne disposais pas d’éléments suffisants pour mener un travail sérieux sur la question. J’avais quand même noté, comme un révélateur, la création en 1962 d’une rubrique “Lise” (la grande Lisette, donc), présentée sur une double page et qui donne par exemple la recette pour se débarrasser de la peau grasse et des points noirs. La rubrique voit le jour l’année où Salut les copains devient un magazine et ne propose au fond rien de nouveau : ces conseils beauté ou mode, ces portraits de femmes actives destinées à des adolescentes existaient déjà auparavant. En revanche, leur regroupement dans des pages dédiées aide à constituer discursivement la catégorie de l’adolescente. Les discours sur l’adolescence ne sont pas le reflet d’un air du temps, ils créent aussi cet air du temps et aident à donner de la pertinence à des concepts aussi évanescents que l’idée d’une culture jeune.

Rubrique “Lise” – Lisette n°16 (22 avril 1962)

En insistant sur le changement et les transformations, j’ai cependant laissé de côté ce qui ne change pas entre 1957 et 1962. C’est pourtant bien cela qui transparaît en première lecture de Lisette, savoureuse à voix haute et en famille : un ton moralisateur presque constant, une tension entre des aspirations féministes indéniables (dans la présentation des nouveaux métiers ouverts aux femmes, notamment) et une réitération des rôles genrés traditionnels (c’est bien le père, et lui seul, qui saura expliquer à sa fille comment se servir de la télévision, par exemple), une conception très rigide des normes sociales vues de la classe moyenne supérieure (j’ai hésité à ajouter ce dernier adjectif, mais il me semble juste). Il est ainsi tout à fait désarmant de voir que cette revue pour jeune fille publie avec régularité des blagues sexistes intériorisant ou reproduisant un point de vue masculin.

 

Lisette n°10 (1958)

Il me semble aussi délicat de conclure cette série sans offrir une évaluation critique de cet ensemble. Je le notais en introduction, Lisette a largement disparu à la fois des mémoires et du patrimoine de la bande dessinée. Il n’est pas difficile de trouver la revue, mais elle intéresse peu. Des facteurs structurant expliquent cet oubli. Le premier est qu’il s’agit d’une revue pour jeunes filles. Le second tient au fait que la plupart des revues jeunesses de cette période ont été éclipsées de la mémoire collective par Pilote, Tintin et Spirou, notamment parce que les auteurs de ces revues ont pu bénéficier du transfert vers l’album (je renvoie évidemment aux travaux de Sylvain Lesage sur ces questions). Cependant, au-delà de ces considérations systémiques, il est fort possible que les contenus de Lisette aient aussi été peu mémorables dès leur création. Il y a indéniablement des moments inventifs et quelques séries graphiquement enthousiasmantes dans ces pages, mais l’ensemble est avant-tout compétent : fonctionnel, sans doute divertissant, mais, à mes yeux du moins, rarement transcendant. Les strips d’humour sont ainsi particulièrement consternant dans leur écriture même si leur dessin fonctionne très bien. J’ai ainsi beaucoup d’affection pour le trait de Solveg (à qui Henri Filippini a consacré un article) dans les strips noir et blanc de Betty, mais leur chute tombe invariablement à plat.

Betty, par Solveg (Solange Voisin)

Écrivant ceci, je prends bien sûr le risque de reproduire des hiérarchies de valeurs héritées, qui imposent certains standards à mon appréciation rétrospective, notamment en matière d’humour. Je ne suis pas certain que ce soit entièrement le cas, mais par ailleurs, il me semble important de souligner que cette “simple” compétence que je perçois ne disqualifie en rien la revue, et ses plus de cinquante ans de parution. Au contraire, il est crucial pour comprendre la bande dessinée et l’époque qui la produite de prendre en compte des œuvres et des revues normales, banales, qui ne transcendent par l’environnement qui les produit mais permet au contraire de mieux appréhender celui-ci.

Et je serais bien curieux de savoir ce que vous inspire ce travail si vous l’avez lu jusqu’au bout.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search