Lisette et l’effet Spoutnik ? (5)

[Ce texte est le quatrième d’une série consacrée au dépouillement du magazine Lisette à la fin des années 50 – voir le 1,le 2, le 3 et le 4]

 

Revue catholique pour petites filles, assez conservatrice bien que résolument “apolitique”, Lisette offre peu d’occasions d’observer les effets des événements historiques contemporains. La Guerre d’Algérie en est tout à fait absente, par exemple. Pourtant, le journal n’est pas entièrement coupé des évolutions sociétales, particulièrement lorsque celles-ci touchent à sa ligne éditoriale : émergence de la télévision, d’un public adolescent, etc. Et puisque celles-ci sont à leur tour marquées par le cadre plus large des transformations socio-économiques du pays, Lisette n’échappe pas tout à fait à son époque, dont elle offre un reflet lointain et diffracté, que ce soit dans ses rubriques d’actualité, dans ses récits ou encore dans son paratexte publicitaire.

Parmi ces reflets, j’ai été frappé d’observer un “effet Spoutnik”, faible mais indéniable. En 1957, l’Union Soviétique est en effet la première puissance à placer un satellite artificiel en orbite terrestre, inaugurant la course à l’espace si cinégénique de la décennie suivante. L’exploit technologique est bien entendu salué par la presse de tous bords, et représente une victoire symbolique importante dans un contexte de guerre froide.

Le Monde - 7 octobre 1957

Le Monde – 7 octobre 1957

Cette importance symbolique est particulièrement perceptible aux Etats-Unis. Après avoir mené la course scientifique vers les armements nucléaires, le pays semble en effet dépassé par son grand rival, à la surprise général. Sud-Ouest note ce désarroi dès le 8 octobre, le lendemain de l’annonce soviétique, en se faisant l’écho à la fois des propos désenchantés de la presse et d’un discours revanchard assez prévisible. La course à la Lune est bel et bien lancée en 1957 ; elle aboutira 12 ans plus tard par une victoire américaine, après une décennie jalonnée par d’autres succès soviétiques, dont le vol orbital de Gagarine en 1961.

Sud-Ouest - 8 octobre 1957

Sud-Ouest – 8 octobre 1957

Cependant, en 1957, l’attention se porte d’abord sur ce que Sud-Ouest décrit comme l'”impréparation américaine” dans le domaine scientifique. Avant de voyager jusqu’à la Lune, il faut réformer en profondeur non seulement le programme spatial, mais encore l’éducation aux sciences et à l’ingénierie. A la suite de ce constat, il existe aux Etats-Unis un “effet Spoutnik”, qui se manifeste par une frénésie médiatique, par une inflexion des discours publiques, par des actions gouvernementales rapides (création de la NASA, et d’ARPA, où sera construit le prototype d’Internet), mais aussi par une réforme des programmes éducatifs. Il est bien entendu difficile de mesurer cet impact, au-delà de l’énumération des articles et des déclarations, et particulièrement hasardeux d’attribuer des transformations profondes à une cause unique, quand des facteurs générationnels, en particulier semblent entrer en jeu. Ces réserves posées, l’influence de Spoutnik continue d’être notée à ce jour dans le contexte états-unien : les effets directs du lancement du satellite sont sans doute discutables, ses effets dans les discours et les représentations ne le sont pas.

Étrangement, il n’existe à ma connaissance pas d’étude sérieuse de cet effet Spoutnik en France sous l’angle de l’histoire culturelle (et bien évidemment, ceci me fait réfléchir à produire un ouvrage, monographique ou collectif, sur la question). Pourtant, la lecture de Lisette laisse bien entrevoir les retombées de l’événement jusque dans les pages assez sages de la revue.

Comme tout ce qui précède dans cette série de textes, ces observations sont à prendre avec certaines précautions : je n’ai pas lu l’intégralité de la publication, et il est possible que je surestiment un changement sur la base d’informations insuffisantes. J’ajouterai que les magazines illustrés ou de bande dessinée, y compris les magazines pour jeunes filles, n’ont pas attendu Spoutnik pour proposer à leurs lectrices des récits de science-fiction avec une composante spatiale. Outre les aventures lunaires de Tintin, sérialisées dans le magazine éponyme à partir de mars 1950, un journal comme Mireille n’est pas rétif à l’anticipation1. Toute fusée de bande dessinée de la fin des années 50 n’est donc pas spoutnikienne, ou peut-être pas exclusivement spoutnikienne2.

Ces précautions prises, il me semble qu’il n’existe aucun fantasme de science-fiction, et même aucun fantasme scientifique, dans Lisette avant Spoutnik. Pourtant, les effets du lancement du satellite soviétique ne se font pas attendre. Début 1958, Lisette offre en effet à ses lectrices une pleine page; en ouverture du n°6, intitulée “Pour les futurs voyageuses” et décrivant sur un ton entendu les programmes spatiaux à venir. Les premières lignes installent cette évidence, alors même que le magazine s’intéressaient jusqu’alors bien plus aux stars qu’aux étoiles du ciel : “Vous êtes évidemment au courant : les savants sont en train de préparer un voyage vers la lune, qui aura lieu dans un proche avenir” [c’est moi qui souligne]. La suite consiste en un résumé de données pratiques sur ce voyage, et semble considérer que les femmes y auront naturellement toute leur place.

n°6 (1958)

 

Outre cet effet de rattrapage scientifique, bien matérialisé par la succession de tirets, l’article se caractérise par l’usage non-crédité de photographies tirées du film Destination Moon de 1950, sans doute une des inspirations de Hergé pour ses aventures lunaires. Je ne suis pas sûr de savoir interpréter ce choix étonnant. Ces photographies devaient certainement offrir une solution peu onéreuse et “réaliste” pour illustrer l’article, mais ces considérations n’expliquent pas l’absence de tout crédit.

Un numéro plus tard, dans L’étrange croisière du “Kara-Ko”, un épisode d’aventure à suivre de Nique et Prune, qui occupe la quatrième de couverture, en couleur, la pie Prune se trouve soudain confrontée à une fusée lancée par des savants désemparés. La scène évoque un peu les aventures de Tintin, mais est préfacé d’un rappel à l’actualité immédiate, quand Prune déclare (c. 3): “Je ce que c’est!.. J’ai vu la photo d’un engin semblable sur le journal de Pat… C’est une fusée !”. L’intertexte de bande dessinée est sans doute présent, mais c’est bien à l’actualité immédiate que fait référence cette apparition soudaine.

n°7 (1958)

n°7 (1958)

Moins d’un mois plus tard, Lisette réitère son intérêt nouveau pour toute chose spatiale en publiant un nouvel article à visée documentaire, intitulé “Les Secrets du ciel”

n°10 (1958)

n°10 (1958)

Tout à fait atypique par rapport aux centres d’intérêt habituels du magazine, et une nouvelle fois signé Lise Clairval, l’autrice du texte sur le voyage dans la lune, la rubrique propose un parcours de trois phénomènes astronomiques. La portée pratique est minimale, puisque deux d’entre eux sont invisibles à l’œil nu, et le texte ne comprend ni introduction ni conclusion. Il voisine aussi, avec le portrait d’une jeune championne de natation, mis en valeur par un cadre sur rose pale et un gros titre. La rubrique est aussi publiée en page 21, perdue au beau milieu du numéro. Déjà, l’enthousiasme spatial s’étiole.

Pourtant, cet imaginaire ne va pas disparaître tout à fait. Ainsi, fin 1959, Lisette retient-elle parmi les événements marquants de l’année le double triomphe soviétique consistant à atteindre la Lune et en photographier la face cachée. On peut imaginer qu’une telle célébration dans la presse catholique n’allait pas tout à fait de soi, d’autant que le texte note même – en s’avançant un peu – que la Lune est “désormais conquise”.

n°52 (1959)

De façon plus frappante, me semble-t-il, cet imaginaire se manifeste également dans le contenu paratextuel et publicitaire. Début 1959,deux marques distinctes, Nestlé et les colles Bib, communiquent en pleine page auprès des lectrices de Lisette en utilisant ces fantasmes spatiaux.

n°5 (1959)

n°5 (1959)

n°6 (1959)

n°6 (1959)

Il y a loin entre ces deux illustrations, et aucune raison de penser que ces pages ne sont publiées que dans Lisette. Cependant, elles ont en commun de supposer que la conquête spatiale constitue un imaginaire intelligible pour les petites filles, un peu plus d’un an après Spoutnik. Toutes deux paraîtront pendant plusieurs mois dans le magazine, pour réitérer ou étendre leur message.

Quelques années plus tard, en 1962, Jean-Claude Forest produira le premier récit spatial de Lisette, en emmenant Bicot et Suzy dans l’espace.

Ces quelques signaux restent faibles, bien entendu, mais ils montrent à mon sens qu’il existe bien un effet Spoutnik même dans une publication a priori aussi peu destinée à s’y intéresser que Lisette. L’engagement direct de la revue est de courte durée, mais le satellite soviétique semble étendre par la suite le champ des plausibles en matière de contenus dans le magazine. Il serait sans doute passionnant de mener de manière plus systématique une étude de ce type d’effets dans la presse enfantine de l’époque, en prélude à un panorama plus complet sur un éventuelle effet Spoutnik à l’échelle de la société française tout entière.

  1. Comme me l’apprend cet article de Michel Denni: http://bdzoom.com/85219/patrimoine/mireille-un-hebdomadaire-pour-le-lectorat-juvenile-feminin%E2%80%A6-deuxieme-partie/ []
  2. Je pense ici notamment à Alain Cardan, série publiée dans Spirou, dont la publication chevauche le lancement du satellite soviétique. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search