Lisette et la photographie (3)

[Ce texte est le troisième d’une série consacrée au dépouillement du magazine Lisette à la fin des années 50 – voir le 1 et le 2]

Dans ce troisième texte consacré à la revue, j’aimerais revenir sur la façon dont Lisette met la bande dessinée en rapport avec d’autres médias, en me concentrant toujours sur les transformations qui se déroulent à la charnière entre les années 50 et 60. D’une part, Lisette comporte dans ses pages une constellation de formes culturelles et de types d’images, allant de l’illustration à la photographie. D’autre part, la revue interagit avec son environnement médiatique immédiat, comme d’ailleurs d’autres revues de l’époque. Pour le dire autrement, Lisette est un objet culturel pluriel, pris dans un écosystème médiatique complexe. Vu l’ampleur du sujet, je consacrerai cette note à la photographie, avant de revenir sur le cinéma et la télévision dans un texte ultérieur.

En essayant de déterminer si Lisette était un journal de bande dessinée, j’ai déjà souligné à quel point le magazine proposait des formes hybrides, intermédiaires, dans un spectre allant de l’histoire illustrée à la bande dessinée archétypale (case, bulles, personnages récurrents, etc.). Même si les valeurs intermédiaires de ce spectre tendent à disparaître à la fin des années 50, le contenu narratif de Lisette interdit d’emblée toute essentialisation : bandes dessinées et récits illustrés se succèdent, avec les mêmes objectifs, les mêmes auteurs, le même registre graphique et la même présentation, décourageant toute tentation d’ériger une barrière symbolique entre les unes et les autres. Il est difficile de savoir si Lisette est un journal de bande dessinée, puisque Lisette nous oblige en permanence à réexaminer la singularité de ce que nous voudrions appeler bande dessinée.

Lisette (25 janvier 1925) Page centrale entre récit illustré et bande dessinée

A côté de ce vaste spectre des récits en images, la revue intègre d’autres régimes de représentation. En particulier, j’ai voulu dénombrer les photographies et leur importance dans mon corpus. Je supposais que leur nombre augmenterait au fil des années, reflétant une “modernisation” du contenu. L’indice est assez grossier, mais il est parlant : en 1957, on ne trouve guère plus de deux pages comportant des photographies dans les vingt pages de la revue. Dans la formule suivante,  ce nombre passe à quatre ou cinq pages sur 24, puis à six sur vingt-huit, et enfin à 7 ou 8 dans la formule à 32 pages, à partir de 1959 (avec d’importantes variations de numéro en numéro). Le nombre de ces pages augmente donc, et leur proportion par rapport à la pagination totale croit également.

Graphe- pages avec photographies

Je considère donc ici la photographie non seulement comme une technologie, mais encore comme un marqueur culturel. Après tout, le basculement du concurrent Fillette vers des couvertures photographiques en 1956 est couramment décrit comme un point de basculement dans l’histoire de ce magazine, à la fois symptôme et élément constitutif d’un basculement vers un lectorat adolescent (par ailleurs explicité par un changement de titre, puisque Fillette devient Fillette jeune fille).

Dans certains cas, la photographie semble avant tout utilitaire – les publicités pour les poupées Lisette passent ainsi de l’illustration à la photographie – mais son introduction est généralement porteuse de sens. Ainsi, l’augmentation du nombre de pages d’actualités avec photographies, stratégiquement placées en début de publication, semble confirmer la capacité de Lisette à parler d’actualité dans le langage iconotextuel (oui, oui, les grands mots) des magazines de l’époque1.

 

Cette hésitation au seuil d’une modernité visuelle supposée se lit très clairement dans le choix des couvertures. Celles-ci sont introduites à l’automne 1958, et utilisées au sein de mon corpus jusque fin 1960. Durant toute cette période, elles coexistent avec des couvertures dessinées, et à partir de 1961, Lisette opte pour un type de couverture unique, des illustrations composites de bande dessinée. L’utilisation de photographies s’inscrit donc dans une certaine durée, puisque Lisette paraît de façon hebdomadaire, mais est finalement abandonnée. Peut-être l’écart entre ces couvertures et le contenu réel de la publication (assez peu d’actualité, du dessin plus que de al photographie) était-il en cause, ou peut-être la tentation de s’aligner sur les concurrents comme Fillette a-t-elle été jugée contre-productive : le magazine ne s’en explique pas. En revanche, un parcours de ces photographies de couvertures montre à quel point leur usage n’allait pas de soi pour cette publication assez sage.

Quelques couvertures jouent pleinement des possibilités expressives de la photographie comme index du réel et de l’immédiat, combiné au glamour des corps posés et préparés : de très belles jeunes filles souriantes, en gros plan, ou des vedettes comme Romy Schneider. Ces jeunes femmes nettement plus âgées que les lectrices de Lisette jouent un rôle de modèle ou d’idole, elles offrent une image à laquelle les lectrices sont sans doute censées aspirer.

Lisette 10 Janvier 1960 - Romy Schneider

Lisette 10 Janvier 1960 – Romy Schneider

Bon nombre de ces couvertures photographiques, cependant, s’inscrivent dans une logique très différente. Elles représentent des scènes très posées, très conventionnelles et saisonnières : arbre de Noël, enfants sages, rencontre avec des animaux de toute sorte. Ces couvertures là font fi de toute médiagénie, au sens que lui donne Philippe Marion, c’est à dire la correspondance plus ou moins forte entre un contenu et le média dans lequel il s’exprime2 Ces images sans temporalité, présentant des scènes délibérément stéréotypées plutôt que fermement localisées dans l’espace et le temps, se donnent plutôt comme une remédiation ou recréation des illustrations de couvertures des formules antérieures du magazine. on discerne là une forme de pensée magique, qui ferait de la technologie seule un facteur de modernité, sans percevoir que cette technologie est ici mise au service d’images délibérément dépourvues de toute spécificité, de toute singularité. Le changement de technologie n’est pas conçu comme un changement de message ou un ajustement de la cible du magazine : il ne constitue en ce sens qu’un choix superficiel et finalement réversible.

Trois couvertures de 1959  - photographie et logique d'illustration

Trois couvertures de 1959 – photographie et logique de stéréotypie

Lisette - mars et juin 1959 - nouvelle technologie, continuité des sujets

Lisette – mars et juin 1959 – nouvelle technologie, continuité des sujets

Je découvre en écrivant ce passage qu’il s’agit en fait de la deuxième tentative de Lisette d’adopter la photographie en couverture. Un essai précédent avait eu lieu en 1938-1939, avec là encore un basculement assez volontariste et un abandon rapide. Sans trop spéculer sur les raisons de cette expérimentation et sur son échec, je note que cet essai des années 30 visait pour sa part à changer non seulement le mode de représentation mais encore son sujet. Ainsi, les couvertures de Lisette des années 30 sont le plus souvent narratives, amorçant un récit développé dans les pages intérieures. Par contraste, durant la brève période photographique (du 16/10/1938 au 29/10/1938), les photographies sont presque toutes des portraits de jeunes filles en âge d’être les lectrices du magazine.

Lisette 13 novembre 1938, 15 et 22 janvier 1939. Le portrait comme fil conducteur.

 

A la fin des années cinquante, Lisette semble donc de nouveau hésiter quant au rôle à donner à la photographie dans son identité. Sa part augmente régulièrement dans la pagination du magazine, mais la tentative pour en faire une des options de couverture fait long feu. Les romans photos sont introduits en 1959, durant la période des couvertures photographique, mais disparaissent eux-aussi en 1961.

Lisette ne renonce cependant pas à la photographie, loin s’en faut : il faut plutôt considérer que c’est la place de celle-ci qui est constamment négociée au sein d’un magazine encore marqué par son passé d’illustré. Ainsi, en mai 1962, Lisette réintroduit les photos glamours qui avaient un temps figuré en couverture du magazine. Celles-ci prennent désormais la forme d’une rubrique “Plein feu sur…” alternant vedettes masculines (Jean Marais, Jean-Claude Brialy…) et féminines (Jill Haworth, Tuesday Weld…). Chaque fois, un bref texte biographique accompagne un portrait idéalisé de la star regardant les lectrices dans les yeux. La photographie, éventuellement signée par son sujet, est une nouvelle fois un des dispositifs par lesquels Lisette tente de s’inscrire dans son époque.

Dans le prochain texte de cette série, je reviendrai sur l’autre façon de comprendre de ce recours aux stars, en examinant les liens que Lisette entretient avec le cinéma et la télévision.

 

  1. Réciproquement, il est frappant de constater à quel point des magazines comme Paris Match font appel à l’illustration dans leurs pages, en sus du photojournalisme. []
  2. Je paraphrase, car Marion forge le terme pour parler de “récit”, une notion qui ne peut s’appliquer à mes couvertures qu’avec une certaine prudence.  Marion, Philippe. “Narratologie Médiatique et Médiagénie Des Récits.” Recherches En Communication 7 (Mars 1997). https://doi.org/10.14428/rec.v7i7.46413. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search