Un moment de silence : les papillons de Yoko Tsuno

Roger Leloup, La spirale du temps (1981) p.24, détail

Roger Leloup, La spirale du temps (1981) p.24, détail

Dans des ouvrages comme Plates-bandes, La bande dessinée et son double (sa thèse de doctorat) ou dans les trois numéros de l’Eprouvette, Jean-Christophe Menu, co-fondateur de l’Association, éreinte les pires effets de ce qu’il appelle le  format « 48CC » (48 pages couleurs cartonnées), celui des albums classiques standards de la bande dessinée franco-belge. A l’instar du comic book aux Etats-Unis, il est indéniable ce format dominant jusque dans les années 90 génère des modes de consommation spécifique, vise un public précis et engendre des formes narratives épousant ses contraintes. De toutes évidences, ces contraintes ont été productives pour nombre d’auteurs qui ont su les tourner et s’y fondre, produisant des œuvres majeures et durables dans ce contexte si défini, je ne fournirai pas de liste subjective ici, chacun aura certainement la sienne. A l’inverse, il suffit de penser à certains Spirou de Franquin réassemblés pour en faire des album standards, ou aux premiers Valérian rabotés entre la sérialisation et l’album pour constater que ces contraintes ont pu être destructrices. Dans bon nombre de cas, cependant, la contrainte est seulement une donnée, un élément de format intégré d’emblée par des œuvres qui, pour être parfois considérées comme des « classiques », apparaissent aujourd’hui comme surdéterminés par ce système de production. La même remarque pourrait d’ailleurs être faite pour de nombreux comic strips dans leur incarnation quotidienne.
Macbeth, Classics Illustrated p18Lors d’une récente journée d’étude consacrée au « roman graphique », terme problématique s’il en est, la question s’est posée de façon récurrente : existe-t-il un style particulier qui caractériserait les productions ainsi étiquetées ? Il me semble pour ma part que la réponse est négative, que le « roman graphique » s’il existe est avant tout un phénomène éditorial lié à l’objet livre et ayant pour finalité la construction d’un nouveau public pour la forme bande dessinée. La rupture est dans l’étiquette elle-même, qui vise à identifier un support plus légitime ou plus exactement un peu moins illégitime pour la forme bande dessinée aux Etats-Unis et en Europe. Tout cela n’est pas nouveau. Reste que cette démarche éditoriale, que l’Association a su promouvoir largement en France dans la continuité d’expériences antérieure, marque bien une ouverture des possibles de la bande dessinée :  en terme de public visé (bien entendu), en terme de sujets abordables (ce qui découle du précédent), en terme de techniques jugées publiables, ou simplement en terme de longueur du récit.

Lors de la journée d’étude mentionnée plus haut, j’ai eu l’occasion de souligner à quel point dans la bande dessinée contrainte certains mécanismes s’atrophient : la contrainte de l’efficacité narrative, corollaire de la contrainte spatiale, tend à chasser du récit tout ce qui ne lui est pas essentiel, tout ce qui pourrait être de l’ordre du vide, du temps mort, de la respiration voire du décoratif. Dans le cas d’adaptations de Macbeth des années 50, sur laquelle je travaillais, c’est la séquentialité même qui s’efface au profit d’un texte écrasant, qui seul rythme le récit. La case muette est absolument bannie. La lecture des albums de bande dessinée « classique » offre une vision moins paroxystique mais tout aussi frappante de cet utilitarisme.

Cet utilitarisme n’apparaît jamais plus flagrant que quand il disparaît subitement, inexplicablement. Soudain, Yoko Tsuno regarde un papillon.

Roger Leloup, La Spirale du temps (1981), page 24, dernier stripRoger Leloup, La Spirale du temps (1981), page 24, dernier strip

Yoko Tsuno, série créé par Roger Leloup (et Tillieux initialement) dans Spirou à la fin des années 60 est un bel exemple de série classique, produit d’un artisanat minutieux et de recettes éprouvées. Comme nombre de séries publiées dans le magazine (Spirou lui-même, Khéna et le Scrameustache, les Petits Hommes, Génial Olivier, etc.) on y trouve une science-fiction très axée sur les questions technologiques. Leloup met en scène dans des planches détaillées, documentées, avec un fort effet de masque (personnages simplifiés sur fond travaillé) qui n’est pas si éloigné de celui de la ligne claire d’une part et du manga d’autre part. Dans la première moitié de la série au moins, la seule que je connais, les couleurs signées « Béatrice et le studio Leonardo » sont par ailleurs remarquablement choisies, sur des indications de Leloup lui-même. Signe des temps, « Béatrice » est créditée pour le « coloriage » de La Spirale du Temps, lorsque l’album sort en 1981, terme vaguement infantilisant auquel on préférerait « mise en couleur » ou « colorisation » aujourd’hui.

 

Roger Leloup, La Spirale du temps (1981), page 36, dernier strip

Roger Leloup, La Spirale du temps (1981), page 36, dernier strip

Récit de voyage dans le temps, La Spirale du Temps est l’illustration d’un classicisme franco-belge de qualité, dans un album au scénario complexe avec de belles scènes de tentacules de métal détruisant un complexe scientifique qui, toute proportion gardée, évoquent un peu ce que sera la fin d’Akira (à ceci près que la scène occupe chez Otomo bien plus que les 48 pages comportant l’intégralité de La Spirale du Temps). C’est un récit affairé, plein de grands événements dans des petites cases. Pour être tout à fait juste, c’est aussi un album qui ouvre des espaces graphiques à une certaine contemplation, par les grands paysages offerts ou de façon plus indirecte, par la variété des tenues des protagonistes. Simple détail, bien sûr, mais ces changements vont bien contre l’utilitarisme de l’uniforme, qui homogénéise les apparitions d’un personnage et le pousse vers le simple signe. Rhabiller un personnage pousse le lecteur à le relire – les mises à jours régulières des costumes des super-héros en sont l’exemple le plus simple. L’album s’ouvre aussi sur une scène  paisible de ballade à dos d’éléphant et de contemplation de statue qui joue sur les thèmes du récits – le temps, la vitesse, la puissance – plus que sur l’enchaînement des événements.

Pourtant, dans cet album comme dans d’autres, le pragmatisme narratif domine. Une case doit faire avancer le récit, et elle n’est donc muette que si l’image suffit à faire avancer l’intrigue. Dans la seule autre case absolument muette de l’album, sans dialogue ni récitatif, l’héroïne passe à travers une fenêtre d’un bond. Dans d’autres albums de la série, les cases muettes contiennent une séquence d’action, un effet de surprise, la découverte d’un lieu, bref, un élément de l’intrigue.

Roger Leloup, La Spirale du temps (1981), page 31, dernier strip : l'autre case muette du récit

Roger Leloup, La Spirale du temps (1981), page 31, dernier strip : l’autre case muette du récit

Rien de tel dans la case qui nous intéresse ici, moment perdu pour l’intrigue, ouverture possible du récit en direction de la contemplation, de la poésie, du silence. Si elle joue sur un des thèmes mineurs de l’album, la connexion avec la nature, elle est même légèrement dissonante par rapport à son contexte immédiat, l’inquiétude mentionnée immédiatement auparavant. Sa petite renforce cet effet de moments à la marge, issu de la subdivision de la case centrale du strip. Ce minuscule rectangle coloré sur la page apparaît sans surprise dans un temps faible du récit, juste avant un retour dans le passé qui va structurer la deuxième moitié de l’intrigue.

Roger Leloup, La Spirale du temps (1981), page 24

Roger Leloup, La Spirale du temps (1981), page 24

Cette case est remarquable, finalement, en ce qu’elle permet de discerner par contraste à quel point les contraintes de publication – sérialisation en revue, album de 46-48 pages – restreignent le champ des possibles d’une bande dessinée par ailleurs extrêmement compétente. Son isolement dans l’album mais aussi dans Spirou tout entier – on cherchera en vain des exemples de case « gratuite » dans les recueils de la revue – établit une connexion accidentelle mais charmante avec ce que peut être aujourd’hui une bande dessinée grand public qui s’est ouverte à une pluralité de forme.


Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Mayday dit :

    Réussir à dévier de quelques cases légères vers un conflit insoluble, il y a à ne point douter un bug quelque part…

  2. Merci Robin.
    Je me suis fait la même réflexion, sur la ressemblance fugitive avec le manga. De façon plus générale, j’ai l’impression que le développement délibéré de cette possibilité dans la bd occidentale doit énormément à l’influence du manga. Quand j’ai lu pour la première fois Understanding Comics, à la fin des années 90, j’ai trouvé les pages sur le sujet absolument fascinante, comme s’il y avait encore une différence culturelle entre manga, bande dessinée européenne et comics sur le sujet. Il me semble que les échanges culturels depuis 1993 – quand le livre de McCloud a été publié pour la première fois – ont abouti à une diffusion de cette tactique narrative.

    @bug, je comprends bien que la discussion ne portait pas directement sur le texte mais sur le moment de sa publication et le rôle des intellectuels publics. Je ne suis pas certain malgré tout que le procès en insignifiance soit tout à fait mérité; écrire sur la bande dessinée n’exclut pas d’endosser d’autres rôles, dans d’autres espaces.

  3. Robin R dit :

    Merci pour cet article. Ce genre de case ne surprendrait pas dans un manga, tant elle se rapproche du « mono no aware » japonais. Dans une histoire où le temps joue un rôle aussi important, j’y verrais bien, en plus d’une référence à la nature, un clin d’œil à l’impermanence des choses !

  4. Bug dit :

    Je n’ai rien contre Nicolas (en outre, j’aime bien Yoko, qui m’a fait rêver, jadis…) mais le malheureux constat doit être reconnu : il suffit aux pires criminels de programmer leurs guerres durant les vacances pour œuvrer en toute quiétude (sans parler du Ramadan, de la campagne bidon “Bring back our boys”…).

    “ Ça ne concerne pas nécessairement les images – mais après tout, les images, ce n’est pas toujours le plus important… ”

    Euh… cet avis énoncé par l’un de nos plus fins limiers de la culture visuelle, voilà qui est un peu fort de keffieh !

    C’est justement – et vous le savez fort bien, André -, LE facteur déterminant qui au cours des quelques dernières décennies, d’année en année, en une exponentielle désormais “i-viralement” explosive, aura permis d’inverser le rapport du faible au fort (et quel Fort ! : rien de moins qu’“USraël”) tout comme l’identité mythico-dyadique du héros démuni, David, face au géant Goliath… ce Philistin, et ainsi de faire basculer, sur le terrain même, l’“image”, justement, de l’Etat sioniste-colonial s’installant, tel poussin de coucou en nid de Palestine : “poussez-vous un peu plus, jusqu’au bord, et même plus… !”, en une Nakba déjà quasi séculaire. Car voilà que ces jolies plages de Tel Aviv, dont les pub invasives nous rebattent les paupières, se changent en leur prix à (faire) payer : des gravats, cette fois encore de Gaza, éruptifs et fumants, et qu’on devine putrides sous le chaud soleil d’été.

    Mais une telle analyse, littéralement brûlante-vive, ne peut être que mal vue par le Système – dont chacun dépend, peu ou prou, pour la gamelle. Aux “Visual Studies” qui plus est, où depuis l’origine on aura appris à s’enfermer dans le subtil assez dérisoire des études de la BD, des séries B, de la S-F, de la dernière “[e+i]Technology”… tout cet “anthropolitically correct” n’ayant guère d’enjeux civilisationnels (sinon dans la sourde dépendance-décadence transhumanistisante) ni grands risques carriéroclastes. Oui, trahison des affidés (politiciens, journalistes, universitaires [ce serait quand même dommage de se faire agresser, tel Pascal Boniface…]).

    … Sauf que des spécialistes de l’audio-visuel neufs se révèlent, du moins pour ceux qui ont yeux-et-oreilles pour le percevoir : les courants dissidents, désormais irrépressibles et en cours de convergence-émergence “officielle”, légitimés en ce qu’ils en inventent la pratique sur le tas, le terrain, l’adversité “système-ique” : nouveaux sites, nouvelles i-télés, nouvel imaginaire “quenello – bras-d’honorifique – anti-Système”, et qui réseautent à qui mieux mieux sur la Toile comme mycelium après la pluie de missiles, d’interdits, de rétorsions diverses, bravant le terrorisme de la pensée et de l’agir (dûment intégré jusqu’à la forclusion par les “officiels” patentés, craignant la Suprême-Insulte), et qui cherchent à y faire “place-Net” (disqualification des CRIF-médias – et autres équivalents sionistes avec l »AIPAC, etc.).

    Dans cette nébuleuse du “Front du Refus”, les Français « de moindre souche”, ou de plus “fraîche couche”, y développent une énergie, une créativité, une combativité exceptionnelles, non-violente, pour l’heure, dans le sillage inattendu, discutable mais incroyablement résilient et efficient desdits “InfréKKentables”. L’audio-visuel individuel “embarqué”, “iCaméPhone” au poing, y joue une part essentielle (témoignages pris sur le vif et auto-garantie contre l’inversion accusatoire ; montages éclair, virtuoses et subversifs ; diffusion anti-hacking ou censure [RuTube…) par milliers, voire millions de “clics” spontanés, curieux, vite fidèles et qui “plussoient”, en quelques jours…

    Une tout-autre-France (néo-patriotisme “coloré” mais anti-mondialiste-NWO), aussi Francophonie (né-francophile, sur tout le globe), et même Europe (anti-UE et pro-BRICS), et plus globalement une Socialité alter-nationale (anti-“USraélienne”-vétéro-testamentaire-ultra-libertaro-libérale) s’accouche d’elle-même tandis que le désormais “Vieux Nouveau-Monde”, post-&-hyper-moderne, tend à s’écrouler de ses excès et contradictions, dans sa propre disqualification morale. Tout ça largement à l’insu ou au mutisme des spécialistes officiels (auto-)aveuglés-ou-bâillonnés. Tant pis pour eux, de rater ainsi le combat le plus essentiel de leur temps, un peu comme les nombrilo-existentialistes Castor & Sartre sous l’Occupation.

    Mais, à terme, n’est-il pas dangereux, tout ce sang neuf, qui semble résonner plus qu’il raisonnerait devant celui qui entache les gravats de Gaza, comme d’ailleurs de toutes les guerres induites par le complexe impérial (auto-organisation planétaire par allo-destruction multi-locale, sempiternellement), dont la France officielle n’est plus guère qu’un gros Gouda déliquescent ? C’est bien ce dont les experts humanistes devraient, et urgemment, discuter, sans parti pris ni corde au cou, en connaissance et en conscience…

    Nul doute que ce “Temps des Quenelles”, d’ailleurs très visuel, Yoko Tsuno alias Leloup aurai(en)t aimé le “croquer” à belles dents…

  5. Pas très sympa pour Nicolas, le seul à publier en ce moment, et qui se prend le vent…
    C’est la rançon de la publication ouverte. Tout de même, sur Gaza, les analyses dénonçant le massacre (et la faute de Hollande…) se multiplient, d’Edwy Plenel à Villepin en passant par Alain Gresh, Esther Benbassa, Mona Chollet et bien d’autres… Ça ne concerne pas nécessairement les images – mais après tout, les images, ce n’est pas toujours le plus important…

    Ma conviction très personnelle sur ce point est qu’Israël a franchi une ligne jaune, et est en passe de perdre la partie, du moins à l’échelle de l’opinion occidentale… Nul doute qu’on s’en souviendra, et qu’on n’a probablement pas fini de lire commentaires et analyses sur ce tournant… Dans le domaine qui nous concerne, j’ai notamment relevé (sur Twitter) « la guerre dans les yeux de Farah« , le live-tweet d’une adolescente gazaouite qui, en incarnant et en personnalisant le drame, a contribué à rendre aux victimes palestiniennes l’humanité dont leurs ennemis veulent les dépouiller. Comme quoi le selfie n’est pas forcément l’antithèse de la mobilisation…

  6. Bug dit :

    En plein cauchemar, on peut rêver : les habitués de Culture Visuelle, plutôt bobos-de-gœch’, incapables de faire du selfie en vacances durant une tuerie, un massacre – qui plus est dont nos gouvernants – “socialistes” ! – sont les plus qu’évidents complices ; et chacun employant tout son temps, art, savoir et dynamisme pour détecter et analyser au plus vite, au plus sagace et efficace les techniques de propagande visuelle sioniste, voire à plus bien faible échelle celles du Hamas, aussi de par le monde les stratégies d’éveil viral sur la Toile ou dans la rue des pro-Palestiniens gazaouis ou des simples humains, et déjà encore-vivants, et qui tentent de le rester, ici comme là-bas sous les milliers de milliers de tonnes de gravats de Gaza…

    Rien de tout cela. Black out de toute la bande sur Gaza.

    Sinon, peut-être, dans 40 ans, comme pour Yoko Tsuno mais pour d’autres raisons.
    C’est-à-dire trop tard ; surtout, que ce soit bien trop tard et bien refroidi, afin de ne pas avoir d’ennuis avec le complexe impérial, qui depuis l’enfance les aura formatés, diplômés, nommés, payés… mais risque de les “fort-mater” autrement plus encore – une appréhension perçue et intégrée jusqu’à l’auto-censure, jusqu’à la forclusion ? – s’ils venaient à sortir de leur Bande-de-Gaza mentale et éditoriale…

  7. Bug dit :

    Charmante étude. A noter que la disposition des cases de la BD rend mal, également, le vacarme de l’hélico…

    A quand une autre, de Culture visuelle, tout aussi charmante, sur la Bande de Gaza à l’heure actuelle (revue militaire de Tsahal : Plate-Bande-&-Débandade) : sérialisation case par case des pilonnages, restreignant le champ des possibles des personnages, etc. ?

    Il faut être de son temps : barbare, cynique, désespéré… au moins de la trahison des clercs, qui font dans la nostalgie subtile et dérisoire de “La Spirale du temps” des années pré-libertaro-libéralistes-NWO, envolées comme papillons…

    Bon été, si vous avez la chance de croiser un papillon non encore rétamé au Roundup.

    • Étonnamment, je ne pensais pas nécessaire de justifier en ce lieu l’existence d’un bref texte consacré aune surprise formelle dans un livre populaire.m, mais soit. Yoko Tsuno est une oeuvre destinée à la jeunesse, qui propose dans plusieurs cas un propos d’ordre politique, à l’instar de nombre d’oeuvres de science-fiction un peu didactique : les moyens narratifs utilisés pour porter ce propos me semblent digne d’étude. Vous me voyez désolé de ne pas vous en avoir convaincu.

      Sinon oui, je lirais avec intérêt une étude des représentations et formes accompagnant, soutenant ou dénonçant les attaques à Gaza. Ce texte-ci n’empêche pas l’existence de celui-là, et n’exclut pas d’autres prises de position, dans d’autres espaces que Culture Visuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *