Superman a 75 ans et ses fans vont bien, merci…

Pour un lecteur averti de bande dessinée américaine, il est difficile de ne pas trouver des qualités à la vidéo ci-dessus, mise en ligne par DC Comics le 15 octobre dernier, et évoquée dans le détail dans cet article d’Entertainment Weekly (elle avait auparavant été montrée pour un public restreint à la New York City Comic Con). La réalisation de Zack Snyder et Bruce Timm, deux réalisateurs que tout oppose a priori, en est à la fois spectaculaire et soignée, de même d’ailleurs que l’accompagnement musical. De plus, ce petit film a la grande qualité d’apparaître comme un objet sans finalité immédiate, en dehors d’une mise en avant bien orchestrée du personnage (cf. cet article sur Hollywood Reporter). Il ne fait la promotion d’aucun objet culturel précis et sort  paradoxalement juste après Man of Steel, alors que le prochain film de la franchise est encore très lointain. Cette création en partie soustraite à l’utilitarisme est donc d’autant plus appréciable qu’elle ne semble exister que pour elle-même.

Clark Kent et Andy Warhol face à Superman

Dans le détail, et pour qui ne serait pas familier de l’histoire du personnage depuis 1938, on peut voir se succéder à l’écran:

  • la première couverture d’Action Comics (première apparition du personnage)
  • une référence aux merveilleux dessins animés des frères Fleischer (tombés dans le domaine public et visibles sur Youtube)
  • une recréation de la série télévisée Adventures of Superman, de 1952
  • deux couvertures du tout début des années 60 de Curt Swan (Superman et Superman’s Pal Jimmy Olsen )
  • un panorama des merveilleuses bizarreries de la même époque
  • une allusion à l’utilisation du personnage par Warhol (que l’on devine de dos)
  • la série animée Super-friends, des années 70-80
  • le combat Superman vs. Muhammad Ali de 1978 illustré par Neal Adams
  • le Superman filmé de Richard Donner de 1978 également
  • le jeu vidéo Superman sur VCS 2600 de 1978 encore
  • la mort et la résurrection de Superman en 1993
  • la série animée de Bruce Timm, 1996-2000
  • une recréation de la couverture de Kingdom Come par Alex Ross et Mark Waid, de 1997 (à l’arrière plan, le silo qui explose dans le générique de la série Smallville, 2001-2011)
  • enfin les deux dernières version du personnage, celle du reboot des comics DC de 2011 et celle jouée par Henry Cavill dans Man of Steel en 2013.

Si les enchaînements sont fluides, les changements de physionomie du personnage et les glissements dans le style graphique indiquent bien qu’il y a quelque chose à comprendre. C’est notamment par ce parti-pris que ce court-métrage devient particulièrement intéressant.

La première remarque, la plus simple, est qu’il réintègre Superman dans une logique transmedia qui est en fait présente depuis ses débuts. Les différentes versions du personnage sont montrées comme étant distinctes mais aussi complémentaires: la « grande » histoire de Superman est à lire en assemblant l’ensemble de ces fragments. C’est évidemment faux dans le détail: les films, séries animées et comics se déroulent pour la plupart dans des univers narratifs distincts. A l’intérieur même des publications en bande dessinée, plusieurs ruptures notables existent (la création de la Terre 2 dans les années 60, Crisis on the Infinite Earth en 1986, le reboot de 2011 pour ne citer que les plus récents) qui contredisent cette notion de continuité.

Pourtant, il n’est pas entièrement faux de présenter Superman comme une franchise historiquement transmédiatique. On pourra en juger par cette publicité parue dans Superman en 1944, ou cette conclusion d’un récit de 1946, qui invitent à un entremêlement des supports qu’on peut difficilement réduire à un simple processus d’adaptation ou de déclinaison d’une marque.

Superman n°27, mars-avril 1944

Superman n°27, mars-avril 1944

Superman n°39, mars-avril 1946

Superman n°39, mars-avril 1946

L’autre constat, c’est évidemment la dimension d’engagement que promeut cette vidéo. Il est probable que nombre de spectateur manquent la plupart des références mais reconnaissent par exemple le film de Donner, la série animée ou la reprise de Man of Steel. Pour tous ceux-là, la vidéo offre un jeu de piste potentiellement savoureux. La nature même du film rend difficile une recherche sur ses sources autrement que par des formes de discussion et donc d’engagement (même si DC a publié généreusement une liste d’annotations) On reconnaît un des principes du développement des franchises transmédia, qui vont proposer ces jeux de pistes et ces énigmes pour mieux favoriser une appropriation par le public des objets culturels.

Ce qui se joue donc ici c’est bien la réaffirmation de Superman comme franchise transmédia malgré ou bien grâce à son histoire. Une modernisation qui intègre le passé sans sombrer dans la nostalgie. Sans surprise, la dimension gratuite de la vidéo s’efface au profit d’objectifs de longs termes de reconstitution d’une marque excessivement célèbre mais diminuée auprès du grand public par une série de films ayant entamé son crédit (Superman IV, Superman Returns) ainsi que par une image un peu vieillotte. Comme le souligne l’article d’Entertainment Weekly : « Brandon Routh, out ! »

En filigrane, on devine aussi l’évolution des consommateurs de fiction super-héroïque. Le spectateur idéal d’une vidéo comme celle-ci est nécessairement le connaisseur, celui qui bénéficie d’un climat culturel dans lequel l’ensemble des artefacts les plus triviaux de la culture populaire du 20e siècle sont accessibles simultanément et à bas prix. Un tel film n’aurait pas pu fonctionner il y a seulement une quinzaine d’année, pour les 60 ans de Superman. Outre qu’on voit mal comment elle aurait été diffusée, elle n’aurait pas pu s’appuyer sur un public possédant une connaissance quasi exhaustive de la franchise, au moins dans ses traits les plus saillants.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *