Angles, publier les formes nouvelles de la recherche. Entretien avec Yan Brailowsky.

An A to Z of diasporic life, par Françoise KRÁL (extrait).An A to Z of diasporic life, par Françoise KRÁL (extrait). Un article sous forme d'abécédaire.

An A to Z of diasporic life, par Françoise KRÁL (extrait). Un article sous forme d’abécédaire.

L’émergence de nouvelles formes de recherche est bien entendu tributaire de l’existence d’institutions désireuses de les publier. J’en ai fait l’expérience au cours de tribulations visant à faire publier l’article en bande dessinée que Jean-François Baillon et moi-même avions écrit et dessiné, autour du film Shaun of the Dead. C’est finalement dans la revue Angles, qui encourage explicitement les formats alternatifs, que cet article était paru après une évaluation en double aveugle.

Pour comprendre les enjeux et les difficultés d’une telle revue, et toujours dans le cadre de mes recherches sur les publics des formes alternatives de recherche, j’ai eu le plaisir de m’entretenir avec Yan Brailowsky, rédacteur-en-chef de la publication. Cet entretien s’est déroulé par courier électronique, entre le 5 et le 14 juin 2016.

 

Est-ce que vous pourriez tout d’abord présenter ce qu’est Angles?

 ANGLES est une revue fondée par la SAES [Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieure]. C’est une revue numérique en accès libre, actuellement publiée uniquement en anglais, qui se veut une vitrine de la recherche en anglistique en France, mais aussi à l’étranger.
Au moment de sa mise en route, le comité éditorial a adopté une politique éditoriale particulière : favoriser l’expérimentation, aussi bien formelle que conceptuelle, en tirant parti au maximum du support numérique. Les premiers numéros ont donc ainsi inclus des articles au format classique, ainsi que des documentaires vidéo, des entretiens, une analyse filmique sous forme de BD, des analyses sous formes de liste ou de performance, et d’autres formats non encore identifiés. Toutes les contributions doivent, à leur façon, contribuer à la recherche.
ANGLES est divisée en deux parties. La première contient des articles thématiques, la seconde des articles hors-thème (‘Varia’). La revue publie 2 numéros par an.

La vidéo de présentation du premier numéro de la revue.

Comment vous-êtes vous retrouvé impliqué dans le projet et quel est votre rôle actuel?

Il y a quelques années, j’ai été convié à participer à un groupe de réflexion chargé de proposer un brouillon des statuts de la revue, son cadre institutionnel, son contenu (par ex. : allait-il s’agir de numéros thématiques, allait-on inclure des comptes-rendus, etc.). La SAES avait souhaité créer une revue, à l’instar d’autres sociétés savantes (AFEA, par ex.). La réflexion entamée sous la présidence de Jean Viviès s’est concrétisée sous la présidence de Pierre Lurbe.
Plus tard, lors de la création de la revue, je me suis porté volontaire pour faire partie du comité de rédaction, ayant le souhait de participer plus avant à la création de la revue. Le bureau de la SAES a retenu ma demande; puis j’ai soumis ma candidature aux autres membres du comité de rédaction pour être élu rédacteur-en-chef de la revue, pensant qu’il fallait proposer un projet suffisamment distinctif pour cette nouvelle revue… autrement, la revue aurait eu du mal à trouver sa place, car il existe déjà en France plusieurs revues d’anglicistes de qualité. Ma proposition a accueilli l’assentiment du comité de rédaction

Sur le plan institutionnel, comment le montage du projet s’est-il déroulé ? Est-ce que le projet a suscité des résistances, concrètes ou de principe ?

Le projet de création de la revue n’a pas, à ma connaissance, connu beaucoup de résistances, si ce n’est quelques doutes sur la nécessité de créer une nouvelle revue d’anglicistes français. La politique éditoriale adoptée a dissipé ces doutes pour laisser place à des résistances. Certains collègues ont parfois du mal à comprendre le lien entre les thématiques du numéro et l’anglistique ; d’autres ont du mal à concilier les formes nouvelles proposées dans la revue avec la tradition universitaire. Ceci dit, la grande majorité des commentaires reçus louent la nature innovante du projet éditorial. La revue est encore jeune, et l’avenir proche dira si le pari a été gagné.

Vous mentionnez des commentaires élogieux. Est-ce qu’ils ont porté sur une forme particulière, un article particulier, ou bien sur le projet dans son ensemble ?

Les commentaires portaient surtout sur le projet dans son ensemble qui « dépoussiérait » la SAES pour les uns, « donnaient un souffle nouveau » à la recherche pour d’autres. Parmi les formes remarquées : les introductions des ‘guest editors’ sous forme de vidéo, les documentaires vidéo, l’analyse filmique sous forme de BD.

Quel est l’enjeu de ces formes alternatives de publication de la recherche ? Il s’agit pour partie d’un mode de distinction de la revue dans son champ de publication, mais au delà, ces expérimentations ont un coût indéniable (problème de format d’hébergement, problème de référencement, etc.), même s’il est difficile de le mesurer précisément. Quel est le bénéfice attendu ?

L’enjeu des formes alternatives n’est pas seulement une façon de se distinguer des autres revues, même si c’est un bénéfice attendu. C’est aussi une façon de jouer le jeu du l’interdisciplinarité propre à une société savante qui regroupe des chercheurs d’horizons très différents : des littéraires, des linguistes, des historiens, des historiens de l’art, des spécialistes de l’image, de la TV/cinéma, des didacticiens, etc., travaillant sur des périodes distinctes, du moyen âge à nos jours, et sur tous les pays anglophones, du Royaume-Uni aux USA, en passant par l’Afrique du Sud, l’Australie, le Canada, la Nouvelle-Zélande, etc.
Par ailleurs, l’interdisciplinarité peut être encouragée par des formes de recherche différentes.
Il est vrai qu’il y a un coût important en termes non seulement d’hébergement, mais aussi d’investissement. Pour des universitaires, écrire un article est comparativement plus facile que de faire un documentaire vidéo. Mais le travail requis par un documentaire vidéo permet au chercheur d’exploiter d’autres sources autrement (le son, l’image) et exige aussi une grande clarté au moment de présenter le matériau. Autrement dit, l’expérimentation permet de clarifier le propos, de le rendre plus accessible voire attractif, et ainsi d’encourager des chercheurs d’autres disciplines à se documenter sur des domaines qui ne sont pas les leurs. L’espoir est de susciter plus de dialogue entre les différents champs de l’anglistique.
Nous pensons qu’à terme de telles recherches auront autant, sinon plus, de visibilité et d’impact sur la recherche en France et à l’étranger — et pas seulement dans le champ de l’anglistique.

A-t-il fallu mobiliser des compétences supplémentaires par rapport au projet initial pour résoudre ces difficultés techniques ?

Oui, il a fallu apprendre à créer des vidéos et à faire des montages vidéo. Il a fallu aussi trouver des solutions d’hébergement compatibles avec le logiciel Lodel.

L’idée d’encourager les croisements interdisciplinaire a-t-elle eu des conséquences dans les stratégies de diffusion de la revue et de ses CFPs ? 

Il a fallu multiplier les réseaux pour diffuser les CFP. Mais nous devons faire le même travail pour diffuser les informations sur la revue elle-même.

Un des arguments classiques en faveur des publications sous forme visuelle est leur capacité à attirer un public qui ne lit pas des publications universitaires classiques. Puisque la revue est en Open Access, elle est potentiellement accessible à tous : est-ce que ce public non-universitaire est un objectif ?

Le public non-universitaire est apprécié et bienvenu, mais il n’est pas directement visé par la revue qui s’adresse surtout aux anglicistes du supérieur. En revanche, nous visons d’abord un public d’anglicistes non spécialistes, i.e. qu’ils peuvent avoir n’importe quelle spécialité (littérature, linguistique, histoire culturelle, histoire, etc.), mais ils doivent pouvoir comprendre les contributions de spécialistes d’un autre domaine (par ex. un historien doit pouvoir comprendre la contribution d’un linguiste). Ensuite, nous visons toute personne avec une éducation universitaire (quelque soit le niveau) et comprenant l’anglais. Ce public peut être considéré comme non-universitaire, mais je pars du principe que quelqu’un qui est allé à l’université est un universitaire !

Y-a-t-il une façon de mesurer le succès de cette entreprise ? Dans quelles conditions pourrait-on dire que la revue a atteint ses objectifs ?

Malheureusement, pour le moment nous n’avons pas encore accès aux statistiques de visites du site, mais on m’a promis de m’y donner accès. En attendant, on peut voir que les introductions vidéo et des ‘teasers’ vidéo annonçant les numéros à venir ont eu un certain succès : 10-15% des inscrits à la liste de diffusion de la SAES ont visionné les vidéos, ce qui est encourageant.
La revue est encore jeune (2 numéros sortis, 1 prêt à publication, 4 autres en cours de préparation). Nous n’avons pas encore atteint nos objectifs : la revue est encore méconnue de la plupart des membres de la société qui l’anime (la SAES), sans parler du reste de la communauté scientifique (en France ou ailleurs). Il reste donc du travail à faire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *