11 thèses en BD, un projet de médiation scientifique. Entretien avec Nicolas Beck.

11 thèses en BD, couverture. Peb & Fox, 2016

11 thèses en BD, couverture. Peb & Fox, 2016

Ce billet, qui prend la forme d’un entretien, fait partie d’un travail de compréhension et de description de la façon dont la bande dessinée peut servir l’activité de recherche. Une des questions qui se pose en effet est celle de l’articulation entre vulgarisation et production de recherche originale. La collection Sociorama, qui « adapte » des textes scientifiques récents est un bon exemple de cette porosité des frontières, particulièrement lorsque le texte adapté n’a pas (encore) été publié par ailleurs, comme c’est le cas pour l’album Turbulencesde Baptiste Virot et Anne Lambert. Je conseille le billet de Julien Baudry sur ce sujet.

Le livre qui m’intéresse ici est un cas encore différent. 11 thèses en BD est en effet de l’adaptation en bande dessinée de présentations de thèse réalisées par des doctorants dans le cadre du concours « Ma thèse en 180 secondes ». Comme le nom du concours l’indique, il s’agit pour les doctorants de rendre accessible leur recherche en en proposant un condensé séduisant en trois minutes (voici par exemple celle d’Isabelle Guillaume à propos de son travail sur les scénaristes britanniques dans la bande dessinée américaine). L’opération se revendique comme une forme de médiation d’une recherche pointue à destination du grand public, et vise donc des travaux non publiés. L’université de Lorraine a pris l’initiative de confier à deux auteurs confirmés, Peb et Fox, qui avaient déjà travaillé sur des objets scientifiques (adapter en un gag des articles publiés dans la newsletter du cyclotron Solaire), l’adaptation de 11 de ces présentations. Ce recueil est donc un objet intrigant, puisqu’il s’agit de l’adaption d’une recherche en cours, et non d’objets déjà pleinement formés ; la mise en bande dessinée n’est pas assurée par les auteurs de la recherche, mais la production graphique prend place au cours de celle-ci. Diffusé gratuitement, le livre est aussi téléchargeable en PDF.

 

 

Pour mieux comprendre les finalités de l’objet et le public visé, j’ai eu le plaisir d’interroger Nicolas Beck, responsable du service de culture scientifique de l’université de Lorraine, qui a piloté le projet. L’entretien qui suit s’est déroulé par téléphone le 2 juin 2016.
Tout d’abord, pourriez-vous me présenter le projet 11 thèses en BD ?

Il faut donner quelques éléments de contexte. L’université de Lorraine avait lancé « Ma thèse en 180 secondes » dès 2013, et nous étions parmi les premiers en France. Depuis, nous essayons d’avoir toujours un petit cran d’avance, pour faire quelque chose qui permette de tirer ce projet vers le haut. Notre démarche consiste évidemment à valoriser la participation des doctorants qui se sont lancés dans l’aventure.

Nous devons recruter des doctorants pour qu’ils s’inscrivent dans le concours, et ce n’est pas forcément une évidence. Tous ne sont pas forcément partants au départ pour se lancer dans une prestation orale. Nous souhaitions trouver un outil qui dynamise un peu leur intervention, pour produire quelque chose de plus durable et trouver éventuellement de nouveaux publics dans un contexte un peu différent : pour la finale de « Ma thèse en 180 secondes » en région, un public est présent, mais ça reste un moment éphémère, et nous voulions aller un peu plus loin. Nous avions déjà travaillé avec des illustrateurs dans différents cadres, en l’occurrence avec les deux illustrateurs dont il est question, et nous avions aussi évoqué ce projet l’année dernière. Nous pensions que ce pouvait être une bonne idée, mais nous n’avions pas pu le faire pour des raisons financières. Cette année, nous nous sommes lancés en essayant de produire quelque chose pour notre finale régionale, fin avril.

Qui est-ce que ce « nous » recouvre ?

Les membres du service de culture scientifique de l’université de Lorraine, donc l’équipe d’organisation de « Ma thèse en 180 secondes ». Nous avons reçu un soutien au niveau de l’institution dès que nous avons proposé le projet. Tout le monde était enthousiaste, en pensant que ce pouvait être une belle idée, un bel outil. Nous avons donc reçu le feu vert pour cette approche un peu décalée.

Concrètement, puisque vous parliez du budget, combien coûte un projet comme celui-là ?

Avec l’impression, à peu près 12000 euros, dont 3000 d’impression et 9000 pour le reste : illustration, conception de la maquette et temps passé aux échanges avec les doctorants. C’est un gros travail de préparation, qui s’est fait en plus de manière accélérée, puisque les thèses choisies pour être illustrées sont celles des doctorants sélectionnés pour notre finale. Il y a donc forcément eu un temps assez contraint d’à peu près deux mois entre le moment de la présélection et la finale elle-même. Pour l’anecdote, nous avons reçu les bandes dessinées l’après-midi même de la finale vers 16h, sachant que le public arrivait vers 18h.

Vous avez fait appel à la maison d’édition des deux auteurs, Peb & Fox, Le potager moderne. Pourquoi ce choix, par rapport à une production en interne ?

C’était une solution pratique pour nous. Une façon d’être plus efficace du point de vue du calendrier. En termes d’édition, c’est le strict minimum puisque nous n’avions pas de diffusion commerciale. Ils seront présents sur certains salons, mais il ne s’agit pas d’un ouvrage en vente, et nous sommes sur un dispositif très différent d’un projet éditorial classique.

Vous avez donc diffusé la bande dessinée pendant la finale. A combien d’exemplaires est-ce que vous l’avez imprimée ?

Nous l’avons distribué au public présent le soir de la finale, à peu près 450 personnes qui sont toutes reparties avec un exemplaire. Nous en avons tiré 1500.La diffusion s’est faite dans les jours qui suivaient, de manière assez spontanée auprès des doctorants eux-mêmes, des laboratoires concernés et des personnes qui gravitent autour de nos réseaux. Nous avons aussi fait un petit appel auprès de notre liste de diffusion très grand public pour faire gagner des exemplaires à ceux qui le souhaitait, donc nous en avons diffusé à peu près 200 par courrier dans la foulée.Spontanément, c’est un support que les gens prennent en main avec le sourire… c’est très facile d’accrocher le public à partir d’un support comme celui-là.

Pour moi, la valeur ajoutée tient au fait que nous avons choisi de mettre en scène les doctorants dans la bande dessinée. Nous aurions pu traiter les sujets de fond sans les mettre en scène, mais nous avons voulu que ce soit un support qui laisse toute sa place au côté humain de la recherche. En mettant en scène les doctorants et en les dessinant, pour le public présent et pour les doctorants eux-mêmes, cela crée un rapport intéressant. La BD rappelle un moment et l’émotion que l’on a ressentie ou non en écoutant les personnes. Ce sont des gens qu’on a vu « en vrai », et c’est donc toujours plus parlant, plus percutant. C’est apprécié parce que ce n’est pas anonyme. Ce n’est pas une bande dessinée de science, c’est une bande dessinée qui met en scène de vrais doctorants avec leur vrai sujet.

Kevin Sanchez-Thirion, « La rivière des crevettes zombies ». Peb&Fox/Université de Lorraine

Mise en scène du chercheur : Kevin Sanchez-Thirion, « La rivière des crevettes zombies ». Peb&Fox/Université de Lorraine

Dès lors, comment la collaboration s’est-elle déroulée ? Les deux auteurs avaient déjà travaillé sur des projets scientifiques, mais comment ont-ils travaillé pour celui-ci ? Est-ce qu’ils ont assisté aux présentations, travaillé directement avec les doctorants ?

Ils ont d’abord assisté aux pré-sélections, ce qui leur permettait d’avoir un aperçu de l’ensemble des sujets, de l’ensemble des doctorants, de cerner un peu leur personnalité et d’avoir une première approche graphique. Ils n’ont évidemment pas du tout été parti prenantes dans la présélection, les critères étaient ceux du concours « classique », mais ils étaient présents. Ca leur a permis de dégrossir un peu le terrain et le soir même, dès que nous avons eu la liste des sélectionnés pour la finale, ils ont repris contact avec chacun d’entre eux. Ils ont fixé des rendez-vous et ils ont échangé de manière plus approfondie sur les différents sujets, en proposant systématiquement un choix graphique, en termes de gag, d’anecdote retenue. L’idée était de pouvoir aller un peu plus loin et ne pas trahir non plus le message du doctorant.

Les auteurs avaient peur de ne pas être en phase avec la personnalité des doctorants. C’est quelque chose qu’on ressent de manière assez forte quand on prépare les doctorants ou quand on assiste aux formations – ils y ont aussi assisté – on sent qu’ils ont tous une personnalité différente : les auteurs voulaient que cela se ressente dans l’illustration. Il fallait qu’il n’y ait pas décalage par rapport à cela, donc pour être au plus juste, ils ont vraiment pris le temps d’échanger avec eux. Du point de vue plus scientifique, il y a eu de nombreux allers et retours pour être sûr d’avoir les mots exacts et surtout pour qu’il n’y ait pas d’erreur scientifique dans la bande dessinée.

Il s’agit donc d’une médiation de médiation. Vous avez parlé de travail pour les doctorants, de travail sur l’humain. Dès lors, est-ce que vous décririez ce travail comme un projet scientifique, comme un projet de communication, comme une entreprise de vulgarisation, de médiation ?

Il est toujours compliqué de mettre des mots exacts. Avant tout, c’est un projet de médiation dans le sens où nous utilisons ce support, que nous allons aussi décliner sous forme d’une exposition, en faisant en sorte que les doctorants soient présents chaque fois qu’il est question de la bande dessinée, chaque fois qu’il y une diffusion publique. Par exemple, pour la Fête de la science en octobre, nous allons créer un moment de rencontre avec les doctorants autour de la bande dessinée et de l’exposition. Nous voulons qu’il y ait un échange. Notre but, au de culture scientifique est de créer des moments de dialogue entre chercheurs et grand public.

Ce n’est donc pas un objet autonome ?

Evidemment, il peut être autonome et il va l’être aussi, dans les bibliothèques par exemple. Cependant, dans la mesure du possible, nous allons faire en sorte que le support serve de catalyseur d’échanges. C’est cette dynamique là qui nous intéresse. Nous le faisons autour d’autres supports, en ce moment, c’est le Festival du film de chercheur à Nancy ; le film est une excuse pour qu’il y ait des échanges. De la même façon, la bande dessinée sert de support permettant d’amorcer un dialogue. Avant tout, c’est donc un support de médiation. Après, évidemment, l’Université de Lorraine porte le projet, qui devient aussi un outil de communication. C’est une seconde utilisation, un peu dérivée, mais qui est logique. Cependant, c’est bien le service de culture scientifique qui a produit ce support, et non la direction de la communication. Il n’a pas été fait dans le but de promouvoir l’université.

Pour clarifier : ce n’était pas du tout un reproche ou une accusation de cynisme, mais une vraie curiosité.

Je trouve intéressant d’en discuter, puisqu’il y a toujours une ambiguïté autour de ce genre de démarche. Selon les établissements, la culture scientifique peut être rattachée à la direction de la recherche, à la direction de la communication, à la direction de la culture. Cela donne un sens différent aux actions. Nous sommes inévitablement sur des supports ou de l’événementiel qui sont toujours des supports de communication, dans le bon ou le mauvais sens du terme.

Par rapport au film scientifique, qu’est-ce qui fait l’avantage de la bande dessinée, en dehors du fait qu’un support physique permet une diffusion spécifique. Quelle serait la différence avec un livre de photo par exemple ?

Le côté décalé est important. On n’a pas l’habitude de voir ce support associé à des sujets un peu difficiles ou complexes, comme des sujets scientifiques, qui sont souvent traités de manière beaucoup plus « sérieuse ». La bande dessinée apporte un décalage. Elle permet d’offrir quelque chose que l’on a envie de prendre en main, en touchant aussi un public un peu plus jeune, comme les lycéens présents à la finale de « Ma thèse en 180 secondes ». Je pense qu’on arrive à créer un contexte plus propice aux échanges, avec un support de médiation comme celui-ci. De manière spontanée, les gens se penchent plus vers ce support que vers un livre de photos ou un livre plus classique. C’est propre à la bande dessinée de manière générale.

Les BDs autour des sciences existent, vous le savez mieux que moi, mais nous n’avons jamais utilisé ce genre de support jusqu’ici. Il nous permet aussi de diffuser certaines de ces BDs sur les réseaux sociaux, et elles sont relayées de façon spontanées, beaucoup plus que des publications classiques. Là aussi, le décalage que permet l’illustration, qui attire l’œil, permet de toucher d’autres publics. Nous allons faire une enquête sur les gens à qui nous avons envoyé le livre, puisque nous disposons de leur adresse électronique pour voir précisément si la bande dessinée a changé leur image du monde scientifique, s’ils ont discuté avec des chercheurs, si elle leur a donné envie de participer à d’autres actions, etc.

Pour ma part, j’ai découvert le livre lors de la journée autour de la valorisation scientifique qu’organisait le CNRS, et le public de chercheurs et de doctorants était très enthousiaste à l’idée de l’avoir. Cela me semble valider l’effet de curiosité et de contact humain recherché.

C’est bon signe ! Le livre est vraiment un outil complémentaire du concours. Quand nous avons lancé ce dernier, c’était surtout comme un outil de formation. Toute la phase très médiatique, très « show à l’américaine », est intéressante en elle-même, mais le travail est avant tout pertinent pour les doctorants. Tout ce qui est fait en amont et qui reste invisible, c’est la formation, à laquelle participent même ceux qui ne sont pas sélectionnés pour les finales. Elle favorise l’ouverture d’esprit et leur permet de prendre du recul sur leur thèse. La bande dessinée proprement dite a d’ailleurs permis à une des doctorantes, qui travaille sur la lumière [Noémie Wiersma, « Etude de la propagation de faisceaux dits ‘non conventionnels’ (type Airy Beams, par exemple) dans des milieux non linéaires. » pp.24-27], de vraiment avancer sur la structuration de son travail.

Il peut paraître étonnant qu’en travaillant sur quelque chose de vulgarisé et d’accessible, quelques minutes ou une présentation illustrée, puisse aider dans un travail de 3 ou 4 ans, mais cela leur permet souvent de prendre du recul. Les doctorants ont peu l’occasion de le faire par ailleurs. Pour être clair quand on veut présenter sa recherche, il faut savoir d’où on vient, là où on en est et là où on veut aller. L’exercice leur donne l’opportunité d’améliorer leur vision globale de leurs travaux. Dès qu’on accompagne un peu les doctorants, en les déstabilisant un peu mais en leur demandant d’expliciter clairement leur démarche de et de mettre noir sur blanc en quelques lignes leur mode de travail, on les aide à avancer.

[Révisions: quelques révisions du texte (coquilles et formulation), le 6 juin 2016]


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 04/06/2016

    […] l’enjeu du mois, je vais rebondir en partie sur un article de Nicolas Labarre interviewant Nicolas Beck à propos du projet 11 thèses en bd. On dévie un peu de la bande […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *