Ecrire un comics universitaire (1): Pourquoi ?

Cette série d’entrées vise à chroniquer l’élaboration d’un article universitaire en bande dessinée : une étude de la problématique du genre (filmique, pas « gender ») dans le film Shaun of the Dead, coécrite avec mon collègue du laboratoire CLIMAS, Jean-François Baillon. [voir aussi partie 2, partie 3]

Idéalement, ces posts devraient servir à documenter le travail pour d’autres, à favoriser une pratique réflexive sur la forme, à collecter des avis éclairés, à me forcer à tenir les délais et enfin à ouvrir un dialogue enrichissant le travail fini. Vaste programme.

Pourquoi ce travail ?

D’abord par curiosité (et goût du défi) vis à vis de ce qu’il est permis de faire dans le domaine de l’édition universitaire.

On ne dira jamais assez à quel point les contraintes et intimidations liées au droit de citation rendent difficile l’utilisation de supports visuels dans ce contexte. Entre des éditeurs demandent des sommes conséquentes pour chaque image et des responsables éditoriaux universitaires peu enclins à aller défendre le droit de citation devant les tribunaux, la prudence domine. C’est ainsi qu’il est banal de publier sur le cinéma ou la bande dessinée sans la moindre illustration.

Au-delà, la norme d’écriture consistant à n’inclure une illustration que si elle est analysée spécifiquement dans le texte est fertile mais également contraignante. Les formes visuelles qui m’intéressent jouent souvent de la surabondance, de l’information redondante ou périphérique, qui participe de leur réussite ou de leur échec. L’effet d’accumulation et de juxtaposition est crucial pour faire comprendre comment fonctionnent des choses aussi variées qu’Akira (Otomo), Peanuts (Schulz) ou la série télévisée The West Wing (Sorkin, NBC). Il ne s’agit pas d’arguer qu’il faut multiplier les images à visées « décoratives », simplement de constater que cette norme, d’ailleurs liée au droit de citation, interdit certaines démonstrations par accumulation.

La question de l’usage d’une bande dessinée présentée comme telle comme mode de présentation universitaire s’est en fait imposée par plusieurs biais. L’un d’eux a été une discussion sur la liste Comixscholars, en juillet 2012, évoquant ce mode d’écriture, ses exemples et ses limites. Understanding Comics, de Scott McCloud (L’art invisible en français), est sans doute l’exemple le plus connu de bande dessinée mettant à profit les capacités pédagogiques de la forme pour présenter de façon visible et lisible des théories par ailleurs remarquablement sophistiquées. Understanding Comics reste cependant un exemple relativement isolé de travail théorique en bande dessinée. Le travail universitaire le plus prometteur dans le domaine est sans doute actuellement la thèse que rédige Nick Sousanis (http://spinweaveandcut.blogspot.fr/), qu’il documente et expose largement. Un travail de grande ampleur qui a de surcroît l’avantage d’être riche graphiquement.

Nick Sousanis, from his dissertation

Nick Sousanis, extrait de sa thèse (http://spinweaveandcut.blogspot.fr/2013/06/multimodality-and-microsoft-exhibition.html)

Mon travail sur The Dark Knight Returns , que j’avais eu le plaisir de publier sur le journal en ligne The Comics Grid, était une première tentative de réponse personnelle à ce questionnement sur l’articulation entre la forme de la bande dessinée et l’organisation du savoir.

Nicolas Labarre. "Irony in the Dark Knight Returns", The Comics Grid, September 15, 2012 [extrait]

Cet article n’est pas loin de ce que l’on pourrait appeler une bande dessinée, dans une acception formelle volontairement lâche (une forme à « dominante visuelle » pour citer T. Groensteen, présentant images et textes en séquence). En terme d’usage social, on est cependant loin de la forme, notamment parce que toutes les images utilisées sont explicitement des citations, ce qui relève de la pratique universitaire. Cette petite différence formelle suffit à faire basculer le travail d’un univers social à un autre, et ne répond donc pas tout à fait au cahier des charges initial: publier un objet qui relève des deux univers sociaux simultanément.

Un autre point d’entrée dans cette réflexion a été  la publication en anglais de mes planches sur 2000 Maniacs!, qui avait donné lieu à une discussion passionnante sur les mérites d’un recours à la bande dessinée pour pratiquer une analyse filmique.

I enjoyed this too…. I do, though, wonder about the choice to do it in comics form. There are some places where I can see the benefits: the diagram showing the head/arm at the center of the shot, and the reproduction of the close-up of the knife. But at other moments (images of the author sitting on a couch talking, for example) it seem distracting, at least to me.

I have this problem with comics essays in general — Scott McCloud being the biggest example, I guess. I don’t know…what did you feel like you gained by doing it as a comic, Nicolas? Did you feel like you lost anything?

En dehors de la séduction immédiate du médium, la réponse n’allait pas soi.  Pour résumer la conversation, il me semble que la forme de la bande dessinée présente trois caractéristiques fortes dans la présentation d’un savoir, auxquelles s’ajoute une quatrième quand elle est mobilisée pour évoquer d’autres formes visuelles.

Les deux premières sont assez évidentes je pense: la bande dessinée propose à la fois une séquence et une spatialisation. Elle peut ainsi offrir des parcours heuristiques différents et exploiter le potentiel de la juxtaposition mieux que ne le ferait un texte. C’est l’application du linéaire et du tabulaire de Fresnault-Deruelle (et Charles Hatfield), même si ces deux modes de lectures sont convoqués de façon différente hors d’une visée narrative.

La troisième caractéristique, c’est la fonction phatique – le lien créé entre l’énonciateur et le récepteur. La trace dessinée, l’irréductible présence du graphiateur créent ce lien de connivence, qui donne à voir le filtre au travers duquel est organisé la connaissance. Il s’agit donc d’un ton spécifique, particulièrement intéressant pour qui s’intéresse à la posture de l’universitaire face à son objet (la construction de l’objectivité). La question de la représentation de l’auteur dans son texte au travers d’une construction donnée pour telle – l’auteur comme personnage – est également particulièrement intéressante dans ce registre (d’ailleurs, Patrick Peccatte m’a d’emblée taquiné sur ma propre représentation comme professeur dans ces pages). Enfin, dans le cas du cinéma, le choix de la bande dessinée permet d’attirer en retour le regard sur la construction des images et du cadre, de dé-naturaliser l’image filmée et photographique en la soumettant à une reconstruction complète.

C’est armé de ces questionnements que j’ai proposé à mon collègue de travailler ensemble sur une bande dessinée, lisible comme telle mais  destinée à une publication universitaire.

D’autres bande-dessinées parues dans un cadre universitaire :

Thèse de Jason Helms (en BD dans les dernières pages): http://web.as.uky.edu/English/Faculty/Helms/HelmsDissertationExcerpt.pdf

Marit Dewhurst,  Where Are We? Mapping the field of community arts. International Journal of Education Through Art. 8(3). [Note: Visual Essay]
Nick Sousanis’s “The Shape of Our Thoughts” was printed in Visual Arts Research Journal, Vol.38 No.1, Issue 74 Summer 2012
Matthew Sutherlin’s « Down the Rabbit Hole »,Visual Arts Research journal. Vol.38 No.1, Issue 74 Summer 2012

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Là encore, merci pour les deux références. Je connais mal le manga dans tous ses aspects, mais j’irai regarder de plus près la production éducative dans le domaine (et les articles mentionnés).

    Je reviens un peu sur les têtes parlantes et un autre écueil formel dans la troisième partie, postée aujourd’hui sans doute.

  2. Alexis dit :

    Merci pour votre réponse. Vous avez raison d’attirer l’attention sur ce problème formel. Les “têtes parlantes”, je suppose qu’on pourrait appeler cela le syndrome de l’Oncle Paul. Je me demande si, dans la grande production des manga éducatifs, il y a parfois des solutions graphiques originales à cette difficulté narrative. Les deux articles en ligne que j’ai trouvés n’ont pas répondu à cette question (Julien Bouvard, Réflexions sur le manga éducatif [http://tireview.be/index.php/imagenarrative/article/view/132] et Satsuki Murakami, Mio Bryce, Manga as an educational medium [http://www.researchonline.mq.edu.au/vital/access/manager/Repository/mq:9092])

  3. Alexis dit :

    Ce n’est pas strictement universitaire, mais il y a les travaux de Gene Yang: http://intranet.ecu.edu/cs-lib/trc/upload/Gene_Yang_article.pdf et http://www.geneyang.com/factoring/index.html.

    • Merci beaucoup pour le lien ! C’est à la fois passionnant et une bonne illustration d’un problème formel dont j’aimerais parler plus en détail ensuite: la propension de nombres de comics à avoir recours aux « têtes parlantes », où l’accent est mis sur le lien de connivence avec une représentation de l’auteur (très efficace ici), plutôt que sur une imbrication du propos et de la forme.

  4. Olivia dit :

    Je pense aussi à Serge Tisseron qui avait réalisé sa thèse de médecine sur l’histoire de la psychiatrie sous forme de BD en 1975.

  1. 12/07/2013

    […] [Ce post est le deuxième d'série d'entrées vise à chroniquer l'élaboration d'un article universitaire en bande dessinée : une étude de la problématique du genre (filmique, pas "gender") dans le film Shaun of the Dead, coécrite avec mon collègue du laboratoire CLIMAS, Jean-François Baillon. Le premier, "pourquoi", peut être lu ici.] […]

  2. 14/07/2013

    […] article est le troisième d'une série; partie 1, partie […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *