Comprendre d’où je parle ? Un an de lecture.

Un an de lecture, mois par mois

Un peu de corpus dans la bande dessinée

Les études de bande dessinée explorent actuellement la piste de l’objectivation de leur objet par la construction et l’exploration de bases de données. L’entreprise la plus notable en la matière est celle menée au Canada sous la direction de Bart Beaty, « What Were Comics?« , qui cherche à caractériser et décrire une part significative du corpus de la bande dessinée nord-américaine. L’annonce récente du colloque « The Empirical Study of Comics » (voir l’appel à textes) qui se tiendra en février 2017 à Brême confirme cet intérêt international pour une approche objective, reposant sur de larges corpus numérisés, et visant à « transformer notre compréhension du médium dans les années à venir ».

On pourrait objecter que cet approche naturalise ou essentialise des objets socialement construits et dont les frontières font l’objet d’une négociation constante. L’approche de corpus ne peut rien dire en elle-même des limites de la bande dessinée, dans la mesure où la construction même de ces corpus nécessite la définition a priori de ces limites, généralement sur la base des supports de publication. Constations donc qu’une telle approche n’épuise pas son objet d’étude. J’écris ceci en m’apprêtant à aborder à un travail de corpus sur l’adaptation en bande dessinée aux Etats-Unis, visant à objectiver la pratique éditoriale de l’adaptation, et il m’apparaît évident qu’une telle étude gagnera à être confrontée à des micro-lectures ainsi qu’à des approches plus nettement centrées sur les questions de légitimité et de construction sociale.

Le projet dont il est question ici est d’une ampleur nettement plus limitée.

Baliser la subjectivité

Un des domaines dans lesquels le besoin d’étude empirique se fait le plus nettement sentir est celui de la réception, le « point aveugle de la recherche » en histoire culturelle, comme le suggère Pascal Ory (87). Les données disponibles en la matière sont rares, souvent limitées à des indices secondaires (ventes, adaptations, rééditions) ou reposant sur l’analyse de discours critiques à la représentativité toujours problématique. Or, avant même de m’intéresser à la réception par le grand public, mes propres travaux m’ont convaincu de la nécessité de comprendre mon propre rapport aux textes.

Ecrire sur Planetary : intérêt scientifique et plaisir personnel (https://erea.revues.org/4557). Planetary n°2 (May 1999), p. 24; Ellis, Cassaday and Martin © DC Comics

Ecrire sur Planetary : intérêt scientifique et plaisir personnel (https://erea.revues.org/4557). Planetary n°2 (May 1999), p. 24; Ellis, Cassaday and Martin © DC Comics

Dans une large mesure ce rapport se manifeste avant le texte universitaire, en déterminant les objets sur lesquels va porter le travail : j’écris sur ce qui m’intéresse et sur ce que je connais, deux catégories qui tendent à se confondre. Le travail sur la bande dessinée me permet de mener un travail sur des objets qui me procurent du plaisir, lesquels son suffisamment nombreux pour ne pas m’obliger trop souvent à explorer des territoires plus hostiles. Parcourant la liste de mes publications, j’y trouve peu d’exemples de sujets pour lesquels mon intérêt serait purement scientifique; j’allais écrire « intellectuel », mais là encore, l’intérêt intellectuel est souvent une forme de plaisir.

Conscient de cette subjectivité, je m’efforce de la contenir, soit en la laissant à l’extérieur du texte de recherche, soit en la posant explicitement comme un des éléments nourrissant ma réflexion. Je ne souhaite pas me poser comme un « aca-fan », selon la formule de Henry Jenkins, mais il se semble important de pouvoir invoquer par exemple ce qui me procure du plaisir dans un objet culturel, sans pour autant donner à ce cas particulier le statut de métonymie pour la réception d’un oeuvre. Ces tentatives pour contenir et baliser la subjectivité n’ont cependant pas été entièrement couronné de succès : à plusieurs reprises, des textes que j’avais voulu universitaires ont été identifiés comme relevant plutôt de la critique (ici et ici).

Dans une large mesure, je peux objectiver et présenter ce lieu d’où je parle. Je peux expliciter mes goûts, l’histoire de mon rapport à la bande dessinée et celle de ma propre pratique du médium. Il m’a cependant semblé intéressant l’an dernier de m’appliquer à moi-même l’approche empirique qui me semble si fructueuse lorsqu’elle s’applique à d’autres, sans penser que l’exercice doive se substituer à une approche plus qualitative.

Un recensement

J’ai donc entrepris de référencer durant un an l’ensemble de mes lectures sous forme de livres. Ce premier choix est déterminant, dans la mesure où il utilise le support et non le contenu comme frontière du corpus, résolvant de fait la question des limites. Pragmatiquement, il permettait aussi de de ne pas étendre au-delà du raisonnable le temps accordé à ce référencement. Les seuls cas ambigus ont alors concerné cet objet intermédiaire qu’est le mook, conçu comme un hybride entre livre et magazine, finalement inclus dans la liste.

A la liste brute (auteur(s)/titre/mois de lecture), j’ai choisi d’adjoindre un certain nombre d’indicateurs me qui me paraissaient pertinents pour caractériser mes lectures :

  • genre/forme (BD[subdivisée en aires culturelles, comics/bd/manga]/roman/non-fiction)
  • langue
  • nombre de pages
  • année de publication
  • emprunté en bibliothèque ou non.

Le choix de ces indicateurs révèle des hypothèses préalables, mais aussi ce qui m’apparaît a posterior comme des erreurs de jugement. Les critères choisis servent en effet à caractériser une habitude de lecture en mettant l’accent sur des caractéristiques éditoriales et des objectifs de lecture plutôt que sur du contenu. Rétrospectivement, j’aurais certainement ajouté une rubrique « genre » (horreur, policier, etc.) permettant une analyse plus précise et un peu transversale de mes habitudes de consommation littéraire.

Un autre biais redoutable est à chercher en amont même de ces critères, au moment du choix de se concentrer sur le livre. Il me semblait que j’excluais de cette manière des fragments, des lectures dispersées importantes mais peu significatives. Dans les faits, j’ai passé une partie de l’année à travailler sur les revues Heavy Metal et Métal Hurlant, qui n’apparaissent pas dans ce panorama.

 

Bilan

Le fichier complet :  au format xlsx

graphe nombre

graphe pages

297 livres lus

dont 31 romans, 33 livres de non-fiction, et 233 bandes dessinées (64 BD, 91 mangas, 78 comics)

61 698 pages

dont 67% de bande dessinée

71% de livres empruntés en bibliothèque

23% de livres en anglais

Date médiane de publication 2007

21 volumes de manga de Naoki Urazawa (6429 pages)

Ces 6500 pages correspondent aux séries Pluto eMonster, ainsi qu’à quelques volumes de Happy.

Egalement :14 volumes de manga de Junji Ito (3580 pages), 5 romans de Roland C. Wagner (1464 pages)

Pluto, de Naoki Urazawa. Le décompte des volumes trouve ici sa limite; chacun de ces volumes a une pagination inférieure de moitié à ceux de Monster "Perfect édition", du même auteur.

Pluto, de Naoki Urazawa. Le décompte des volumes trouve ici sa limite; chacun de ces volumes a une pagination inférieure de moitié à ceux de Monster « Perfect édition », du même auteur.

Le résultat n’est pas tout à fait celui que j’attendais au début du travail. J’ai passé une année à consolider de façon très délibérée ma culture des mangas. Je ne m’attendais pas pour autant à voir deux auteurs représenter 15% de mes lectures de l’année en nombre de page (probablement pas en temps de lecture).

L’autre information, ce sont ces 71% de livres empruntés en bibliothèque. Je ne me pensais pas à ce point dépendant de la politique d’achat des différents établissements que je fréquente, qu’il s’agisse de bibliothèques municipales ou universitaires. Je parle souvent du rôle des institutions de médiatisation dans la construction des genres, notamment, mais je n’avais pas réalisé à quel point cela s’appliquait directement à mes propres lectures. C’est aussi un témoignage de la qualité de la politique d’acquisition des bibliothèques de Bordeaux. Un des corrolaires de ce mode de consommation est la relative faiblesse du nombre de livres en anglais, les sections bande dessinée tendant à favoriser les traductions.

Enfin, si j’avais inclus la date dans le relevé, c’était plus par habitude des références bibliographiques que par conviction. Je m’attendais à trouver une répartition homogène des dates entre 1950 et 2015, avec sans doute un léger biais pour la dernière décennie. La date médiane de 2007 m’indique sans appel que la quasi-totalité de mes lectures relève de la nouveauté, avec un décalage minime, malgré le recours aux bibliothèques.

L’expérience vaut donc pour ses résultats : elle me donne de mes lectures une image plus précise, à la fois en terme quantitatifs et qualitatifs, avec quelques surprises dans l’ensemble. Elle vaut surtout comme un galop d’essai avant de me pencher sur d’autres corpus de bandes dessinées, que ce soit en démontrant l’impact de bornages a priori évidents ou de rubriques a priori inutiles. Autant d’enseignement utiles avant d’aller étudier notamment l’adaptation en bande dessinée comme pratique éditoriale, sur la base d’une recension et d’une description des titres parus ces dernières années.

 

Référence:

Pascal Ory, « Un corpus », L’histoire culturelle, 2011, p. 45


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *