2000 Maniacs! – Une scène clé

Ce travail est le reflet d’un intérêt retrouvé pour le genre horrifique, dans le cadre d’une réflexion sur l »horreur et la bande-dessinée. La lecture, presque accidentelle, du renommé magazine Creepy m’a fait prendre conscience de l’écart entre les mécanismes de l’horreur au cinéma et en bande-dessinée, écart non théorisé à ma connaissance. M’intéressant à un cas particulier – la série des Alien – j’ai donc entrepris de me re-familiariser avec l’horreur cinématographique, par des analyses universitaires (Robin Wood, Carol Clover, Peter Hutchings, Eric Dufour) et par des sources primaires.

Les neuf pages de bande-dessinée qui suivent sont une annexe de ce projet de recherche, une analyse en mot et en image des effets d’un film paradoxal par sa très efficace médiocrité.


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. C’est très aimable. Ceci dit, le film a de jolies couleurs saturées dans la copie que j’ai visionné, une technicolor/eastmancolor en fin de carrière, qui n’est pas sans charme.

  2. Bienvenue sur CV et félicitations pour cet essai brillantissime! (avec le soupçon qu’il est visuellement mille fois plus convaincant que sa source…) 😉

  3. Merci !
    J’aurais peut-être pu préciser que tout cela se place aussi dans le cadre d’un long journal dessiné entamé il y a plusieurs années précisément pour m’entraîner à faire le portrait de gens aux crânes dégarnis.

  4. Patrick Peccatte dit :

    Bravo Nicolas pour cette analyse en bande dessinée. Je me permets de signaler que le film Two Thousand Maniacs! est disponible sur Internet Archive. Dans vos dessins, on reconnait bien les personnages et le contexte, mais qui est le « professeur » au crâne dégarni ? 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *