Métal Hurlant/Heavy Metal, jeu d’influences

 

Dans le cadre d’un travail sur les liens et la distance entre le magazine Métal Hurlant et Heavy Metal, sa version américaine, j’ai voulu reconstituer un peu le jeu d’influence unissant les deux magazines.

Superficiellement, tout se joue quand la rédaction du mensuel satirique The National Lampoon, en la personne de Leonard Mogel, découvre Métal Hurlant et décide d’en importer une version aux Etats-Unis, à une époque où il essaye de lancer une version française de son propre magazine.

A l’arrière-plan de cette décision, il existe cependant une histoire longue d’influences croisées, au centre desquelles on trouve Harvey Kurtzman. Celui-ci crée en effet Mad en 1952, mais aussi le moins connu Help en 1960, deux publications qui irriguent plus ou moins directement le National Lampoon (voir « Citizen Gaines » la terrible critique du Mad des années 60-70 que publie le National Lampoon en 1971). Il est aussi une influence directe et indirecte sur Goscinny et son Pilote en France ; or c’est de Pilote que sera issue une génération demandant son indépendance, qui créera L’écho des savanes (1972), Fluide Glacial (1975) et Métal Hurlant (1974), dans lesquels on retrouve aussi l’influence de l’underground nord-américain. Au jeu des influences, on ne s’étonnera pas d’apprendre que Jean-Pierre Dionnet, un des co-fondateurs de Métal Hurlant, passe un bon moment avec Harvey Kurtzman à la fin des années 60 (interview accordée au Comics Journal en 2013). Difficile donc de réduire l’existence de Heavy Metal, qui a survécu à son modèle, au simple enthousiasme ponctuel d’un éditeur inspiré.

Visuellement, en en effaçant bon nombre d’éléments pertinents (les tijuana bibles, Spirou, Tintin, Fuide Glacial, Epic, Jean Giraud/Moebius, etc.) cela pourrait ressembler à cela :
MH-et-HM

 

 

A lire aussi

En ligne :

Le premier numéro de Heavy Metal, en ligne sur Google Books

L’interview de Dionnet accordée au Comics Journal, mentionnée plus haut

Hors ligne :

Poussin, Gilles, and Christian Marmonnier. Métal Hurlant, 1975-1987: La Machine À Rêver. Paris: Denoël graphic, 2005. Print.

 

 

Pour citer ce billet: Nicolas Labarre, "Métal Hurlant/Heavy Metal, jeu d’influences," in Picturing it!, 27/02/2015, http://picturing.hypotheses.org/161.

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Je n’ai pas encore formalisé mes recherches, de plus la bande dessinée occupe une petite part de mon travail mais qui est intéressante à mettre en perspective du cinéma d’horreur. La revue de comics fantastique-horreur pionnière en Espagne, « Dossier Negro », débute en 1968, soit la même année que le premier film véritablement horrifique espagnol (« La marca del hombre lobo » / « Les vampires du Docteur Dracula »). Pour le peu de sources sur Selecciones Illustradas que j’ai pu consulter, le site http://www.tebeosfera.com/documentos/textos/ comporte de nombreux articles instructifs, parus soit dans des magazines d’époque ou bien dans des revues plus récentes et mis en accès libre. L’inconvénient, c’est que tous les articles sont en espagnol.
    Peut être connaissez vous ce site, mais au cas où voici des liens :
    – Sur Selecciones Illustradas : http://www.tebeosfera.com/documentos/textos/pequena_historia_de_selecciones_ilustradas.html
    – Sur Warren en Espagne : http://www.tebeosfera.com/documentos/documentos/la_invasion_espanola.html
    – Sur l’histoire de la BD horreur/fantastique en Espagne : http://www.tebeosfera.com/documentos/documentos/tebeos_de_horror_espanoles_en_los_setenta.html
    http://www.tebeosfera.com/documentos/documentos/la_historieta_de_terror_en_espana_mini_historia.html
    http://www.tebeosfera.com/documentos/documentos/el_descubrimiento_del_horror_en_los_sesenta.html

    J’ai hâte de pouvoir lire votre ouvrage ! Bon courage pour la suite de vos recherches.

    • Nicolas Labarre dit :

      Merci beaucoup pour toutes ces références. !
      J’avais mis de côté la page sur sellecciones ilustradas, mais sans approfondir sur le site.

      Je serai heureux de lire votre travail à terme (et sur votre blog d’ici là); je ne travaille pas vraiment sur le cinéma d’horreur, mais le sujet m’intéresse beaucoup par ailleurs.

  2. Merci pour ce billet très intéressant.
    Je ne suis personnellement pas spécialiste de bande dessinée, mais en faisant des recherches pour ma thèse sur le cinéma d’horreur espagnol des années 70, je me suis rendu compte de l’importance des comics (notamment les pionniers EC Comics et Warren) américains dans l’imaginaire du cinéma d’horreur ibérique de l’époque. Un peu à la manière des versions « Métal Hurlant »/ »Heavy Metal » et des jeux d’influences que vous montrez, l’Espagne a eu droit à des versions « domestiques » du comic « Dracula » de Marvel datant de 1972. A cause de la censure franquiste, les éditeurs espagnols ont eu l’idée de regrouper à la volée les histoires de « Creepy », « Eerie » et autres dans de nouveaux magazines créés dans le seul but de passer inaperçu aux yeux des censeurs, chose qui n’a pas toujours été le cas. La B.D américaine reste ici aussi le référent pour les artistes espagnols, et pour la construction d’une culture du fantastique en Espagne.

    • Nicolas Labarre dit :

      Merci beaucoup !
      Je se sais pas si vous avez formalisé ces réflexions sur cette importation des magazines Warren en Espagne, mais si c’est le cas, je serais très intéressé. J’ai continué le travail sur Métal Hurlant et Heavy Metal, qui est en train de devenir un livre, et le rôle des studios espagnols (Selecciones Illustradas surtout) est une des choses qu’il me reste à écrire. Ces auteurs alimentent d’abord Warren et les magazines Marvel (en même temps que leurs dérivés européens, au pays-bas par exemple) puis sont intégrés à Heavy Metal à partir de 1981, au grand dam de Jean-Pierre Dionnet ; ils sont une des forces majeures de l’internationalisation de la bande dessinée à partir des années 70, et pourtant, il y a très peu de choses écrites sur eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *