Cartographier « ce qu’est aussi la bande dessinée »

elite plebeEntre la plèbe et l’élite, ouvrage de 2012 de Jean-Noël Lafargue (qu’il présente ici), entend situer la bande dessinée sur un plan historique et géographique, en faisant aussi l’histoire de sa légitimité. Malgré quelques coquilles et omissions, l’ouvrage parvient dans une large mesure à tenir ce pari de tout embrasser, y compris des domaines méconnus comme la bande dessinée chinoise.  Le parcours n’est pas exhaustif (la Grande-Bretagne est notablement absente), mais par petites touches, l’auteur parvient à effleurer ce qu’il ne peut couvrir complètement.

Les deux dernières sections de l’ouvrage font ainsi le pari du fragment, pour un parcours des représentations de la bande dessinée dans d’autres médias, puis pour un inventaire de ce qu’on pourrait appeler le voisinage de la bande dessinée, sous le titre « Ce qu’est aussi la bande dessinée ». Surprenante, l’approche en notes non hiérarchisées n’est pas sans précédent, si l’on songe par exemple aux toujours influentes Notes on Camp de Susan Sontag (1964). Elle est un aveu d’impuissance (126), mais aussi une façon d’ouvrir des pistes, de « glaner des indices » à partir desquels des hypothèses peuvent être échafaudés.

A la lecture de ces « bonus » à l’ouvrage, il m’a semblé pertinent de tenter de traduire ce voisinage de la bande dessinée, présenté sous forme exclusivement textuelle, en une cartographie. J’y vois plusieurs intérêts. Le premier est de permettre des parcours, mais aussi d’établir des sous-domaines, des recoupements et toute autre forme d’annotation ne relevant pas seulement de niveaux hiérarchiques imbriqués. Le second est tout simplement la lisibilité, la forme d’engagement que permet la représentation graphique. Le troisième, enfin, est de permettre des comparaisons avec d’autres représentations de ce type, d’autres voisinages.

Benjamin Woo, dans un article intitulé « Mapping the Space of Comics » pour Comics Forum dont je reparlerai estime pour sa part que l’approche cartographique est un moyen d’aller au-delà de l’impasse à laquelle aboutissent les tentatives de définition de la bande dessinée :

Perhaps, rather than trying to define what comics is, we ought to ask some different questions: where is comics? where does the object of comics studies end? and with what kinds of institutions, spaces, and contexts is it involved? [source]

 Le résultat de cette mise en carte, volontairement simple, ressemble à ceci :
Ce qu'est aussi  la bande dessinée

Plusieurs interventions sont possibles sur cette carte. La première est déjà réalisée de fait, elle a consisté à segmenter ce voisinage (formes/styles/modes de diffusion). Une autre serait la mise en évidence des chevauchements ou des bivalences (le cinéma, forme et/ou mode de diffusion ?), en utilisant des codes couleurs ou des surfaces plutôt que l’agencement radial de la carte heuristique. Une autre serait d’appliquer un encodage thématique (par degré de légitimité, selon la chronologie des rencontres avec la bande dessinée). Une dernière, la plus évidente peut-être, serait de compléter cette cartographie soit à l’intérieur des catégories soit en en inventant de nouvelles.

On peut dès lors se référer à l’article de Benjamin Woo pour adjoindre un secteur nouveau à notre carte, celui des communautés de lecteurs. Woo propose en effet de situer la bande dessinée dans un ensemble de pratiques, mettant en valeur les multiples liens et croisement entre lecteurs de bande dessinée et amateurs de formes proches. La catégorie en jaune en bas à gauche reprend certaines de ses conclusions, en adoptant sa cartographie complexe (que je ne reproduis pas ici) à notre système simplifié. J’ai également ajouté à droite quelques formes proches évoquées par exemple par Thierry Groensteen dans Bande dessinée et narration (54-59), sans prétendre bien entendu à une quelconque exhaustivité.
Ce qu'est aussi  la bande dessinée 2

Outre le problème du rangement dans une catégorie unique, outre les problèmes de dénomination des catégories, cette tentative de complétion met en lumière la nécessité de localiser et d’historiciser l’ensemble des éléments du territoire de la bande dessinée. Les ajouts empruntés à Woo ne font ainsi sens que dans le cadre d’un lectorat canadien, organisé autour de boutiques de comics identifiées comme telles. Les communautés de lecteurs se disposent de façon bien différente dans une autre aire culturelle.

De la même façon, il est certain que des éléments comme « La presse grivoise » ont une pertinence variable dans la localisation de la bande dessinée, en fonction de l’époque et du contexte. Jean-Noël Lafargue note que la connexion est particulièrement étroite au 19e et au début du 20e siècle, elle l’est aussi aux Etats-Unis dans les années 30, quand les producteurs de pulps érotiques deviennent les éditeurs de comic-books, elle l’est encore au moment de la contre-culture et jusque dans les années 80 (L’écho des Savanes en France par exemple), mais ce lien est-il encore fondé aujourd’hui ? A l’inverse, la catégorie du blog est évidemment invalide avant les années 2000. La cartographie de la bande dessinée se décline donc nécessairement si elle veut être utile.

Quels usages pour un outil comme celui-ci ? Une déclinaison en cartes locales, permettant de situer certaines productions les unes par rapport aux autres – à la manière du carré sémiotique que la recherche utilise abondamment – est l’application la plus directe. Un autre usage est plutôt du point de vue de la prise de conscience qu’engendre la représentation. Ainsi localisée, la bande dessinée n’apparaît pas comme un objet autonome, traitable de façon isolée ou sous le seul angle des textes, mais bien comme une « médiaculture », pour reprendre le titre de l’ouvrage coordonné par Eric Maigret et Matteo Stefanelli, un ensemble de « dispositifs » et de « flux » (10). Choisir de représenter spatialement la bande dessinée c’est s’obliger à adopter une « vision […] culturelle, c’est-à-dire hybridée sur le plan communicationnel et pleinement socio-historique » (51), en prenant pour l’occasion le mot vision au sens le plus littéral qui soit.

Références

Groensteen, Thierry. Bande Dessinée et Narration. Système de La Bande Dessinée 2. Paris: PUF, 2011. Print.

Lafargue, Jean-Noël. Entre la plèbe & l’élite : Les ambitions contraires de la bande dessinée. Méolans-Revel: Atelier Perrousseaux éditeur, 2012. Print.

Woo, Benjamin. “Beyond Our Borders: Mapping the Space of Comics”. Comics Forum. Web. 25 Nov. 2011 [19 Nov. 2014.] http://comicsforum.org/2011/11/25/beyond-our-borders-mapping-the-space-of-comics-by-benjamin-woo/

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *