A bout de souffle et son adaptation fantôme

jean seberg crayonné copieGoogle Books me l’affirmait, en 1960, France-Soir avait publié une adaptation de A bout de souffle. J’étais curieux de savoir comment un objet aussi atypique et conscient de ses propres conventions que le film de Godard réagissait à une telle transposition, que j’imaginais nécessairement conventionnelle. Il fallait juger sur pièce. Cela allait se révéler difficile.

J’avais été mis sur la piste de l’objet par la lecture du gros et beau livre de Marion Minuit, Dominique Faber et Bruno Takodjerad, Nous Deux présente la saga du roman-photo. Les auteurs y mentionnent en passant (p. 108-109) l’existence d’un roman-photo  tiré du film de Godard et publié quelques années après celui-ci. Ce roman-photo, pardon « roman-film » était d’autant plus intéressant qu’il était basé sur le travail du photographe Raymond Cauchetier et pas sur des photogrammes. Certaines de ses photos sont connues – l’une d’elle est d’ailleurs affichée de longue date en grand format au-dessus de mon bureau –  et elles constituent une sorte de double du film, des images jumelles mais non identiques, parfois plus connues et identifiables que les véritables scènes du film. On pouvait imaginer que cette gémellité s’affirme encore, une fois ces photographies agencées en séquence.

Le roman photo, apparemment paru dans Le Hérisson (les sources divergent)

Le roman photo, apparemment paru dans Le Hérisson (les sources divergent)

Quelques recherches sur Internet pour tenter d’en localiser un exemplaire m’ont conduit vers Google Books, où j’apprends dans le Godard d’Antoine de Baecque, une somme parue chez Grasset en 2010, l’existence d’une bande dessinée en sus du roman-photo, soit un objet qui m’intéresse plus directement. Le Dictionnaire de la nouvelle vague de Noël Simsolo (Ed. Flammarion, 2013) en confirme l’existence. D’une curiosité périphérique, je passe donc à la quête d’un objet au cœur de mes recherches.

Une visite en bibliothèque universitaire m’a permis de compléter les pistes données par Google en obtenant une date en guise de référence précise – France-Soir du 3-4 Avril (un week-end) – sans nom ni numéro de page. Qu’à cela ne tienne, le prêt entre bibliothèque me promet une copie numérique des pages concernées, en réponse à la demande nécessairement imprécise : « une bande dessinée adaptée de A bout de souffle et montrant les coulisses du tournage ».

Une semaine plus tard, la réponse arrive. Rien n’a été trouvé.

Nouvelle visite sur Google, nouvelle recherche en bibliothèque, nouveau croisement de sources et nouvelle piste. Il existe un ouvrage dans lequel la bande dessinée en question semble reproduite, Godard au travail : les années 60, d’Alain Bergala (Ed. Cahiers du cinéma, 2006). En consultant le livre, il apparaît cependant que la bande dessinée reproduite – qui vient bien de France-Soir du 3-4 Avril – n’est qu’un comic strip manifestement issu d’une plus longue série, 13 rue de l’Espoir, illustré par Paul Gillon.  Par ailleurs, s’il parle explicitement de la Nouvelle Vague, il met en scène Jean-Paul et … Pauline ? Tout cela ne colle donc pas vraiment, même s’il y a à tout le moins un lien entre cette bande dessinée et le film. Cependant, l’ouvrage de Bergala donne une référence additionnelle, les Cahiers du Cinéma n°106, p. 27. [edit: Bergala lui-même a trouvé cette référence dans Les Cahiers n°111 (sept. 1960), p. 49, mais n’en fait pas mention – merci à Samuel, qui l’avait signalé dans ses commentaires avant que ce blog ne déménage]

"La constitution du mythe passe aussi par [...] une BD dans France-Soir". A. Bergala, Godard au travail.

« La constitution du mythe passe aussi par (…) une BD dans France-Soir ». A. Bergala, Godard au travail.

Cette fois, c’est à la bibliothèque municipale que je consulte les archives concernés. Le numéro des Cahiers date d’Avril 1960 et le texte est une critique du film par Luc Moullet – intéressante – qui ne dit rien de 13 Rue de l’espoir. Cependant, en regardant un peu mieux page 27, j’y découvre une photographie du tournage : le « truc » du triporteur s’y retrouve, très proche de ce qui est décrit dans le strip du 3-4 Avril. Il ne reste plus qu’à vérifier dans l’intégrale de la bande dessinée elle-même ce que les indices laissaient déjà supposer : il n’existe pas d’adaptation en bande dessinée de A bout de souffle. De fait, le strip consacre quelques jours à la visite de son héroïne sur le tournage d’un film qui ressemble beaucoup à A bout de souffle, mais rien de plus. A titre de comparaison, le même strip avait consacré de longues semaines au tournage mouvementé d’un film d’aventure à vahinés, imaginé pour l’occasion.

Le même triporteur dans Les cahiers du cinéma n°106 (Avril 1960), p.27

Le même triporteur dans Les cahiers du cinéma n°106 (Avril 1960), p.27

Comme dirait le personnage de Jean Seberg, « c’est dégueulasse ».

Que s’est-il passé ?

13 rue de l’espoir s’est manifestement inspiré d’échos de tournage de A bout de souffle, probablement pas ceux publiés dans les Cahiers, mais des reportages publiés çà et là et qui faisaient partie du battage autour du film. La connexion est là. Bergala en 2006 avait repéré cette ressemblance et mis le doigt sur un point de convergence incontestable, notant qu’il y avait « une BD dans France-Soir ». Une lecture trop rapide ou un abus de langage a conduit De Baecque à parler d’ « adaptation » en 2010 et à sa suite, Simsolo a repris l’information en 2013. Au petit jeu de la perte d’information, une hypothétique mise à jour de Wikipedia parachèvera peut-être le processus de dissémination.

Bien sûr, tout cela ne serait pas complet sans noter qu’il existe bien, malgré tout, une adaptation en bande dessinée, adaptation qui soustraite à toute contrainte financière travaille la matière du film de Godard de façon assez radicale. Ironie des ironies, je l’avais déjà vue et oubliée, puisqu’elle a été publiée par le créateur Warren Craghead il y a quatre ans de cela sur un site américain que je fréquente et pour lequel il m’arrive d’écrire, The Hooded Utilitarian. L’adaptation fantasmée s’y accomplit, cinquante-quatre ans après, dans une performance fascinante de dessin de l’ensemble du film, de plan en plan, capturant un mouvement et un souffle, justement, contre tout académisme.

Un fragment de l'adaptation par Warren Craghead, parue sur The Hooded Utilitarian

Un fragment de l’adaptation par Warren Craghead, parue sur The Hooded Utilitarian

(la case sur laquelle s’ouvre cet article est une tentative personnelle pour amorcer une autre adaptation fantôme)


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Samuel dit :

    De façon générale, il vaut mieux vérifier ce qu’écrit Antoine de Baecque ! Sa biographie de Godard fourmille d’imprécisions, voire pire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *